Publicité


Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / My Teen Romantic Comedy – Tomes 1 et 2 de Naomichi IO et Wataru WATARI (Ototo)

My Teen Romantic Comedy – Tomes 1 et 2 de Naomichi IO et Wataru WATARI (Ototo)

My Teen Romantic Comedy – Tomes 1 et 2 de Naomichi IO et Wataru WATARI (Ototo) Éditeur : Ototo
Titre original : Yahari Ore no Seishun Love Come wa Machigatte Iru
Dessin : Naomichi IO
Scénario : Wataru WATARI
Traduction : Benjamin MORO
Prix : 6.99 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 21/09/2018

« La jeunesse, c’est le mal ! » Le jeune Hachiman a une vision des plus pessimistes de la vie. De toute façon, sa situation actuelle ne le pousse guère à déborder d’optimisme : pas d’amis, pas de petite amie et sa capacité à envisager l’avenir est totalement nulle. Pour le faire changer, sa conseillère d’orientation le pousse à rejoindre le « Club des Volontaires » qui vise à aider les lycéens à résoudre leurs problèmes et à réaliser leurs rêves. Néanmoins, ses ennuis ne font que commencer : déjà forcé à se remettre en question, Hachiman apprend qu’il doit coopérer avec Yukino, une élève, aussi brillante que sarcastique et antipathique, qui ne lui laissera aucun répit. La rencontre de ces deux lycéens aux caractères si différents risque de créer des étincelles. Intégrez le Club des Volontaires et suivez les péripéties d’un duo explosif !

Après la parution du light novel chez OfelbeOtoto nous propose la version manga de My Teen Romantic Comedy is Wrong as I Expected (ou Comigairu si vous avez la flemme et que vous voulez utiliser le surnom officiel donné par l’auteur). Au scénario, c’est toujours Wataru WATARI et au dessin, on retrouve Naomichi IO. Est-ce que le format manga marche bien pour ce titre ? Réponse tout de suite !

Hachiman, c’est un lycéen blasé qui n’est pas spécialement motivé par l’aspect social de l’environnement scolaire. Avec son regard un peu teigneux, il ne s’attire pas forcément les bonnes graces de ses camarades et vit un peu en mode reclus. Il s’en moque un peu de toutes façons car il semble avoir un problème avec les autres. Qu’à cela ne tienne, sa conseillère d’orientation le met sur le chemin de Yukino, une jeune fille qui est aussi en marge des autres élèves à cause de son talent immense et de son manque de tact chronique.

Entre Hachiman le loser tout ce qu’il y a de plus banal et la surdouée sans filtre Yukino, il y a un lien assez étonnant qui se forme. Si les deux personnages ne s’apprécient pas forcément pour commencer, leurs caractères s’accordent et surtout, ils annulent le négatif l’un de l’autre. Hachiman parvient à canaliser un peu le manque de tact de Yukino et faire ressortir ses capacités hors du commun alors que dans le cas de la jeune fille, elle va réussir à le faire parler plus avec ses camarades de classe et leur fera remarquer qu’il a bon fond.

Cette complémentarité est l’un de l’élément les plus originaux de la série. On a l’habitude des personnages aux caractères opposés qui se contrastent et donc fonctionnent ensemble mais ici, c’est différent puisque ce sont les actions qui permettent de mettre en valeur des traits de chacun, ce qui pousser les autres à changer et à les voir différemment.

L’humour a un rôle prépondérant dans My Teen Romantic Comedy is Wrong as I Expected. La série de WATARI et IO ne se prend clairement pas au sérieux et c’est un vrai plaisir que de voir que c’est encore possible en 2018. Alors oui, le titre est une comédie romantique qui met en scène un personnage qui ne croit pas aux clichés du genre mais qui se trouve tant bien que mal en plein dans l’une d’elle.
C’est blindé de référence à la culture japonaise des années 90/2000 et le personnage de Zaimokuza aide bien (la conseillère d’orientation aussi) avec son côté otaku pour les introduire un peu n’importe quand sans que cela ne vienne casser la narration.

Dans le déroulement, le titre m’a un peu fait penser à l’excellent Iris Zero (disponible chez Doki-Doki) dans la mesure où on a un groupe de gens qui va venir en aide à leurs camarades de classe et grandir avec les personnes aidées. Que ce soit Yuigahama, Zaimokuza ou Totsuka, les trois personnages vont graviter autour du club des volontaires d’Hachiman et Yukina une fois leur problème résolu. Si on ajoute que le personnage principal est un reclus qui n’aime pas vraiment avoir de contacts avec les autres… On retrouve quelque chose d’assez similaire, les pouvoirs en moins bien sûr.

Visuellement, le travail de Naomichi IO ne se démarque pas énormément d’un bon nombre de mangas de ces dernières années. Il possède un style moderne passe-partout qui suffit parfaitement pour mettre en images l’histoire de Wataru WATARI mais force est de constater que Comigairu ne viendra pas révolution l’univers des comédies romantiques d’un point de vue dessin.
On notera quand même un découpage assez intéressant avec des planches qui sortent un peu du carcan traditionnel. IO n’hésite pas à faire sortir des personnages des cases où à utiliser des formes moins rectangulaires que ce qu’on à l’habitude de voir dans les séries du genre. Le mangaka utilise aussi beaucoup les « marges » ou les arrière-plans pour ajouter ses gags et références à la culture japonaise  (sans jamais surcharger ses cases soit dit en passant).

L’édition d’Ototo reste dans le style de l’éditeur. On a le droit à un ouvrage semi-rigide avec quelques pages en couleurs plutôt jolies. Le papier utilisé est, comme d’habitude, de bonne qualité et est assez blanc et épais comparé à ce qui se fait chez d’autres éditeurs.
La traduction de Benjamin MORO est intéressante dans la mesure où on voit que certains endroits ont clairement été adaptés mais aussi que des choix ont été faits sur les passages où il fallait plutôt garder la référence japonaise. En même temps, il y a tellement de clins d’oeil qu’il aurait été dommage de se priver du potentiel effet nostalgie des titres en question.

I love mangas with a long title in English especially when it is grammatically incorrect

Graphisme - 66%
Histoire - 71%
Mise en scène - 78%
Originalité - 70%
Édition - 75%
Dans son genre - 70%

72%

RomCom

Comigairu est un manga avec beaucoup d'humour et de références (si vous avez commencé les mangas et la japanim' dans les années 90s ou avant parce que sinon... Qui se souvient de Scryed ?) qui raconte une histoire pourtant très simple et sympathique. Avec ses personnages qui deviennent plus sympathiques au fil de pages, le titre ne pourra que gagner en qualité.




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.