Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Moving Forward – Tomes 1 & 2

Publicité

Moving Forward – Tomes 1 & 2

Moving Forward – Tomes 1 & 2 Éditeur : Éditions Akata
Titre original : Aruitô
Dessin : Nagamu NANAJI
Scénario : Nagamu NANAJI
Traduction : Miyako SLOCOMBE
Prix : 6.95 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 09/03/2017

Kuko, jeune lycéenne, affiche toujours un sourire radieux ! Mais autour d’elle, personne ne semble soupçonner que derrière cette apparente bonne humeur se cache une profonde douleur. Ni son père. Ni Kiyo, son voisin métisse. Ni Ibuki, son amie d’enfance fan de shôjo mangas. Seul Outa, jeune étudiant en école d’art, réussit à lire en elle, au-delà des apparences. Car en réalité, depuis sa plus tendre enfance, Kuko souffre d’une absence : de celle d’une mère décédée lors du grand séisme de Kobé. Alors, pour exorciser tout son mal-être, la jeune fille aime tenir son blog photo, sur lequel elle poste « sa vision du monde », à travers le regard des animaux. Mais l’arrivée dans son quartier d’un garçon plus perspicace que les autres pourrait bien chambouler son quotidien…

Après le décevant Koibana chez Panini Comics, Nagamu NANAJI fait un retour en force chez Akata avec un titre extrêmement bien travaillé. Si le premier tome pose doucement les bases des personnages, c’est au second que le scénario prend tout son essor pour mieux accrocher le lecteur.
L’éditeur a donc été intelligent en sortant les deux premiers numéros de cette série qui en comptera 11 au total. Avec ses couvertures très détaillées, Moving Forward vous emmène à la découverte de la ville de Kobe et de ses habitants.

C’est la première chose qui frappe quand on regarde ce titre : les couvertures représentent l’héroïne dans une sorte de décor réel. L’auteure a particulièrement travaillé sur la ville de Kobe pour l’inclure dans son histoire. Pour une fois, on ne pourra pas dire que ce shôjo est dans le classique épuré. Ici, tout fourmille de détails que vous pourriez retrouver en visitant la cité.
Cette présence est assez importante et revient sans cesse dans l’histoire par le biais de balades ou de photos.

Ce n’est que dans le tome 2 que l’on comprend l’intérêt de la ville. En effet, en 1995, un séisme a frappé durement Kobe, faisant près de 7000 morts. C’est dans ce contexte particulier que grandit Kuko et toute sa personnalité en découle. Elle est vive et sourit tout le temps. Elle s’applique toujours à faire sourire son entourage grâce à son bonheur communicatif.
Cependant, des failles apparaissent tout au long de son récit, des fêlures qu’elle a du mal à accepter.

Dans le manga à succès de l’auteure, Parfait Tic, l’héroïne est prise de cours par l’arrivée de nouveaux voisins qui formeront un trio amoureux. Alors quand Moving Foward s’ouvre sur l’arrivée d’un nouveau venu, cela sonne un peu comme une vieille rengaine. Étonnamment on est pris au dépourvu par un personnage féminin « otaku », meilleure amie de Kuko qui va justement faire une mise en abime en déclarant que l’héroïne va surement en tomber amoureuse.

Cette façon de présenter les clichés des shôjo fait sourire et envoie une belle promesse de scénario moins convenu. Néanmoins, difficile de faire original en amour… Ainsi, on aura pas moins de trois garçons pour faire chavirer Kuko : Kiyo, l’ami d’enfance qui tardera pas trop à se déclarer; Ôta, l’artiste dont Kuko est amoureuse mais à sens unique et enfin Sazuki, le nouveau qui ne pense qu’à repartir. Les personnages féminins sont aussi de la partie et contribuent à une grande diversité de personnalités.

A priori, on va se concentrer sur l’héroïne et ses états d’âme ainsi que sur sa propre vision de la vie. Doit-elle constamment sourire ? Elle comprend petit à petit que ses sourires peuvent exprimer différentes facettes et qu’ils provoquent la joie comme la tristesse chez ceux qui la croisent. Il s’agit d’une profonde remise en question de sa relation aux autres. D’un autre coté, ça va lui permettre d’avancer et de grandir, de passer de l’adolescente à l’adulte.

Difficile de comprendre l’importance de ce titre pour l’auteure mais on sent l’immense travail investi. De la mise en page aux décors, en passant par la psychologie ou les références, tout est minutieusement pensé et s’emboite parfaitement. Le titre est une vraie surprise venant de cette habituée des classiques. C’est d’autant plus étonnant que l’on sent à chaque page le long processus de réflexion sur cette série, un investissement qui devrait payer avec une série attachante à l’atmosphère bien particulière.

Pour ce retour, Nagamu NANAJI a très bien géré un virage a 90° tout en gardant son style graphique très travaillé qui rend les expressions détaillées et permet l’utilisation d’une multitude de personnages sans pour autant se perdre. Moving Forward est une belle surprise qui ne doit pas trop se perdre dans les histoires d’amour pour se concentrer sur la psychologie si l’on veut un résultat optimal ! À suivre donc…

Après le décevant Koibana chez Panini Comics, Nagamu NANAJI fait un retour en force chez Akata avec un titre extrêmement bien travaillé. Si le premier tome pose doucement les bases des personnages, c'est au second que le scénario prend tout son essor pour mieux accrocher le lecteur. L'éditeur a donc été intelligent en sortant les deux premiers numéros de cette série qui en comptera 11 au total. Avec ses couvertures très détaillées, Moving Forward vous emmène à la découverte de la ville de Kobe et de ses habitants. C'est la première chose qui frappe quand on regarde ce titre : les couvertures représentent…

En avant toute !

Graphisme - 70%
Histoire - 72%
Mise en scène - 74%
Originalité - 68%
Edition - 69%
Dans son genre - 71%

71%

Smile

Sacré réussite pour cette auteure et on comprend le changement d'éditeur en France. Moving Foward est réellement prometteur avec sa galerie de personnages attachants et un Kobe retranscrit avec beaucoup de précision. Kuko est une battante qui accepte ses faiblesses sans les montrer, tout à fait le genre de personne dont on a envie de s'inspirer.




A propos de Marcy

Juste un chat qui traine partout, fan de Sailormoon devant l'éternel, spécialiste du glauque et du déviant, chose étrange: ne travaille pas/plus dans le monde de l'animation.

Laisser un commentaire

banner