Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Monster X Monster – Tome 1

Publicité

Monster X Monster

Monster X Monster – Tome 1

Monster X Monster – Tome 1 Éditeur : Ki-oon
Titre original : Monster X Monster
Dessin : Nikiichi TOBITA
Scénario : Nikiichi TOBITA
Traduction : Thibaud DESBIEF
Prix : 7.65 €
Nombre de pages : 200
Date de parution : 23/02/2017

L’époque où l’humanité tremblait face aux monstres est révolue. Aujourd’hui, ce sont les monstres qui sont les proies des humains ! Les Bringers, spécialistes de la chasse aux créatures fantastiques, sont de véritables stars respectées de tous. Enfin, sauf du héros de notre histoire, le pire glandeur de l’humanité !

À 29 ans, il vit encore chez ses parents et passe ses journées à se curer le nez en pestant contre l’attention portée aux Bringers. Il mène un combat quotidien contre sa mère, qui menace de le tuer s’il ne va pas chercher du travail… et, en bon parasite, il s’arrange pour rentrer bredouille à chaque fois ! Contre toute attente, la mère finit par avoir raison de la résistance du fils.

Ce dernier se retrouve ainsi embarqué bien malgré lui dans un voyage initiatique pour devenir… Bringer ! Mais comment s’en sortir quand le moindre contact avec le plus minuscule des monstres suffit à vous faire tourner de l’œil ?

Le froid du mois de février est violent ? Il est donc normal de rester chez soi et quoi de mieux que de se faire un bon petit manga au chaud sous les couvertures ?
Ki-oon a pensé à ses lecteurs et proposent deux nouveautés ce mois-ci. Aujourd’hui, c’est Monster X Monster, série en trois tomes de Nikiichi TOBITA, que vous pourrez retrouver chez votre libraire préféré.

Le mangaka aurait-il un fétichisme pour les gens qui se curent le nez ? C’est un peu la question que l’on se pose tout au long de la lecture de ce premier volume qui propose plusieurs dizaines de gros plans sur le protagoniste avec les doigts dans le nez.
Petit tic à ressort comique typiquement japonais, il met l’accent sur le côté « je-m’en-foutiste » du personnage toujours prompt à abandonner aussitôt ses « bonnes » résolutions. Utilisé comme un ressort comique, ce gimmick est un peu trop utilisé pour réellement faire effet. Il faut avouer tout de même que l’auteur ne nous prend pas vraiment à défaut car il annonce la couleur dès la couverture où l’on voit le héros se rentrer généreusement un doigt dans le tarin…

TOBITA choisit de jouer la carte de l’anti-héros avec ce bon à rien de fils qui sert de protagoniste. Il est pervers (normal me direz-vous), mou, antipathique mais il a les élans de « bonté » ou « d’héroïsme » propres au héros qui se finissent malheureusement toujours par une scène de curage de nez dès la case suivante.
Si le comique de situation fonctionne au début, il s’essouffle assez vite tant l’effet devient prévisible, les situations se répétant à l’envie selon un schéma similaire…

Cette introduction maladroite est un peu dommage puisque le monde imaginé par l’auteur est digne d’un croisement entre Monster Hunter et Gintama. On retrouve un mélange Moyen-Âge/monde moderne qui passe plutôt bien et des ennemis monstrueusement impressionnants qui pourraient donner lieu à des combats dantesques.
C’est à se demander si, comme son héros, TOBITA ne s’est pas dit : « C’est trop de taff, je vais plutôt faire un truc à moitié cool, c’est moins d’efforts. »… En tout cas, on a, dans ce premier tome, cette impression de travail fait à la va-vite qui fait office de gâchis.

Le point positif, c’est que si l’histoire et la mise en scène sont très moyennes, l’auteur a du passer un temps fou à travailler sur ses dessins. Monster x Monster est particulièrement abouti graphiquement et on le voit presque immédiatement lors de l’apparition de créatures, quelles qu’elles soient.
Elles bénéficient toutes d’un niveau de détail que l’on pourrait considérer comme égal à celui de Ryûta FUSE dans Monster Hunter Epic et c’est loin d’être négligeable !

TOBITA se laisse une certaine liberté dans le découpage et change de style selon ses envies. Ça ne sert pas forcément l’histoire mais disons que c’est quand même agréable à l’oeil.
Il démarre avec un style plutôt basique avec beaucoup de petites et moyennes cases pour les scènes de la vie quotidienne faisant intervenir des personnages humains et les grandes cases (une demi-page ou une page complète) pour les monstres et autres créatures.
Dans la deuxième partie du tome, il y a un peu moins de cohérence dans l’utilisation mais on remarque plus de combats et donc plus de cases longues et/ou larges pour des vues plus spectaculaires.

Ki-oon propose un ouvrage semi-rigide au format seinen qui leur est si cher. L’éditeur fait probablement partie des derniers du marché français à encore imprimer en France et à produire des livres aussi agréables à tenir en main.
Pas de pages en couleur ou de vernis sélectif et autres effets particuliers sur la jaquette qui reste sur le papier laminé habituel de l’éditeur (là où Lockdown avait eu droit à un effet peau de pêche un peu plus agréable en main).

Au niveau de la traduction, ce qui devrait sauter aux yeux des lecteurs, c’est l’utilisation du groupe nominal « pôle emploi » qui détonne totalement dans les premières pages. On ne sait encore pas vraiment le rapport du monde dans lequel se passe l’histoire avec la technologie, pour autant on comprend d’emblée de quoi il est question.
Ce n’est qu’un peu plus tard qu’on voit que l’on se trouve dans un univers hybride entre heroic fantasy moyenâgeux et monde moderne (bon après, c’est vrai qu’il a une sorte de PSP dans les mains sur la couverture…). On imagine donc que l’auteur à utilisé l’équivalent japonais que le traducteur a adapté mais c’est loin d’être évident dès le départ.

Le froid du mois de février est violent ? Il est donc normal de rester chez soi et quoi de mieux que de se faire un bon petit manga au chaud sous les couvertures ? Ki-oon a pensé à ses lecteurs et proposent deux nouveautés ce mois-ci. Aujourd'hui, c'est Monster X Monster, série en trois tomes de Nikiichi TOBITA, que vous pourrez retrouver chez votre libraire préféré. https://www.youtube.com/watch?v=7DTjP3P6gxo Le mangaka aurait-il un fétichisme pour les gens qui se curent le nez ? C'est un peu la question que l'on se pose tout au long de la lecture de ce premier volume qui propose plusieurs dizaines de gros plans…

Cure-toi le nez, je te dirais qui tu es.

Graphisme - 85%
Histoire - 40%
Mise en scène - 46%
Originalité - 56%
Edition - 75%
Dans son genre - 53%

59%

Zero to Zero ?

Ce premier volume de Monster x Monster impressionne par l'écart de niveau entre son dessin et son scénario. D'un côté, on nous propose des monstres effrayants et superbement mis en image mais d'un autre côté, on nous propose une mise en scène peu motivante et une histoire redondante à laquelle il n'est pas facile d'accrocher, la faute à un anti-héros mal dosé. Cependant, les dernières pages laissent présager quelque chose d'un peu plus intéressant pour les deux tomes à venir. À suivre donc...

Acheter sur Amazon

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner