Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Please Love Me ! – Tome 2

Publicité

Please Love Me ! - Tome 2

Please Love Me ! – Tome 2

Please Love Me ! – Tome 2 Éditeur : Éditions Delcourt
Titre original : Damena watashi ni koishite kudasai
Dessin : Aya NAKAHARA
Scénario : Aya NAKAHARA
Traduction : Julia BRUN
Prix : 6.99 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 18/11/2015

L’ancien boss de Michiko a décidé de lui venir en aide, en l’embauchant comme serveuse dans le restaurant qu’il vient d’ouvrir. C’est une aubaine pour la jeune femme, mais elle n’a pas tout dit… Elle a fait un emprunt d’un million de yens pour aider son petit ami ! Evidemment, c’est encore Kurosawa qui va la sortir de ce pétrin ! Se pourrait-il que ce dernier ait des sentiments pour elle ?

Après un premier tome qui posait le décor et les personnages, voici le deuxième volume où de vrais sentiments amoureux commencent à apparaître. Travail, rêve d’amour et plats de viande sont les thématiques phares de cette série.

Michiko SHIBATA croit être au paradis lorsqu’elle voit le petit-déjeuner que son ancien chef a préparé pour elle. Vu toute l’aide qu’il lui apporte, c’est sûre : c’est un ange. En même temps, les gestes généreux de cet homme s’accompagnent toujours de remarques désagréables qui rappellent pourquoi on le surnommait le “dragon” dans son ancienne entreprise. Notre héroïne est donc un peu désorientée face à lui. C’est à cet instant qu’elle croise Akira, l’ex-petite amie de son bienfaiteur.

Les deux jeunes femmes sympathisent (ce qui les surprend elles-même). Soutenue, conseillée, encouragée (à grand renfort de plats de viande), Michiko part à la recherche d’un nouvel emploi et d’un vrai petit ami. Seulement, le temps passé avec Kurosawa fait naître de nouveaux sentiments qui ne semble pas partagés. En effet, son chef est gentil avec elle mais comme il l’est avec tout le monde. Il ne semble pas être attiré par elle du tout. Par contre, une soirée arrosée permet à Michio de découvrir que Kurosawa est tourmenté par quelque chose liée à une certaine Haruko…

L’histoire de ce manga n’évolue pas rapidement, mais c’est parce que son principal intérêt est surtout le jeu sur les dialogues. Les personnages échangent des répliques cinglantes en un minimum de cases. Ce procédé, plus courant dans la BD Franco-belge que dans le manga, crée un décalage entre le dessin et le texte. L’obsession de l’héroïne pour la viande est toujours un ressort humoristique. Les révélations la concernant achèvent de nous convaincre : c’est une ado attardée… On comprend donc qu’Akira (plus adulte) décide de la prendre sous son aile.

Dans ce tome, Michiko sort de sa situation financière alarmante, grâce à l’aide de ses nouveaux amis. On jubile de voir ces retournements mais on sait aussi que cela ne va en rester là. Le lecteur s’accroche au manga en essayant de voir dans quel piège cette attachante ingénue va se jeter. Le graphisme n’enlève rien : le trait rond de l’auteur renforce la sympathie que nous inspire le personnage de Michiko. La couverture met en valeur Kurosawa avec son demi-sourire si inquiétant. Rien ne vient donc entraver le plaisir de la lecture d’un shôjô frais et plaisant.

Après un premier tome qui posait le décor et les personnages, voici le deuxième volume où de vrais sentiments amoureux commencent à apparaître. Travail, rêve d’amour et plats de viande sont les thématiques phares de cette série. Michiko SHIBATA croit être au paradis lorsqu'elle voit le petit-déjeuner que son ancien chef a préparé pour elle. Vu toute l’aide qu’il lui apporte, c’est sûre : c’est un ange. En même temps, les gestes généreux de cet homme s’accompagnent toujours de remarques désagréables qui rappellent pourquoi on le surnommait le “dragon” dans son ancienne entreprise. Notre héroïne est donc un peu désorientée face à…

"Miam... De la viande..."

Graphisme - 62%
Histoire - 53%
Mise en scène - 72%
Originalité - 51%
Edition - 57%
Dans son genre - 68%

61%

*drool*

Un shôjô qui se détache du lot grâce à son humour et ses personnages attachants. La qualité générale en fait un titre à acquérir et surtout à suivre pour les fans du genre.

A propos de Apsara

Apsara
Mon travail m'incite à me tourner vers les mangas destinés aux plus jeunes, mais mon plaisir ne veut pas être en reste. Alors je lis aussi des trucs avec du sexe, de la violence et des gros mots.

Laisser un commentaire

banner