Publicité

Publicité

Père & Fils -Tome 2

Père & fils – Tome 2

Père & fils – Tome 2 Éditeur : Ki-oon
Titre original : Chichikogusa
Dessin : Mi TAGAWA
Scénario : Mi TAGAWA
Traduction : Géraldine OUDIN
Prix : 7.9 €
Nombre de pages : 194
Date de parution : 23/06/2016

Torakichi s’habitue petit à petit à la présence de son fils, même si le quotidien n’est pas toujours facile ! Cependant, Tatsumi ne l’entend pas de cette oreille et envoie leur frère Kanoe récupérer le petit garçon. Justement, à l’occasion de la fête des morts, Shiro ressent cruellement l’absence de sa maman, tandis que Torakichi commence à se demander s’il a vraiment fait le bon choix… Heureusement, ses doutes s’envolent lorsqu’il se jure de tout faire désormais pour rendre le sourire à son fils. Mais entre son travail et son rôle de père, l’herboriste n’a plus le temps de souffler et la fatigue commence à se faire sentir !

spoilers618

Il y a maintenant trois mois, sortait une belle nouvelle série chez Ki-oon, Père & fils, qui sortait du lot car les récits mettant en scène une relation père-fils se font plus rare que ceux avec une mère et ses enfants. Néanmoins, Mi TAGAWA avait enchanté le lecteur par son premier tome, tout en tendresse et en humour.
C’est donc avec impatience que l’on attendait le tome 2, afin de voir si la qualité était toujours au rendez-vous. 

Comme je l’espérais, la série ancre sa grande qualité narrative et graphique. Autant dans l’un que dans l’autre, TAGAWA joue la carte de la vraisemblance, ce qui donne cet aspect réaliste qui permet de toucher le lecteur plus facilement.
Comme dans le premier volume, les émotions des personnages sont parfaitement retranscrites grâce à leur visage, et au travail sur les bulles et les cases qui mettent en valeur chaque moment fort du récit.

Si je devais désigner le personnage le plus touchant de ce tome, ce serait sans conteste le petit Shiro, qui non seulement a grandi par l’âge (il fête ses quatre ans dans le chapitre 9) mais aussi dans ses gestes et son attitude. Bien sûr, il demeure très jeune et garde donc un comportement enfantin, mais il fait preuve de plus en plus de maturité, se forge une coquille pour ne plus être un « pleurnichard » comme l’appelle ses parents.
Son visage dégage une grande candeur et une telle innocence qu’on ne peut qu’être ému face à ses craintes. On rit, on pleure, on sourit avec lui : comme dit son père, Shiro est « le meilleur des remèdes ».

D’ailleurs, l’un des chapitres les plus forts n’est autre que le huitième. On y voit Shiro avoir de nouveau des crises de panique car il a peur que son papa l’abandonne (peur qu’il ressentait déjà dans le tome précédent), mais cette fois-ci, à un degré plus fort. En effet, il dit qu’il a peur que son père l’abandonne… Comme sa maman.

Cette analogie euphémique renforce la pitié que l’on a pour ce petit garçon, au cœur aussi gros que lui, qui ne peut retenir toutes ses craintes, et qui a des terreurs nocturnes si fortes qu’elles finissent par devenir aussi des terreurs diurnes.

TAGAWA laisse des accalmies pour pouvoir mettre en place des scènes plus tendues qu’elle a annoncées progressivement et ponctuellement, comme la maladie de Torakichi au chapitre 10 qui était déjà pressentie dès le chapitre 8. Ce passage est d’ailleurs l’un des plus émouvants, car il montre bien l’évolution du fils et du père au niveau de leur relation.

De plus, l’emploi des « parenthèses » en fin de chapitre et des prolepses renforce la qualité scénaristique de Père & fils, puisqu’elles permettent de développer les personnages et leurs relations, comme Chiharu (le fils du patron de l’herboristerie) avec Torakichi.

Concernant l’édition offerte par Ki-oon, je ne ferai que redire ce que j’avais déjà dit avec le tome 1, à savoir que la matière employée pour la jaquette qui peut faire penser à un parchemin est parfaitement adéquat avec l’aspect aquarelle du dessin de couverture, et que le papier du reste du volume est de très bonne qualité.

Contre la sinistrose

Graphisme - 74%
Histoire - 78%
Mise en scène - 86%
Originalité - 75%
Edition - 77%
Dans son genre - 78%

78%

Remède

TAGAWA poursuit habilement le récit tendre et touchant de Torakichi et de Shiro, en parvenant à ne pas créer de lassitudes chez son lecteur, notamment en mettant des moments de tension efficaces et qui servent le récit. On attend avec hâte le troisième tome de ce beau manga plein de vie.




A propos de L'Otak' des Lettres

L'Otak' des Lettres

Professeur otak’ qui adore fouiller en profondeur l’essence des mangas, afin d’en dégager le bon et le moins bon.

Laisser un commentaire