Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Psycho-Pass Inspecteur Shinya Kôgami – Tome 1

Dossier Boichi

Publicité

Psycho Pass - Inspecteur Shinya Kogami - Tome 1 français

Psycho-Pass Inspecteur Shinya Kôgami – Tome 1

Psycho-Pass Inspecteur Shinya Kôgami – Tome 1 Éditeur : Kana
Titre original : Psycho-Pass: Kanshikan Kougami Shinya
Dessin : Natsuo SAI
Scénario : Midori GOTÔ
Traduction : Thibaud DESBIEF
Prix : 7.45 €
Nombre de pages : 162
Date de parution : 10/06/2016

Au XXIIe siècle, chaque homme est muni d’un « Psycho-Pass », un dispositif qui mesure son coefficient de criminalité. Si votre coefficient est trop élevé, vous serez traqués par les Exécuteurs…

Plusieurs morts suspectes ont été constatées au sein d’une maison de retraite. L’inspecteur Shinya Kôgami est chargé de l’enquête. Un suspect se profile mais une machination macabre semble avoir été mise en place… 

Oubliez de suite l’exécuteur rebelle et intrépide qui n’en fait qu’à sa tête pour suivre ses propres convictions et rendre la justice comme il le faut dans Psycho-Pass. Dans le cas présent, Shinya Kôgami n’est encore qu’un jeune un inspecteur venant tout juste de réussir le concours d’entrée dans la brigade criminelle de la sécurité publique avec brio. C’est un homme plein de rêves et d’espoirs dans une société idéale, du moins en apparence.

Remettons les choses dans leur contexte.
L’histoire prend place dans un futur proche où l’ensemble de la société est régie par un système nommé Sibylle permettant d’évaluer le potentiel criminel de chaque individu et ainsi, d’agir en conséquence. Cette technologie analyse également l’être dans son ensemble : son caractère, son état mental, ses ambitions, son capital santé, bref, tout.
Cette échelle de valeurs se nomme Psycho-Pass et grâce à cela, la personne voit son avenir tout tracé. En effet, c’est Sibylle qui indique à chacun comment mener son existence de la meilleure façon possible en fonction du diagnostique psychologique effectué tout au long de sa vie. En somme, le citoyen de cette société gouvernée par Sibylle se retrouve avec une vie qui lui est attribuée sur mesure.

Attention cependant, le système évalue la personne tout du long de son existence et peut bien évidemment revoir son jugement.
À tout moment, l’individu peut passer de citoyen modèle à criminel notoire et être exécuté dans la foulée suivant la teinte de son Psycho-Pass. Les citoyens de cette société possèdent donc une vie « parfaite » mais ils ont en réalité une épée de Damocles en permanence au-dessus de leur tête. Il suffit d’un rien pour que leur teinte ne se brouille suite à des événements plus ou moins anodins.

C’est là qu’intervient un outil très pratique, le bien nommé Dominateur, sorte de pistolet amélioré grâce auquel la personne visée voit son Psycho-Pass affiché. En fonction de la teinte (du plus clair au plus sombre), l’arme se déverrouille et peu soit paralyser soit tuer.
Cette arme ne peut être utilisée que par les inspecteurs de la brigade ou ceux que l’on nomme les exécuteurs qui sont des criminels en sursit dont Sibylle a reconnu la valeur et à qui on a confié le sale boulot. Ces derniers doivent être en permanence accompagnés d’un inspecteur qui les chaperonnent lorsqu’ils interviennent.

Rentrons maintenant dans le vif du sujet.
Dans ce premier tome, on suit le déroulement d’une sombre enquête policière à propos de corps disparus et d’organes volés (charmant me direz-vous). Cette affaire est menée par la troisième unité de la brigade criminelle de la sécurité publique et le commandement n’a été attribué à nul autre que Shinya Kôgami. Accompagné de son unité, il va alors devoir découvrir ce qui se cache réellement derrière cette enquête.

Le scénario a été confié à Midori GÔTO qui s’en sort plutôt bien. L’enquête est prenante, intéressante à suivre et son déroulement est maîtrisé. On découvre bien le passé de Kôgami, jeune inspecteur plein d’assurance durant la totalité de l’affaire. Il ne bronche pas et fait ce qu’on lui dit sans se poser de question.
Il possède une confiance quasi-aveugle en ce système « parfait ». Même si le titre est centré sur Kôgami, les autres membres de l’unité ne sont pas en reste et on espère qu’ils soient un tantinet plus développés dans les prochains volumes car pour le moment, on ne sait pas grand chose sur eux hormis bien sûr Tommi Masaoka déjà présent dans l’anime.

Le dessin, on le doit à Natsuo SAI et ressemble à s’y méprendre à celui de l’anime donc le lecteur l’ayant vu ne sera pas dépaysé mais en terrain connu. Le chara-design est particulièrement fidèle, en tout cas sur les deux personnages qui sont présents dans la série TV. Le découpage des cases est bon, la mise en scène et les décors retranscrivent bien l’ambiance glauque et morose liée à l’enquête.

Kana a fait du bon travail sur l’édition avec un bon papier et des pages en couleur.
Plus étonnant, Kana a complètement changé la colorimétrie de la couverture. Quand on la compare à la version japonaise, on se rend compte que blanc/bleu/rose ont laissé place à un noir/vert/bleu plus en phase avec le côté « dark » voulu par la collection.
N’oubliez pas que, dans le cadre du vingtième anniversaire de l’entreprise, le tome 1 de chaque nouvelle série sortie en 2016 sera à 5,95€ pendant un an, l’occasion parfaite pour découvrir certains titres.

Psycho-Pass01 Psycho Pass - Tome 1 Japonais

Powder blue

Graphisme - 67%
Histoire - 71%
Mise en scène - 69%
Originalité - 65%
Edition - 70%
Dans son genre - 66%

68%

Sybille

Ce premier volume est encourageant pour la suite et complète à merveille l'anime en permettant d'en apprendre plus sur KÔGAMI et comprendre ce qui l'a amené à devenir le loup solitaire qu'on connaît. Je vous recommande par ailleurs chaudement l'anime.




A propos de Yukionna

Yukionna

Comme dit l’adage, je suis tombée dedans quand j’étais petite en regardant avec assiduité Card Captor Sakura quand ça passait sur une certaine chaîne hertzienne. Fan des Clamp devant l’Éternel, je voue un culte sans modération aux œuvres de Type-Moon et Shaft.

Un commentaire

  1. Bonne chronique!
    PS: Le tome est quand même ridiculement fin (150pages) , même si kana y est pour rien pour le coup, quand faudrait payer les suivants 7.45e pour surement le même nombre de pages, ça va faire un peu mal où je pense…

Laisser un commentaire