Publicité

Publicité

Mokke9

Mokke – Tome 9

Mokke – Tome 9 Éditeur : Pika Édition
Titre original : Mokke
Dessin : Takatoshi KUMAKURA
Scénario : Takatoshi KUMAKURA
Traduction : Ken KURIKI
Prix : 6.95 €
Nombre de pages : 260
Date de parution : 20/05/2015

Tôko et Shizuru, partageant le même don de voir les esprits venant de l’au-delà, commençaient mutuellement à s’ouvrir leur cœur. Mais, le jour où Tôko apprend le décès de sa grand-mère, elle est aussitôt possédée par un nozuchi, esprit d’un serpent géant n’ayant ni oreilles ni yeux. Shizuru sollicite alors l’aide de son grand-père afin de chasser le nozuchi de son corps…

La relation entre Tôko et Shizuru connaît des hauts et des bas. Alors que les deux jeunes filles se sont découvertes grâce à leur « don » commun, elles n’ont pas du tout la même vision de ce pouvoir et possèdent des personnalités singulières. Elles ne réagissent pas du tout de la même façon dans des situations similaires.

Malgré quelques désagréments et une attitude particulièrement violente de la part de Tôko, lorsque cette dernière va perdre sa grand-mère, Shizuru va tout faire pour l’aider à remonter la pente. Evidemment, tout serait « trop » simple s’il n’y avait pas un esprit impliqué…

Tôko est victime d’un nozuchi un serpent géant sans oreilles et sans yeux qui s’agrippe à la tête des humains aux pensées noires. Pour l’exorciser, Shizuru va devoir plonger dans le passé de son amie et découvrir que tous ceux qui découvrent des pouvoirs ne sont pas aussi compréhensifs et intelligents que son grand-père.

Via ce flashback, on découvre surtout qu’il y a deux catégories d’adultes : ceux qui font passer l’enfant en priorité et ceux qui font passer ce qu’ils considère comme « le bien commun » d’abord. Il n’y a pas vraiment de méthode qui soit meilleure que l’autre quand il s’agit d’élever un enfant mais chacune à ses points forts et ses points faibles.

Poussée par sa grand-mère, chef d’une secte, Tôko a du utiliser ses pouvoirs sans relâche pendant sa jeunesse, très souvent contre sa volonté. Effrayée par ce qu’elle voyait, la petite fille ne comprenait pas vraiment pourquoi sa grand-mère la forçait à voir ces choses horribles. C’est avec une vision assez négative qu’elle a grandi et c’est toute cette rancoeur qui sera amplifiée par le nozuchi.

Pour Shizuru, c’était différent… Son grand-père était beaucoup plus attentiste concernant son pouvoir. Il a décidé de laisser l’enfant se développer plutôt que de forcer la jeune fille à être au contact de créatures, d’esprits qui l’auraient effrayée. Elle avait aussi la chance d’avoir une soeur qui attire les esprits et avait donc une raison immédiate de chercher à les voir.

Pourtant, ce n’est pas pour rien que la grand-mère utilisait le don de Tôko et ce n’est qu’après qu’elle s’en rendra compte. Il y avait une véritable volonté de sauver des vies et pas de mettre seulement son bien-être en avant. Elle a fait un choix tout simplement.

La relation entre Tôko et Shizuru connaît des hauts et des bas. Alors que les deux jeunes filles se sont découvertes grâce à leur « don » commun, elles n’ont pas du tout la même vision de ce pouvoir et possèdent des personnalités singulières. Elles ne réagissent pas du tout de la même façon dans des situations similaires. Malgré quelques désagréments et une attitude particulièrement violente de la part de Tôko, lorsque cette dernière va perdre sa grand-mère, Shizuru va tout faire pour l’aider à remonter la pente. Evidemment, tout serait « trop » simple s’il n’y avait pas un esprit impliqué… Tôko est…

Les esprits sur la gauche s’il vous plait !

Graphisme - 65%
Histoire - 70%
Mise en scène - 72%
Originalité - 75%
Edition - 65%
Dans son genre - 74%

70%

Tic Tac

Mokke est la série la plus proche de Mushishi que l’on puisse trouver sur le marché. C’est un vrai plaisir de voir que Pika est allé jusqu’au bout dans la publication et qu’on possède un titre aussi bon en France. Avec 9 petits tomes, beaux et enchanteurs, difficile de ne pas vous conseiller le titre de Takatoshi KUMAKURA.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner