Publicité


Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Made in Abyss – Tome 1

[Dossier] Kazuo KAMIMURA, l’estampiste de l’ère Shôwa

Made in Abyss – Tome 1

Made in Abyss – Tome 1 Éditeur : Ototo
Titre original : Made in Abyss
Dessin : Akihito TSUKUSHI
Scénario : Akihito TSUKUSHI
Traduction : Vincent ZOUZOULKOVSKY
Prix : 8.99 €
Nombre de pages : 160
Date de parution : 18/05/2018

Au pied de la ville d’Orse s’étend l’abysse, une faille gigantesque à la profondeur inconnue habitée par d’étranges créatures et emplie d’antiques reliques. Depuis des années, ce gouffre attire de nombreux aventuriers séduits par l’aura de mystère qui l’entoure. On les appelle « les caverniers ». C’est ici que vit Rico, une jeune orpheline obsédée par l’Abysse et désirant marcher dans les traces de sa mère. Un jour, lors de ses prospections, elle découvre le corps inanimé d’un jeune garçon. Elle n’imagine alors pas à quel point cette découverte va changer sa vie et accélérer son destin.

Après la diffusion de l’anime sur Wakanim il y a quelques mois, le manga Made in Abyss d’Akihito TSUKUSHI arrive en France chez Ototo et le moins que l’on puisse dire, c’est que le titre possède une originalité graphique rafraichissante.

Puisque c’est ce qui impressionne en premier lieu, autant en parler tout de suite : l’aspect visuel du titre est loin d’être commun. Le titre, un peu comme le Beyond The Clouds de NICKE à venir chez Ki-oon, emprunte énormément au compte pour enfant, en particulier dans son univers graphiques.
Les planches apparaissent comme crayonnées, presque inachevées même si elles ne le sont clairement pas, il suffit de voir la quantité de détails pour s’en convaincre. On a donc un style qui, s’il était en couleur, ferait probablement très pastel. Parfois, il peut même rappeler Letter Bee d’ASADA dans son approche des paysages (bon, c’est un peu moins post-apocalyptique).

Le mangaka n’hésite pas à proposer des pages complètes pour présenter de nouveaux lieux ou de nouveaux personnages (et histoire d’enchanter nos rétines avec son style type féérique). Par contre, on remarquera une utilisation quasi constante de petites cases (qui ne tirent que rarement dans la largueur) dans les scènes de la vie quotidienne.
En fait, c’est un peu sa manière à lui d’accélérer l’action lorsqu’il ne se passe « pas grand chose ». Certaines scènes sont un peu vides et même si quelques unes vont venir mettre en place une certaine complicité entre Rico et Légu, elles pourront paraître un peu forcées.

Ces petites cases n’aident d’ailleurs pas lorsque le dessinateur cherche à expliquer beaucoup de choses. Certaines planches sont surchargées de texte, surtout au début et surtout dans ces scènes du quotidien… Les scènes d’action et de découverte sont beaucoup mieux rythmées et visuelles que les tranches de vie qui alourdissent un peu la lecture de ce premier volume.

C’est peut-être le plus gros défaut du titre. Il passe peut-être un peu trop longtemps à mettre en place son univers en amont plutôt que de le montrer petit à petit, au fil de l’aventure de Rico.
Entre la malédiction de l’abysse, les types de caverniers et autres spécificités de l’univers dans lequel évoluent les héros, il y a une quantité très dense d’informations mise à disposition du lecteur. Une approche plus progressive aurait peut-être profité à la série.

Cette mise en scène assez moyenne ne nuit cependant pas à l’originalité du titre et ne vient pas non plus complexifier l’histoire. La base est assez simple : un monde mystérieux stratifié regorge de trésors mais une malédiction empêche les êtres qui l’entourent de s’y aventurer trop profondément sous peine de ne plus pouvoir remonter.

Rico, à la recherche de sa mère, va décider de s’y rendre en compagnie de Légu, un androïde qu’elle a trouvé lors de sa première exploration. Elle suspecte que ce dernier a un lien avec celle qu’elle recherche ainsi qu’avec le mystère des tréfonds de l’abysse. Difficile d’en dire beaucoup plus pour l’instant puisque… c’est tout ce qu’on sait !

Le premier volume de Made in Abyss est une longue introduction qui s’attarde énormément sur l’univers de la série mais aussi sur le personnage de Rico et les relations qu’elle entretient avec les autres caverniers, d’où la présence de pas mal de scènes « tranches de vie ».
La « véritable » histoire ne commencera qu’à la toute fin du tome, lorsque son voyage initiatique débutera. La jeune fille va devoir grandir et apprendre sur le tas si elle veut pouvoir déjouer les pièges de l’abysse…

Cette abysse est d’ailleurs intéressante dans sa construction. Elle est un peu comme l’enfer grec, stratifiée et avec un « soucis » particulier à chaque fois (lié à la malédiction). La différence principale étant que le « trou » d’Akihito TSUKUSHI est vertical alors que le royaume d’Hadès est horizontal !

Ototo a fait un très joli travail d’édition en proposant une édition limitée pour son nouveau titre. Elle contient une carte (détachable) de l’abysse qui permettra aux fans d’avoir une meilleure vision de ce qui attend Rico dans les différentes strates de ce monde inconnu.
Vu le nombre de termes spécifiques qu’il y a dans Made in Abyss, Vincent ZOUZOULKOVSKY à la traduction s’en sort plutôt bien et n’a clairement pas chaumé puisque la majorité a été traduite et non laissée en version originale ou « internationale ». Ça passe bien et les termes sont assez bien trouvés pour que le lecteur ne s’arrête pas pour essayer de deviner la signification de tel ou tel néologisme.

Une aventure qui ne fait que commencer

Graphisme - 84%
Histoire - 66%
Mise en scène - 59%
Originalité - 71%
Édition - 85%
Dans son genre - 73%

73%

Gorge profonde

Made in Abyss est un manga intrigant dans sa forme tant le potentiel de l'abysse est illimité. On pourrait y voir tout et n'importe tant que l'auteur peut l'imaginer. Paysages changeants, créatures spectaculaires et manifestations surnaturelles, il est difficile de vraiment savoir de quoi chaque strate sera faite. Franchement, on a hâte de voir la suite !




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.