Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Pandora Hearts – Tome 23

Publicité

pandorahearts23_jaquette

Pandora Hearts – Tome 23

Pandora Hearts – Tome 23 Éditeur : Ki-oon
Titre original : Pandora Hearts
Dessin : Jun MOCHIZUKI
Scénario : Jun MOCHIZUKI
Traduction : Fédoua LAMODIERE
Prix : 7.65 €
Nombre de pages : 242
Date de parution : 19/11/2015
Séparé de ses alliés, perdus dans les méandres de Sablier, Xerxes réussit à rattraper Glen, sur le point d’ouvrir un portail vers le passé. Mais Jury ne l’entend pas de cette oreille et lui refuse le passage… jusqu’à ce que Vincent Nightray utilise son pouvoir d’enfant maudit pour la réduire à l’impuissance !

Le Chapelier tente alors de gagner du temps pour empêcher le chef des Baskerville de mener à bien son projet, sans succès. À bout de forces, il parvient dans un ultime effort à créer une brèche dans cette dimension pour qu’Oz et les autres le rejoignent…

Dans la préface du vingt-deuxième tome, Jun MOCHIZUKI annonçait le suivant comme étant celui qui mettrait le point final aux aventures tumultueuses d’Oz et d’Alice. Quelle ne fut pas notre surprise lorsque finalement, peu de temps après, l’auteur s’excusait en disant que la série se terminerait en 24 tomes pour le plus grand bonheur des fans.

Le tome 23 de Pandora Hearts, l’avant-dernier donc, et après sa lecture, il faut dire qu’il aurait été effectivement compliqué de clore la série en un seul tome vu la densité du scénario.

La confrontation finale devra attendre, ce tome étant principalement dédié à Vincent Nightray, volant par la même occasion la vedette à Oz et Glen qui se retrouvent au second plan. Tandis qu’Ada, la « petite » sœur d’Oz se sent pousser des ailes et se retrouve propulsée sur le devant de la scène afin de venir en aide à ce pauvre Vincent complètement désemparé qui n’a plus qu’une seule envie, celle de mourir pour expier ses fautes. Un volume qui s’annonce riche en émotions.

242 pages, dans ce nombre on y trouve « 42 », LE nombre magique en tout point. En effet, c’est le mot, les dessins de Jun MOCHIZUKI sont, comme à son habitude, un vrai régal pour les yeux. Chaque planche est remplie de détails, les costumes des différents personnages sont magnifiques et les décors sont grandioses, parfaitement représentatifs de l’époque dans laquelle se passe l’histoire.

Il y a beaucoup de textes, chose normale puisque le dénouement approche, mais il se trouve réparti de façon digeste pour que le lecteur puisse bien tout assimiler sans devoir obligatoirement passer par une seconde lecture.

On observe aussi un bon découpage des cases et une bonne mise en scène mettant en valeur cette histoire pleine d’énigmes et de mystères. C’est dynamique, on ne s’ennuie pas un seul instant et beaucoup de cadrages différents sont utilisés sans que le lecteur ne se perde pour autant.

Côté édition, superbe travail de Ki-oon comme toujours : on a un bon gros pavé bien épais entre les mains. Les 2 premières pages sont en couleur sur papier glacé, la première mettant en scène une belle illustration d’Alice et la seconde présentant le sommaire de l’ouvrage. Pour finir, sous la jaquette on retrouve une mini parodie de Pandora Hearts dessinée par Jun MOCHIZUKI.

Les engrenages sont en place, juste ce qu’il faut pour préparer, comme il se doit, un grand final qui s’annonce haut en couleurs.

Dans la préface du vingt-deuxième tome, Jun MOCHIZUKI annonçait le suivant comme étant celui qui mettrait le point final aux aventures tumultueuses d'Oz et d'Alice. Quelle ne fut pas notre surprise lorsque finalement, peu de temps après, l'auteur s'excusait en disant que la série se terminerait en 24 tomes pour le plus grand bonheur des fans. Le tome 23 de Pandora Hearts, l'avant-dernier donc, et après sa lecture, il faut dire qu'il aurait été effectivement compliqué de clore la série en un seul tome vu la densité du scénario. La confrontation finale devra attendre, ce tome étant principalement dédié à Vincent Nightray, volant…

A Mad Tea-Party

Graphisme - 77%
Histoire - 66%
Mise en scène - 71%
Originalité - 57%
Edition - 75%
Dans son genre - 70%

69%

Cheshire

C'est toujours un drôle de sentiment que l'on ressent à l'achèvement d'une série mais la préparation à cette fin est justement menée. Cet avant-dernier tome nous titille comme il faut pour que l'on apprécie le dernier acte.

A propos de Yukionna

Yukionna
Comme dit l'adage, je suis tombée dedans quand j'étais petite en regardant avec assiduité Card Captor Sakura quand ça passait sur une certaine chaîne hertzienne. Fan des Clamp devant l'Éternel, je voue un culte sans modération aux œuvres de Type-Moon et Shaft.

Laisser un commentaire

banner