Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Oméga – Alien mégalo sous contrôle – Tome 1

Publicité

Oméga – Alien mégalo sous contrôle – Tome 1

Oméga – Alien mégalo sous contrôle – Tome 1 Éditeur : Kazé Manga
Titre original : DEZI-CON
Dessin : Tomohito ODA
Scénario : Tomohito ODA
Traduction : Thibaud DESBIEF
Prix : 6.79 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 27/01/2016

Justicière dans l’âme, Shiho Hoshino est une dure à cuire que tout le lycée prend pour la pire des racailles ! Un jour, alors qu’elle profite d’un bain dans la station thermale familiale, un ovni piloté par un certain “Digiraoki Seko Omega” s’écrase juste sous son nez ! Cet extraterrestre, aussi mégalo que puissant,s’auto-proclame modestement “nouveau maître” de la Terre et annonce l’extermination totale de l’espèce humaine, à commencer par Shiho !! Mais voilà que l’envahisseur au pouvoir électrique se retrouve soudain coiffé d’une antenne reliée à une manette permettant aux autres de contrôler sa force !! La donne a changé et Shiho compte bien prendre les commandes de cet alien survolté…

En ce début d’année, les éditeurs se font plaisir avec des nouveautés diverses et variées comme One-Punch Man chez KurokawaLes Enfants de la Baleine ou encore L’Ère des cristaux chez Glénat ou encore Abyss chez Soleil (pour ne citer que ceux-là…).

Chez Kazé Manga, on a décidé d’attaquer l’année avec Omega – Alien mégalo sous contrôle et Platinum End. Même si on se doute bien que c’est la nouveauté du duo d’auteurs de Death Note qui fait beaucoup parler d’elle, Manga Mag a décidé de jeter un oeil au shônen annoncé en 3 tomes de Tomohito ODA (pas Eiichiro et pas de lien de parenté avec le papa des pirates les plus célèbres du monde, désolé !).

Autant le dire tout de suite, avec Omega, Kazé Manga est en terrain connu puisque l’héroïne n’est pas sans faire penser une certaine Chitoge (celle de Nisekoi oui oui). Shiho, est une justicière qui a une réputation peu glorieuse. Même si elle est toujours prête à aider les gens, sa tête fait peur ! Du coup, les gens la prennent pour une petite racaille et la fuient presque… Cette bonté d’âme se verra aussi lors de sa première rencontre avec Omega ou plutôt Digicode, comme elle se plaît l’appeler.

Loin d’elle l’idée de le tuer ou de l’humilier, elle va faire le choix de le rendre plus terre à terre, plus humain. Evidemment, avec le caractère complètement opposé de l’extra-terrestre, les choses vont s’avérer plus corsées que prévu… Omega n’en rate pas une. Dès qu’une occasion se présente, il tente de filer, de récupérer la télécommande qui contrôle ses pouvoirs ou de pourrir Shiho.

Graphiquement, le trait d’ODA est assez bon et il utilise les trames intelligemment, ce qui donne à Omega un petit cachet. Certaines double-pages sont particulièrement réussies et les attaques spéciales en jettent clairement. Jetez un oeil à la dernière page du manga, celle avec les crédits, et vous verrez. Après, les décors sont pas fous mais les arrière-plan sont assez remplis pour faire le boulot correctement et éviter un effet trop « vide », effet qui ne fonctionne qu’avec des dessins hyper-stylisés comme ceux de Tite KUBO dans Bleach par exemple.

En ce qui concerne la structure du récit, chaque histoire est, pour le moment, indépendante et possède un schéma narratif trop similaire pour être autre chose qu’anecdotique. L’auteur commence par une petite scène humoristique ou on verra Omega faire preuve d’absence d’un sentiment humain lambda et se terminera par l’alien retrouvant (temporairement) ses pouvoirs et réglant la situation à coup de pouvoirs.

L’édition reste dans les classiques des shônen de chez Kazé Manga. Si vous avez déjà eu un tome de Toriko ou de Beelzebub en main, vous ne devriez pas être vraiment surpris. Format assez compact mais papier bien blanc qui fait ressortir des noirs profonds même si l’auteur n’abuse pas forcément du remplissage à couleur unique.

Petit (gros ?) plus de Kazé Manga : l’éditeur se met à construire des pages de crédit de plus en plus jolies. Elles utilisent « l’ambiance » de la série ainsi qu’un dessin emblématique pour sortir de la monotonie d’une liste de noms classique. Celle d’Omega reprend l’une des cases les plus réussies du manga, un « cri du coeur » du personnage principal particulièrement expressif.

Omega – Alien mégalo sous contrôle n’est pas un titre particulièrement mauvais comme on aurait pu l’attendre vis à vis de son titre. La version japonaise n’étant pas très révélatrice pour un français (Dezi-con), Kazé Manga aura fait le choix d’un changement peut-être un peu lourd pour vraiment fonctionner (Qui aime les titres à rallonge ?). Cependant, le manga n’est pas bon non plus puisque l’originalité ne prime pas et que les personnages possèdent tous ce petit côté « déjà-vu ».

En ce début d'année, les éditeurs se font plaisir avec des nouveautés diverses et variées comme One-Punch Man chez Kurokawa, Les Enfants de la Baleine ou encore L'Ère des cristaux chez Glénat ou encore Abyss chez Soleil (pour ne citer que ceux-là...). Chez Kazé Manga, on a décidé d'attaquer l'année avec Omega - Alien mégalo sous contrôle et Platinum End. Même si on se doute bien que c'est la nouveauté du duo d'auteurs de Death Note qui fait beaucoup parler d'elle, Manga Mag a décidé de jeter un oeil au shônen annoncé en 3 tomes de Tomohito ODA (pas Eiichiro et pas de lien de parenté avec le papa des pirates les plus célèbres du monde, désolé !).…

SOS d'un alien en détresse (hommage)

Graphisme - 72%
Histoire - 58%
Mise en scène - 60%
Originalité - 44%
Edition - 70%
Dans son genre - 65%

62%

Toy Boy

Le premier tome d'Omega confirme un peu notre première impression : le titre se laisse lire mais n'a absolument rien de remarquable. Avec seulement 3 tomes, il pourrait néanmoins se révéler être un bon petit divertissement (notamment grâce au personnage de Shiho) pour qui n'en attendra pas le shônen de l'année.




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner