Publicité


Publicité

Love Baka 1

Love Baka – Tome 1

Love Baka – Tome 1 Éditeur : Kurokawa
Titre original : Love-Come no Baka
Dessin : Sakurai SHUSHUSHU
Scénario : Sakurai SHUSHUSHU
Traduction : Fabien VAUTRIN & Maiko_O
Prix : 7.65 €
Nombre de pages : 174
Date de parution : 14/09/2017

Incapable de tenir un planning ou de produire une histoire digne d’intérêt, Suzu Sakura est une mangaka dont la carrière peine à décoller. Sa vie va changer quand elle se voit affecter un nouveau responsable éditorial : séduisant et attentif, il a tout pour plaire… du moins croyait-elle. Car sous ses apparences de gendre idéal se cache un terrible manipulateur. Entre ses mains, les mangas de Suzu vont-ils enfin connaître le succès ?

Les titres à la croisée des chemins sont rares et pourtant Kurokawa en a désormais une jolie collection. Le moins que l’on puisse dire de Love Baka, c’est qu’il sort des sentiers battus du genre shôjo. Drôle, avec cet humour japonais pas toujours facile à appréhender pour nous, cette nouvelle série ouvre des horizons vraiment intéressants qui sauront vous déstabiliser.
Le parcours de l’auteure, Sakurai SHUSHUSHU, explique sans doute ce résultat.

L’histoire se concentre sur deux personnages, d’un coté nous avons Osamu Osegawa qui fait la narration de l’histoire. Il explique que, suite à une querelle avec son rédacteur en chef, il est passé de responsable éditorial d’un magazine de prépublication pour adultes au même poste mais dans un magazine pour jeunes filles.
La chute est rude, d’autant qu’il doit s’occuper du second personnage principal : Suzu Sakura, une auteure pleine d’espoir mais au comportement très dissipé.

Très rapidement, on a un long développement pour cette dernière.
On comprend qu’elle est toujours en retard, très peu soignée et ne délivre pas forcément un travail de qualité. Pourtant, dans ce premier tome on découvre qu’elle a su fournir d’excellents mangas par le passé, mais depuis peu, elle semble se conforter dans les attentes du magazine au détriment de sa propre créativité.
Si au départ on lui donne peu de crédit, elle va démontrer qu’elle possède une force intérieure impressionnante qui fait d’elle une vraie artiste. Sakurai SHUSHUSHU admet bien volontiers que les situations sont inspirées de sa propre vie, ce qui donne ce coté très naturel au titre.

Au niveau d’Osamu, on nous annonce la couleur dès le départ : il n’est pas content de ce nouveau poste et n’en a rien à faire de Suzu. Il a un double visage qu’il utilise habilement pour se donner un genre devant les gens.
Au fil du volume, il semble néanmoins bien faire son travail. C’est pour ça qu’il va réellement défendre le travail de notre héroine et l’aider à progresser. Cette ambiguïté est salutaire car dans ce titre, il n’y a pas de romance entre les personnages pour l’instant.

Si le titre est aussi déroutant, c’est à cause de son ambiance. Suzu est bizarre à souhait avec beaucoup de grimaces ou d’effet de style pour la rendre très vivante et agitée. Elle semble paniquer sans arrêt et le rendu graphique rend tout à fait honneur à cette impression de chaos émotionnel qui l’habite à chaque case.
Cependant à la lecture cela peut rapidement donner le vertige, voire énerver car elle est incapable de se calmer et donc de prendre les bonnes décisions. Bref, elle semble être la dernière des idiotes et pourtant, elle garde cette lueur de génie qui la rend attachante.

Il est difficile de voir où l’histoire va nous mener car il n’y a pas vraiment d’axe d’amélioration dans la narration. Le titre devrait probablement se tourner vers une romance entre les deux personnages mais il faut comprendre que l’humour reste la plus grande force de ce titre.
S’il reste assez particulier, très proche de manga comme Skip Beat ou Switch Girl, il fait aussi l’originalité d’un shôjo comme celui-ci car rares sont ceux qui mettent le comique de situation en avant au détriment de la romance.

Graphiquement, Love Baka se démarque également. On est très loin du style classique shôjo et cela s’explique par le parcours de Sakurai SHUSHUSHU. Auteure à succès de Boy’s Love depuis 2000, elle n’a pas moins d’une trentaine de titres à son actif avec depuis longtemps un style très affirmé.
Du coup, elle n’a pas particulièrement changé et elle n’est pas tombé dans le piège de faire des personnages masculins très empruntés aux BL. Au contraire, elle propose une galerie de personnages tout à fait correcte et assez classique graphiquement.

Au final, Love Baka est un titre particulier qui interpelle sans soulever non plus un enthousiasme incroyable, la faute au manque d’une ligne directrice sur le premier tome. Heureusement, l’auteure a quand même fourni assez d’informations sur Suzu pour que l’on soit assez curieux sur la suite de sa carrière et de sa santé mentale.
Il serait dommage de rater une si belle innovation dans l’univers shôjo et gageons que ce titre saura trouver son rythme de croisière dès le second tome.

Amour et encre de chine

Graphisme - 62%
Histoire - 63%
Mise en scène - 68%
Originalité - 67%
Édition - 66%
Dans son genre - 65%

65%

Baka

Très étrange de retrouver cette auteure après l'avoir connue pour ses titre BL (qui était déjà bien déjantés pour la plupart). Si Suzu est inspirée de Sakurai SHUSHUSHU, on comprend mieux son univers créatif est délicieusement disruptif. Pour un premier tome, Love Baka se défend pas trop mal même si l'humour n'est pas facilement abordable. Reste un réel intérêt pour le scénario qui devrait mieux se développer par la suite.




A propos de Marcy

Juste un chat qui traine partout, fan de Sailormoon devant l’éternel, spécialiste du glauque et du déviant, chose étrange: ne travaille pas/plus dans le monde de l’animation.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]