Publicité


[Dossier] Kazuo KAMIMURA, l’estampiste de l’ère Shôwa

Museum – Tome 1

Museum – Tome 1 Éditeur : Pika Édition
Titre original : Museum
Dessin : Ryôsuke TOMOE
Scénario : Ryôsuke TOMOE
Traduction : Thibaud DESBIEF
Prix : 8.05 €
Nombre de pages : 240
Date de parution : 12/04/2017

Une femme dévorée par des chiens, un homme découpé en petits morceaux… Une série de meurtres, un seul indice… une signature sur chaque scène, un petit message laconique, un verdict inscrit sur un papier. Le lieutenant Sawamura, secondé par le sergent Nishino, enquête mais manque cruellement de pistes. Et pour ne rien arranger, Sawamura n’arrive plus à joindre sa femme qui a quitté le domicile conjugal avec leur fils…

Annoncé fin mars, Museumseinen signé Ryôsuke TOMOE, débarque en librairie ce mercredi. Avec trois petits tomes, deux cas de figure sont possibles : soit la série n’a eu aucun succès et a été arrêtée par l’éditeur, soit l’auteur a bien travaillé son scénario et maîtrise son histoire du début à la fin. Alors, à votre avis, quelle est la bonne réponse ?

Même si, dans un seinen, le graphisme n’est pas forcément la chose la plus importante (les jeunes adultes savant, généralement apprécier une histoire et un talent de conteur sans que le trait suive forcément une certaine logique et certains standards), TOMOE se débrouille plutôt bien avec des personnages dessinés de manière réaliste comme il est de coutume dans le genre. Ce qui va venir leur donner un peu de force, ce sont les expressions faciales. Le dessinateur parvient à insuffler une bonne dose de dynamisme à ses créations et on voit très facilement ce que chacun ressent.

La diversité des décors n’est pas fantastique mais il y a ce qu’il faut pour faire le boulot correctement. On note cependant qu’ils sont un peu plus fouillé lors des scènes d’action. Il y a, vers la fin du tome, une petite scène de poursuite qui vaut clairement le détour.
Pour la mise en page, impossible de faire plus classique. TOMOE n’utilise rien d’autre que des cases rectangulaires tout ce qu’il y a de plus traditionnel. Ce n’est pas dérangeant car il sait les utiliser correctement mais ne vous attendez à aucune surprise à ce niveau là.

Évidemment, ce qui fait le coeur d’un seinen, c’est son histoire. Ici, le mangaka nous propose un thriller dans la plus pure tradition  du genre : il y a des meurtres un peu spéciaux et un membre des forces de police va devoir tenter d’arrêter le criminel. TOMOE tente quand même de mettre un peu d’originalité avec un thème « punition » qui donne des scènes d’un macabre stylisé assez frais. On imagine presque le tueur de Dexter by Design (le roman de Jeff LINDSAY) qui se serait échappé et volerait de ses propres ailes dans ce manga.

Le dessinateur sait gérer la tension et fait monter la pression petit à petit notamment en changeant l’implication du personnage principal de manière intelligente. Le tome fourmille de bonnes idées et la mise en place est assez rapide pour capter l’attention du lecteur très rapidement.
Sans temps mort, l’action est pourtant très variable. On passe très naturellement d’un brainstorming entre membres des forces de l’ordre à une scène de meurtre ou encore à une poursuite ou même une simple discussion entre deux personnages. En tout cas, il y a de quoi faire en sorte d’avancer l’action.

Grâce à tous ces artifices, l’histoire est bien maîtrisée et TOMOE se permet de donner quelques indices au fil des chapitres et tout commence à se goupiller en fin de tome. Le seul bémol que l’on pourrait mettre, c’est que les choses semblent presque « résolues ». Il ne reste pas grand chose à découvrir et on peut se demander comment l’auteur va garder l’intérêt du lecteur pendant encore deux tomes complets de 240 pages (même si ce premier volume laisse quand même un bon espoir).

Les personnages sont bien utilisés, en particulier Sawamura. Comme dit plus haut, l’implication du héros est progressive et il n’est pas forcément à fond dès le début du tome. Par contre, alors que les révélations s’accélèrent, il va se sentir un peu plus investi et motivé pour tenter de résoudre les mystères autour de la série de meurtres.

Pour finir, petit mot sur l’édition qui change légèrement de ce qu’on a l’habitude de voir chez Pika. L’ouvrage fait penser à un titre de chez Ki-oon avec un format seinen (livre plus large) et un caractère rigide que l’on ne retrouve pas d’habitude dans les livres qui sortent chez l’éditeur. On sent aussi une qualité de papier très agréable malgré l’aspect crème grâce à une épaisseur bien choisie.
Pour la traduction, on retrouve Thibaud DESBIEF qui n’a plus rien à prouver à ce niveau là. Les textes sont fluides et s’enchaînent sans que le lecteur ne puisse vraiment trouver à y redire. Ça coule, tout simplement !

Si vous aussi, vous êtes adeptes du formol...

Graphisme - 78%
Histoire - 72%
Mise en scène - 77%
Originalité - 62%
Edition - 80%
Dans son genre - 75%

74%

Croa

Museum est une série qui pourra faire penser à Manhole de Tetsuya TSUTSUI. C'est un thriller bien construit et qui se repose sur des personnages intéressants et bien développés. Graphiquement très propre, les amateurs du genre ne devraient avoir aucun problème à se laisser tenter. Pour les autres, ils auraient tort de ne pas s'y essayer.




A propos de Ours256

Ours256

J’aime bien regarder des trucs chelous… et les langues aussi.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]