Japan Expo - 18ème Impact

Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Les Enfants de la Baleine – Tome 1

Publicité

Les enfants de la baleine - tome 1

Les Enfants de la Baleine – Tome 1

Les Enfants de la Baleine – Tome 1 Éditeur : Glénat
Titre original : Kujira no kora wa sajyo ni utau
Dessin : Abi UMEDA
Scénario : Abi UMEDA
Traduction : Karine RUPP-STANKO
Prix : 6.9 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 06/01/2016

Dans un monde où tout n’est plus que sable, un gigantesque vaisseau vogue à la surface d’un océan de dunes. Il abrite des hommes et des femmes capables pour beaucoup de manipuler le saimia, un pouvoir surnaturel qu’ils tirent de leurs émotions. Ce don les condamne cependant à une mort précoce. À bord de la “Baleine de glaise”, ils vivent leur courte vie coupés du reste du monde. Jusqu’au jour où, sur un vaisseau à la dérive, le jeune Chakuro fait une étrange rencontre…

Les enfants de la baleine est le nom d’un peuple arpentant un monde fantastique à bord d’un vaisseau géant appelé la Baleine de glaise. Un monde entièrement recouvert d’une mer de sable qui engloutirait quiconque oserait la fouler du pied. Parmi les membres des enfants de la baleine vivent les « marqués », des personnes possédant un pouvoir du nom de saimia et qui tire sa source des émotions. Il a aussi pour particularité de raccourcir grandement leur espérance de vie…

Chakuro, le héros de l’histoire, est l’un deux. Ayant une mauvaise maîtrise de ce pouvoir, il se tournera vers le rôle de scribe de la Baleine de glaise. Il est possédé par un besoin constant d’écrire et il consigne donc tout ce qui se passe sur le vaisseau dans les moindres détails. Le problème c’est qu’il est du genre à se laisser emporter par ses sentiments.

Hors, il est mal vu et même interdit de se laisser submerger par ses sentiments chez le peuple de la baleine. On sent tout au long de l’histoire que ça lui pose un sérieux problème et qu’il ne comprend pas pourquoi il serait interdit de manifester ce qui fait d’eux des humains : du cœur, de la tristesse, de la colère ou encore de la joie…

Un jour, alors que Chakuro participe à une expédition sur une île fraîchement découverte, il va tomber nez à nez avec une jeune fille bien étrange. Elle semble, elle aussi, maîtriser le saimia et paraît totalement dépourvue de sentiments. Le peuple auquel appartient cette fille a totalement disparue et elle en est la dernière représentante.

Par la suite, elle sera ramenée à bord de la Baleine de glaise et confrontée aux Anciens afin d’en savoir plus sur ses connaissances du monde extérieur. C’est à ce moment-là que l’on comprend que bien des choses sont cachées aux habitants de la baleine. Les Anciens, qui sont des non-marqués (donc qui ne possèdent pas de pouvoirs), ont une espérance de vie plus importante et semblent en savoir bien plus sur leurs origines qu’ils ne le laissent entendre.

Ainsi, l’arrivée de ce nouveau personnage va chambouler la vie à bord du vaisseau et, sans spoiler, sera le véritable déclencheur de l’histoire. On sent poindre l’aventure épique alors que la jeune fille essayera de mettre en garde le peuple de la Baleine de glaise. Malheureusement, il sera trop tard pour réagir et le peuple qui vivait jusqu’alors en paix va l’apprendre dans la douleur.

Les enfants de la baleine - illustration couleur
KUJIRA NO KORA WA SAJYO NI UTAU © 2013 Abi Umeda / Akita Publishing Co.

La couverture est vraiment très jolie avec un style graphique « nébuleux » qui promet un monde poétique et mystérieux, un peu comme l’édition. On se demande bien pourquoi Glénat à publié ce qu’il catégorise comme un seinen dans un format shôjo (le même que The Earl and the Fairy par exemple). Les Enfants de la baleine est un petit ouvrage, sans pages couleur et dont la sur-jaquette ne possède ni vernis ni effet particulier, un produit basique donc.

On passera sur le papier beaucoup trop transparent et trop fin qui continue à sévir chez l’éditeur qui ne semble toujours pas avoir résolu ses problèmes de fabrication. En effet, on constate un retour du syndrome du livre pliable du bout des doigts avec un papier particulièrement souple qui s’avère presque nécessaire pour lire certaines bulles… un comble !

Dans les bonus de ce premier tome des Enfants de la Baleine, l’auteure raconte qu’elle aurait trouvé dans une librairie spécialisée, un document étrange qui semblait avoir été rédigé par le scribe d’un peuple disparu. Elle a tellement été touchée par ce récit qu’elle a décidé de l’adapter en manga. La magie est de courte durée puisqu’elle nous apprend juste après que la librairie en question est spécialisée dans les scénarios libres de droit…

L’histoire est tout de même très jolie et la dimension « témoignage d’un ancien peuple disparu » ajoute au côté fantastique du manga. Le trait fin, léger et détaillé de l’auteure colle parfaitement à l’univers fabuleux qu’elle veut retranscrire et on est, sans difficulté, emporté dans l’histoire. Le fait que le héros ne connaisse quasiment rien de ce monde nous permet de nous identifier facilement à lui vu que l’on va le découvrir en même temps.

Les décors sont également très détaillés et vraiment jolis et nous placent dans un univers qui semble à la fois riche et cohérent. Ce premier volume nous en montre juste assez pour nous intriguer et le dernier chapitre achève de nous convaincre. Heureusement Glénat a décidé de publier le second volume très vite, moins d’un mois après le premier.

Les enfants de la baleine est le nom d'un peuple arpentant un monde fantastique à bord d'un vaisseau géant appelé la Baleine de glaise. Un monde entièrement recouvert d'une mer de sable qui engloutirait quiconque oserait la fouler du pied. Parmi les membres des enfants de la baleine vivent les "marqués", des personnes possédant un pouvoir du nom de saimia et qui tire sa source des émotions. Il a aussi pour particularité de raccourcir grandement leur espérance de vie... Chakuro, le héros de l'histoire, est l'un deux. Ayant une mauvaise maîtrise de ce pouvoir, il se tournera vers le rôle de…

Hissez eau !

Graphisme - 75%
Histoire - 72%
Mise en scène - 68%
Originalité - 59%
Edition - 45%
Dans son genre - 70%

65%

Moby Dick

Un manga prometteur qui devrait plaire autant aux lecteurs de shônen que de shôjo. Les Enfants de la baleine est une belle histoire avec un côté aventure qui se dessine peu à peu et n'est pas sans rappeler un certain MIYAZAKI.




A propos de Robot-M

Robot-M
Il a tellement été chamboulé lorsqu'il est tombé sur Akira un jour en médiathèque, qu'il a décidé d'y travailler. C'est aujourd'hui un médiathécaire herbivore spécialisé en jeux vidéo et dévoreur de mangas.

Laisser un commentaire

banner