Publicité

Publicité

Moyasimon5

Moyasimon – Tome 5

Moyasimon – Tome 5 Éditeur : Glénat
Titre original : Moyashimon
Dessin : Masayuki ISHIKAWA
Scénario : Masayuki ISHIKAWA
Traduction : Anne-Sophie THEVENON
Prix : 9.15 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 03/06/2015

C’est l’automne et la saison des changements : Sawaki voit de nouveau les micro-organismes, Kei décide de rénover le sakaya Hiyoshi avec des méthodes aussi personnelles que radicales et Hasegawa a disparu de la circulation. La dernière fois qu’elle a été vue, elle montait dans la voiture de son père… La petite troupe va donc devoir se passer d’elle pour le festival des moissons, qui est à peu près aussi loufoque que le festival de printemps… surtout avec les “bons plans” de Misato et Kawahama…

Cinquième opus et retour à la normale puisque Sawaki retrouve sa faculté de voir les microbes. Bonne nouvelle, ou pas, cela va lui permettre de s’impliquer à 100% dans le Festival des moissons.

Au début, je dois avouer que j’avais un peu peur de voir une simple « redif’ » du festival de printemps mais pas du tout. ISHIKAWA parvient à se renouveler et à proposer des situations toujours aussi originales. Je le suspecte d’ailleurs d’avoir utilisé son vécu du Comiket (une convention qui se déroule au Japon) pour le « top départ » de son festival des moissons ou alors, il a regardé la télé pendant les soldes…

Cette masse de gens qui se ressemblent tous plus ou moins et qui se jettent corps et âme dans la « bataille » parce qu’il faut bien parler de combat ici. C’est une lutte ou chacun donne le maximum pour TOUT obtenir. Les gens sont venus en groupe où chaque membre à un produit spécifique en tête de liste.

Qui dit organisation militaire (avec une belle référence à Eyeshield 21) dit incidents militaires et problèmes « diplomatiques » (oui oui, on parle toujours d’un festival où sont vendus des produits locaux). ISHIKAWA se débrouille vraiment bien pour imager et propose une vision original d’un événement pourtant très banal.

La fin du tome lance un arc un peu plus long que d’habitude avec la « disparition » d’Hasegawa qui s’est rendue en France (l’auteur a même dessiné l’intérieur du terminal 2F à Charles de Gaule). Connaissant le style si particulier de la série, dur de ne pas être impatient de voir quels microbes sont « typiquement français » !

Petit mot quand même sur l’édition mais j’ai l’impression que le papier est de plus en plus fin, ce qui n’est vraiment pas pratique pour lire dehors (c’est quand même l’été). L’effet de transparence est vraiment désagréable et comme il a beaucoup à lire, ce n’est pas évident quand ça traverse…

Pour ma part, je suis sûr d’une chose, la traductrice doit s’arracher les cheveux sur chaque tome quand on considère la masse de texte faramineuse qu’ils contiennent (et je ne parle même pas des termes scientifiques…). Malgré cela, la série se suit plutôt bien et on commence enfin à avoir des arcs un peu longs, de quoi accrocher le lecteur un peu plus encore.

Cinquième opus et retour à la normale puisque Sawaki retrouve sa faculté de voir les microbes. Bonne nouvelle, ou pas, cela va lui permettre de s’impliquer à 100% dans le Festival des moissons. Au début, je dois avouer que j’avais un peu peur de voir une simple « redif’ » du festival de printemps mais pas du tout. ISHIKAWA parvient à se renouveler et à proposer des situations toujours aussi originales. Je le suspecte d’ailleurs d’avoir utilisé son vécu du Comiket (une convention qui se déroule au Japon) pour le « top départ » de son festival des moissons ou alors, il a regardé…

Dr Mario n’est plus très loin.

Graphisme - 73%
Histoire - 60%
Mise en scène - 56%
Originalité - 78%
Edition - 55%
Dans son genre - 74%

66%

Infecté

Pour ma part, je suis sûr d’une chose, la traductrice doit s’arracher les cheveux sur chaque tome quand on considère la masse de texte faramineuse qu’ils contiennent (et je ne parle même pas des termes scientifiques…). Malgré cela, la série se suit plutôt bien et on commence enfin à avoir des arcs un peu longs, de quoi accrocher le lecteur un peu plus encore.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner