Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Lesson of the Evil – Tome 1

Publicité

lessonof-the-evil-1-kana

Lesson of the Evil – Tome 1

Lesson of the Evil – Tome 1 Éditeur : Kana
Titre original : Aku no kyoten
Dessin : Eiji KARASUYAMA
Scénario : Yûsuke KISHI
Traduction : Jean-Benoît SILVESTRE
Prix : 7.45 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 03/07/2015

Les professeurs, les élèves, les parents : ce sont tous des monstres. Le lycée devient un terrain de chasse où seule règle la loi du plus fort. Pour résoudre des problèmes devenus de plus en plus fréquents, un professeur d’anglais particulièrement habile manoeuvre en secret… Seiji Hasumi est prêt à tout pour arriver à ses fins.

L’entrée en matière du dernier seinen de chez Kana est très particulière. Après un petit prologue qui nous présente les protagonistes de la série, le mangaka entre direct dans le vif du sujet avec une affaire de châtiment corporel.

Impossible de ne pas penser à GTO après les premières pages mais la comparaison s’arrêtera à une simple pensée (on notera d’ailleurs que Kana a tout fait pour limiter les possibles malentendus car son résumé en quatrième de couverture adopte un style très sombre). Que ce soit dans le dessin, dans le traitement de l’histoire ou même celui des personnages, l’oeuvre d’Eiji Karasuyama n’a rien à voir avec celle de Fujisawa.

Déjà, le titre n’a absolument pas une vocation comique et on le voit presque instantanément dans les réactions du personnage principal qui reste toujours très sérieux, calculateur. Quelque chose ne tourne pas rond avec ce « Hasumin » que tous les élèves semblent apprécier ; il est trop « parfait ». Il n’a jamais rien à se reprocher et parvient à gérer de nombreux problèmes sans grandes difficultés. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on lui confie une classe « à problèmes » où il va pouvoir mettre tous ses talents de manipulateurs à l’oeuvre.

En effet, le héros possède un véritable don pour quelqu’un qui travaille en collège-lycée : c’est un beau parleur. Hasumin sait utiliser les mots à son avantage, que ce soit avec des adultes ou avec des adolescents. Cependant, avec ses sourires en coin et certaines de ses pensées particulièrement violentes, on se doute qu’il n’est pas tout blanc lui non plus… Si vous n’êtes pas convaincu, regardez la jaquette !

Le trait a un petit côté sympathique dans la mesure où l’auteur fait vraiment un effort pour que les personnages principaux soient reconnaissables au premier coup d’oeil. Cependant, il n’a rien d’exceptionnel et reste dans la mouvance de notre époque ; un peu trop classique.

L’édition n’a aussi rien de très particulier. Ceux qui ont déjà eu en main des titres estampillés Big Kana n’auront donc aucune surprise : format un peu plus large que d’habitude (mais moins que des Ki-oon ou des komikku), nuances de noir bien différenciées…

Au final, on obtient un premier tome plutôt intrigant mais pas assez pour nous rendre hystérique. Ce qu’il manque vraiment, c’est un développement des personnages secondaires et surtout des élèves qui, pour le moment, ne sont pas utilisés au maximum de leur potentiel.

L’entrée en matière du dernier seinen de chez Kana est très particulière. Après un petit prologue qui nous présente les protagonistes de la série, le mangaka entre direct dans le vif du sujet avec une affaire de châtiment corporel. Impossible de ne pas penser à GTO après les premières pages mais la comparaison s’arrêtera à une simple pensée (on notera d’ailleurs que Kana a tout fait pour limiter les possibles malentendus car son résumé en quatrième de couverture adopte un style très sombre). Que ce soit dans le dessin, dans le traitement de l’histoire ou même celui des personnages, l’oeuvre…

Prof ou pas ?

Graphisme - 65%
Histoire - 54%
Mise en scène - 50%
Originalité - 59%
Edition - 61%
Dans son genre - 56%

58%

Touché !

Un premier tome qui reste sympathique mais qui ne viendra pas rendre fou les gens, la faute à une utilisation trop importante du personnage principal et à des personnages secondaires encore trop anecdotiques.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner