Publicité

Publicité

Les Oubliés – Tome 1

Les Oubliés – Tome 1 Éditeur : Komikku
Titre original : Mitsu no Shima
Dessin : Nokuto KOIKE
Scénario : Nokuto KOIKE
Traduction : Thibaud DESBIEF
Prix : 7.9 €
Nombre de pages : 224
Date de parution : 19/11/2015

Yoshiya Nagumo, soldat japonais démobilisé après la Seconde Guerre mondiale, accepte d’accéder à la dernière volonté d’un de ses compagnons d’armes : ramener sur son île natale, Mitsu, sa fille qui vit à Tokyo. Embarqués sur un cargo, Yoshiya et Mitsu naviguent au sud du Japon vers l’île d’Iwazu. Ils font alors la connaissance de Serizawa, un fonctionnaire, qui leur explique que cette île n’est pas censée exister… C’est le premier d’une série de mystères qui vont les conduire au cœur d’une lutte acharnée pour leur survie !

Chroniques d’autres oeuvres de l’auteur : 6000 Tome 2, 6000 Tome 3

Après une première incursion chez Komikku avec la série 6000, Nokuto KOIKE revient avec Les Oubliésun manga dont l’ambiance assez pesante (surtout en deuxième partie de volume) n’est pas sans rappeler son autre titre. Surprendra ou surprendra pas ?

6000 étant un thriller plutôt bon, je me suis dit que ça ne serait pas une mauvaise idée de tester Les Oubliés chez Komikku mais peut-être que je me suis un peu trop emballé. Graphiquement, la série est égale à ce qu’il faisait sur sa précédente série. On ne sent pas de grosse amélioration au niveaux des angles ou de l’utilisation (parfois abusive) de noir. Evidemment, ces éléments servent à installer cette ambiance angoissante si chère à l’auteur mais il faudrait quand même penser à se renouveler un petit peu.

Ah l’originalité… Le pitch de base parle pour lui-même : deux personnages qui n’ont pas grand chose en commun débarquent sur une île qui semble paisible mais… il y a des meurtres ! Il est très possible que ce que je viens d’écrire vous dise quelque chose. C’est du vu et revu dans le cinéma, la littérature et la bande-dessinée sans oublier le manga. On dit souvent des grands auteurs qu’ils sont capables de prendre une idée simple et d’en faire un coup de génie.

Je n’irai pas jusque là avec Nokuto KOIKE mais force est de constater qu’il a bien re-travaillé un postulat qui semblait carrément banal. Son « truc », c’est l’angoisse et il sait la retranscrire avec une justesse assez rare. On le voit presque dès les premières planches sur le bateau avec les réfugiés qui peinent à survivre et doivent vivre dans la peur de se faire attraper à tout moment. On le sent encore plus une fois sur l’île lorsque les choses commencent à s’envenimer mais que personne ne sait vraiment d’où ça vient.

Le problème… C’est que ça met du temps à venir. Avec ses 224 pages, le premier tome des Oubliés est assez long… mais pas dans le bon sens. L’auteur perd énormément de temps sur le bateau ou du moins les 90 premières pages paraissent une éternité tant le rythme est mou. L’ennui est tel qu’il a failli me faire arrêter net ma lecture, c’est dire si ce début est poussif…

Les deux protagonistes, Yoshiya et Mitsu, n’ont, semble-t-il, pas été créés pour arranger les choses. Yoshiya est un cliché vivant : son statut de militaire en fait un toutou qui fait les choses sans se poser de questions. Mitsu, de son côté… ne parle pas… du tout. Elle ne réagit pas plus que ça non plus… Bref, une potiche pour l’instant qui ne vient pas vraiment aider l’auteur à bien mener son histoire… Même si ce n’est que le début, ça ne laisse rien augurer de bon…

Rendez-vous compte que le personnage le plus intéressant pour l’instant n’est autre qu’un… fonctionnaire ! Le dénommé Serizawa possède un caractère bien trempé et semble prêt à réagir en temps de crise. En tout cas, il fait partie de ces personnages qui ont les épaules solides qui ne se révèlent que très rarement décevants sur la longueur. On est bien loin du fade Yoshiya ou de la fantomatique Mitsu.

Au niveau de l’édition, Komikku a quand même fait du bon boulot en proposant un ouvrage solide et aux pages blanches bien épaisses même si le jeu de noirs utilisés par l’auteur force un peu le choix dans ce cas précis. Un bon point aussi au niveau du logo qui s’intègre plutôt bien sur l’illustration de la jaquette. Cependant, elle n’est pas exempte de défauts : aucune page couleur, une absence totale numérotation des pages et pas de vernis sélectif sur la couverture (oui, je sais, j’aime le luxe) sont autant de détails qui auraient pu être améliorés.

Chroniques d'autres oeuvres de l'auteur : 6000 Tome 2, 6000 Tome 3 Après une première incursion chez Komikku avec la série 6000, Nokuto KOIKE revient avec Les Oubliés, un manga dont l'ambiance assez pesante (surtout en deuxième partie de volume) n'est pas sans rappeler son autre titre. Surprendra ou surprendra pas ? 6000 étant un thriller plutôt bon, je me suis dit que ça ne serait pas une mauvaise idée de tester Les Oubliés chez Komikku mais peut-être que je me suis un peu trop emballé. Graphiquement, la série est égale à ce qu'il faisait sur sa précédente série. On ne sent pas de grosse amélioration au niveaux des…

Forget, Forgot, Forgotten ?

Graphisme - 74%
Histoire - 46%
Mise en scène - 57%
Originalité - 40%
Edition - 75%
Dans son genre - 50%

57%

Manga Irrégulier

Souffrant d'une première partie particulièrement ennuyeuse, le nouveau titre de Nokuto KOIKE peine pour l'instant à convaincre. La deuxième moitié du tome reste plutôt bonne avec un bon rythme et du mystère bien mis en scène. Le seul problème, c'est que rien ne dit qu'il continuera sur cette voie...

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Un commentaire

  1. 224 pages c’est un beau bébé pour un premier tome ! J’ai aimé 6000 et son ambiance anxiogène, je me laisserai peut être tenté.

Laisser un commentaire

banner