Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Last Hero Inuyashiki – Tome 4

Publicité

Last Hero Inuyashiki – Tome 4

Last Hero Inuyashiki – Tome 4 Éditeur : Ki-oon
Titre original : Inuyashiki
Dessin : Hiroya OKU
Scénario : Hiroya OKU
Traduction : David LE QUERE
Prix : 7.9 €
Nombre de pages : 194
Date de parution : 12/05/2016

Fumino, une jolie serveuse sans histoire, éveille la convoitise d’un chef mafieux qui organise son enlèvement mais la jeune fille ne compte pas se laisser faire. À son réveil, elle se saisit d’une arme et parvient à fuir après avoir blessé son ravisseur ! Hélas, l’homme pas l’intention d’un rester là… Il fait irruption chez elle et la kidnappe à nouveau, en laissant son petit ami pour mort. Heureusement, M. Inuyashiki veille. Furieux de ne pas avoir pu empêcher le drame, il se lance sur-le-champ à la poursuite des responsables. Il surfit alors en plein rassemblement de yakuzas et les met tous hors d’état de nuire ! Cependant, il est encore loin de maîtriser ses pouvoirs…

Chroniques de tomes précédents de Last Hero Inuyashiki : Tome 1, Tome 2

Avec Last Hero Inuyashiki, Hiroya OKU (auteur de Gantz, disponible chez Delcourt/Tonkam) continue à faire plaisir après 3 premiers tomes de haute volée. Avec un focus sur uniquement deux personnages principaux, le mangaka peut proposer une histoire mieux structurée, plus facile à suivre et qui ne perd pas en intérêt au fil du temps.

Impossible de lire ce quatrième tome de Last Hero Inuyashiki et de ne pas voir le duo qui est en train de se mettre en place. Un peu à la manière de Batman et d’Oracle, Chokko et le vieux Inuyashiki sont en train de former un véritable duo de super-héros. Même si le jeune lycéen n’a aucun pouvoir à proprement parler, il est là pour épauler celui qui est devenu une sorte de robot multi-fonctions.

En tant que sidekick, il lui permet de tester ses pouvoirs, d’en découvrir de nouveaux et devrait permettre à Inuyashiki de s’organiser un peu mieux pour sauver les gens dans le besoin. À terme, Chokko devrait avoir le même rôle que celui d’Oracle, à savoir de guider le héros et de piloter ses missions depuis une base secrète.

Dès leur rencontre, la réaction du jeune garçon vis à vis du vieil homme est très différente de celle qu’il avait eu lors de sa découverte des nouvelles « fonctionnalités » de son ami. Il ne va pas avoir peur d’Inuyashiki car il voit de manière immédiate que ce dernier cherche à faire le bien et utilise ses pouvoirs dans un but précis et pas juste pour s’amuser, comme c’était le cas d’Hiro.

L’autre élément clé de ce volume n’est autre que le quotidien d’Hiro. OKU passe plusieurs chapitres à détailler la relation très particulière entre Hiro et sa mère. Plus que la nouvelle famille de son père (avec qui il a l’air de bien s’entendre), c’est elle qui est le plus proche du jeune garçon.  Il ne veut pas la perdre et est prêt à tout pour qu’elle reste auprès de lui.
C’est pour elle qu’il utilise ses pouvoirs la plupart du temps et on voit que l’un de ses buts est d’améliorer sa qualité de vie. Hiro utilise sur elles ses pouvoirs de guérison et va faire en sorte de leur permettre de déménager dans un endroit beaucoup plus luxueux que la toute petite pièce de l’endroit miteux où ils habitent.

Mieux encore, quand le jeune garçon se rend compte que sa mère est absolument scandalisée et terrifiée par les meurtres de famille, il se met même en tête d’arrêter ses bêtises et de revenir sur le droit chemin pour qu’elle soit fière de lui.

Une relation forte avec un parent, un secret qui menace de casser leur relation, une attitude très « Je m’en foutiste » vis à vis de la mort… Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, on a là tous les ingrédients de création d’un super vilain…

Il est inutile de rappeler que le titre est tout simplement sublime graphiquement mais on va le faire quand même, juste pour le plaisir. Le mangaka possède un certain talent pour mêler le travail à la main et le travail informatique.
Ki-oon propose une édition fidèle à ses standards de qualité, ça n’a pas changé depuis le premier tome et c’est tant mieux tant leurs ouvrages sont agréables en main.

Batman et... Oracle ?

Graphisme - 85%
Histoire - 72%
Mise en scène - 78%
Originalité - 70%
Edition - 85%
Dans son genre - 80%

78%

Side-kick

OKU possède un certain talent pour proposer des décors photoréalistes (sa technique de dessin  qui s’appuie sur l’informatique y est pour beaucoup). Ce quatrième tome ne vient pas changer la donne mais vient épaissir un peu le background des protagonistes qui sont loin d’être classiques.  L’auteur a l’air de savoir où il va, ce qui devrait éviter une mauvaise surprise à la fin comme c’était le cas pour Gantz. 




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner