Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Lovely Fridays – Tome 1

Dossier Boichi

Publicité

Lovely Fridays tome 1

Lovely Fridays – Tome 1

Lovely Fridays – Tome 1 Éditeur : Tonkam
Titre original : Neko to watashi no kinyôbi
Dessin : Arina TANEMURA
Scénario : Arina TANEMURA
Traduction : Anne-Sophie THEVENON
Prix : 6.99 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 09/03/2016

Pour Ai, 16 ans, le vendredi est un jour particulier. C’est le jour où elle s’occupe du CDI du lycée. Elle peut y passer du temps avec Serizawa, dont elle est amoureuse. C’est aussi le jour où elle donne des cours particuliers à son jeune cousin Nekota. Mais, alors qu’elle était sur le point de se déclarer à Serizawa, Nekota l’en empêche ! Il va alors devenir un vrai poison pour elle.

Alors que le titre I Dream of Love du même auteur n’est pas terminé, l’éditeur Tonkam se lance dans Lovely Fridays, une série romantique en onze tomes. Irina TANEMURA est bien connue dans nos vertes contrées, auteure des célébrissimes FullMoon, The Gentlemen’s Alliance Cross ou encore Princesse Sakura ; elle s’est fait connaître pour des séries alliant drame et fantastique.

Pour la première fois elle se lance dans une série longue, purement romantique. Un style qu’elle ne semble pas maîtriser où qui vise un public bien plus jeune qu’à l’accoutumée. Attention au choc si vous pensez retrouver les codes habituels de cette reine des succès.Les héroines d’Arina TANEMURA ont toujours été torturées, ce sont des enfants abandonnées, maudites, condamnées mais pas Ai.
À 16 ans cette jeune lycéenne a un quotidien paisible et connait les premiers émois de son âge. Elle ne vit que pour les vendredis, jour où elle aperçoit l’élu de son cœur et le reste du temps, tout son monde tourne autour de son amour.
Elle a tout de la jeune fille innocente et adorable, elle aime les choses mignonnes, est intimidée quand elle doit parler, n’est ni bonne ni mauvaise à l’école. Bref, le seul intérêt de ce personnage c’est sa candeur face à ses sentiments mais, là encore, pas de surprise, ils sont réciproques.

Le récit compte deux autres personnages majeurs, Serizawa, le prince des collines d’Ai, un jeune homme gentil, propre sur lui et Nekota, le petit cousin adorable en apparence qui va se révéler être super incisif. Tous deux aiment notre héroïne et vont visiblement se battre pour l’avoir. Pour l’un, c’est chose aisée mais pour l’autre il va falloir jouer à la déloyale pour atteindre son but.

Certes, on est dans une histoire d’amour et il y a un certain romantisme dans les actes de Nekota, prêt à tout pour faire pencher le cœur d’Ai en sa faveur. Ramené dans le monde réel, c’est un peu glauque de voir un garçon prêt à tout pour détruire un couple heureux. C’est un peu comme si on ignorait les sentiments de la fille et le combat aura lieu entre les garçons sans trop d’égards pour elle.

L’autre coté un peu gênant du titre c’est que la mode des garçons « tyrans » façon Kokoro Button ou Wolf Girl & Black Prince est passée depuis longtemps chez nous.
On a eu un tripotée de titres sur le sujet et celui-ci (qui date quand même de 2013) arrive un peu tard dans nos librairies. Si c’est mignon quand on commence ce genre d’histoire, ça devient vite lassant au bout du énième titre avec les mêmes type de personnages. D’ailleurs, la plupart de ces mangas montrent un gros essoufflement sur la longueur car ils ne proposent pas de scénario de fond assez intéressant.

Au delà de ça, l’auteur n’aura jamais aussi bien dessiné : les détails sont impeccables, les expressions sont variées, c’est dynamique sans être chargé, c’est un délice visuel difficilement égalable pour un shôjo.
Cet élément se reflète d’ailleurs sur la couverture qui est très colorée avec un vernis sélectif mat qui donne un chouette effet. Tonkam nous propose une édition bien travaillée même si je regrette toujours le manque d’adaptation des onomatopées. En tout cas, l’auteur utilisant beaucoup de trames et de dégradés on ne note aucun problème de contraste.

Malheureusement, une bonne édition ne suffira pas à combler le manque d’intérêt général de ce premier tome. Pour l’instant, la seule proposition scénaristique est un combat inégal (à cause de l’âge) entre les deux garçons mais je serais très étonnée qu’Arina TANEMURA se contente de ça et j’espère un ressaisissement pour la suite. Sinon, ce sera une grosse déception pour un auteur de cette trempe.

Alors que le titre I Dream of Love du même auteur n'est pas terminé, l'éditeur Tonkam se lance dans Lovely Fridays, une série romantique en onze tomes. Irina TANEMURA est bien connue dans nos vertes contrées, auteure des célébrissimes FullMoon, The Gentlemen's Alliance Cross ou encore Princesse Sakura ; elle s'est fait connaître pour des séries alliant drame et fantastique. Pour la première fois elle se lance dans une série longue, purement romantique. Un style qu'elle ne semble pas maîtriser où qui vise un public bien plus jeune qu'à l'accoutumée. Attention au choc si vous pensez retrouver les codes habituels de…

Niveau de la semaine

Graphisme - 77%
Histoire - 32%
Mise en scène - 54%
Originalité - 33%
Edition - 55%
Dans son genre - 44%

49%

Lundi

Grosse déception pour une excellente mangaka même si I dream of Love était déjà bien en deçà de ses habitudes. La série faisant 11 tomes, il lui reste quand même de quoi se rattraper. Dans le pire des cas, sa nouvelle série fantastique vient de débuter au Japon... !




A propos de Marcy

Juste un chat qui traine partout, fan de Sailormoon devant l'éternel, spécialiste du glauque et du déviant, chose étrange: ne travaille pas/plus dans le monde de l'animation.

Laisser un commentaire

banner