Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Le Jeu du chat et de la souris

Publicité

Jeuduchatetdelasouris-integrale-Kaze

Le Jeu du chat et de la souris

Le Jeu du chat et de la souris Éditeur : Kazé Manga
Titre original : Kyuso wa Cheese no Yume wo Miru
Dessin : Setona MIZUSHIRO
Scénario : Setona MIZUSHIRO
Traduction : Satoko INABA
Prix : 24.99 €
Nombre de pages : 504
Date de parution : 23/09/2015

A cause de son caractère indécis, Kyoïchi s’est laissé prendre plusieurs fois au piège de l’adultère. Un jour apparaît devant lui un homme que son épouse a engagé pour enquêter sur ses infidélités : il s’agit d’Imagasé, un garçon qu’il a connu à la fac. Ce dernier accepte de garder le secret, mais en échange, il lui réclame son corps…

Pour Noël 2015, Kaze a eu la très bonne idée de ressortir Le Jeu du Chat et de la Souris de Setona MIZUSHIRO en intégrale grand format. Une bonne occasion de (re)découvrir ce titre Boy’s Love (BL) d’une impressionnante maturité non pas scénaristique mais psychologique ; un point fort qui a toujours été la marque de l’auteure.

Cette dernière s’exprime le mieux dans ses séries courtes comme X-Day. Elle a toujours eu des personnages variés sur le plan de l’orientation sexuelle, mais en a rarement fait le sujet de son histoire. Dans Le Jeu du Chat et de la Souris, elle va aller très loin dans la réflexion, elle va peut-être même nous perdre mais sans jamais nous laisser indifférent face à cette tempête d’émotions en 504 pages.

Difficile de dire que ce titre est un Boy’s Love. Certes il s’agit d’une histoire d’amour qui tourne autour de deux hommes mais le propos n’est absolument pas d’ordre sexuel. On est plus proche du jôsei finalement, un shôjo mature ayant pour thème les amours contraires.

Après, il y a bien sûr quelques scènes explicites quoique délicieusement subtiles dans la première partie mais beaucoup moins dans la seconde. D’ailleurs il est sorti sous un label shôjo au Japon, probablement à cause des œuvres précédentes de l’auteure. Si je vous dit tout ça, c’est pour vous expliquer l’approche différente de ce titre par rapport aux oneshots habituels de la catégorie BL.

Le scénario pourrait presque paraitre banal, Imagasé est fou amoureux de Kyoïchi depuis leurs années lycée et en le retrouvant des années plus tard il tente le tout pour le tout afin de se l’approprier alors que ce dernier n’est, a priori, pas attiré par les garçons.

Là où cela devient intéressant, c’est dans le jeu de manipulation qui va s’installer pour pousser notre héros à accepter de plus en plus l’idée d’avoir une aventure avec un homme. Même si on se dit que ce n’est pas gagné au début, l’entreprise s’avère plus aisée qu’il n’y parait compte tenu de sa personnalité particulièrement passive qui l’a mené vers une vie sans saveur dont il se contente.

Plus que d’homosexualité, ce titre parle surtout d’amour. On ne se trouve pas dans une conception hétéro/homo/bi du monde, mais bien dans celle de Setona MIZUSHIRO où les genres et les orientations sexuelles n’existent pas. Une vision très chère à ses yeux que l’on retrouve dans tous ses titres : soit avec un personnage androgyne, ou bien qui n’a pas de sexualité telle que le conçoivent nos normes (occidentales ou japonaises). Si Imagasé est convaincu de leurs orientations différentes, il n’en reste pas moins assez fort pour se dire que ses sentiments pourraient atteindre la personne et non l’homme.

C’est l’idée de la première partie, une longue quête pour réussir à toucher Kyoïchi en usant pour cela de toutes les manipulations possibles, en usant de ses faiblesses. Pourtant, là où Imagasé se trompe, c’est qu’il pense que cela est temporaire, que l’orientation sexuelle est une chose définie. Du coup, la seconde partie le montre indécis et instable car il guette, voir provoque des points de rupture, et cela donne des passages particulièrement poignants et forts. Il faut reconnaitre ça à son auteure, Setona MIZUSHIRO sait vraiment bien retranscrire les tensions et les effusions de sentiments.

L’intensité de ce titre enrichit tellement la lecture qu’il en devient réellement plaisant à lire et relire. Il reste difficile de s’identifier aux héros car ils sont uniques et japonais dans leur genre mais l’auteure s’est assurée d’une parfaite clarté sur leur façon de penser.

En tout cas, c’est ce qu’on peut dire au départ. Ensuite, les agissements d’Imagasé seront peut-être un peu ardus à comprendre à cause de l’image du chaos qui règne dans son esprit. Par contre, Kyoïchi est un simplet facile à appréhender mais qui va réserver son lot de surprises, ne vous inquiétez pas !

Un tel titre méritait amplement son traitement en grand format dans une édition quasi luxueuse avec sa couverture rigide, ses pages couleurs et ses nombreux bonus, bien que toujours moins pratique à lire qu’un petit format de poche. Coté dessin, le trait de Setona MIZUSHIRO n’a pas beaucoup évolué depuis ses débuts car il a toujours été bien maitrisé. La lecture se fait ainsi très fluide, facile voir bien amenée sur les scènes érotiques.

Au final le Jeu du Chat et de la Souris est une petite perle dans son genre. Réalisé au moment où son auteure était au top des séries psychologiques, difficile de rester impassible lors de la lecture tant l’intensité se fait ressentir. Pour moi, c’est dans ce genre de titre que l’immersion est la plus intéressante. Cependant, il faut pouvoir se détacher d’un certain regard sur l’homosexualité pour accueillir, comme il se doit, ce chef d’œuvre de réflexion sur les relations humaines.

Pour Noël 2015, Kaze a eu la très bonne idée de ressortir Le Jeu du Chat et de la Souris de Setona MIZUSHIRO en intégrale grand format. Une bonne occasion de (re)découvrir ce titre Boy's Love (BL) d'une impressionnante maturité non pas scénaristique mais psychologique ; un point fort qui a toujours été la marque de l'auteure. Cette dernière s'exprime le mieux dans ses séries courtes comme X-Day. Elle a toujours eu des personnages variés sur le plan de l'orientation sexuelle, mais en a rarement fait le sujet de son histoire. Dans Le Jeu du Chat et de la Souris, elle va aller…

La nuit tous les chats sont

Graphisme - 60%
Histoire - 72%
Mise en scène - 81%
Originalité - 61%
Edition - 80%
Dans son genre - 90%

74%

Gris !

Forte de ce titre, Setona MIZUSHIRO ira ensuite se perdre dans le thème de la réflexion sur les relations humaines. Ce titre était constitue les prémices à beaucoup d'autres où l'on retrouvera des clones de Kyoïchi sans saveur... #Tristesse

A propos de Marcy

Juste un chat qui traine partout, fan de Sailormoon devant l'éternel, spécialiste du glauque et du déviant, chose étrange: ne travaille pas/plus dans le monde de l'animation.

Laisser un commentaire

banner