Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Ladyboy VS Yakuzas – Tome 3

Publicité

ladyboy3

Ladyboy VS Yakuzas – Tome 3

Ladyboy VS Yakuzas – Tome 3 Éditeur : Éditions Akata
Titre original : Zetsubou no Bantou - 100Nin no brief otoko VS 1ri no kaizo gal
Dessin : Toshifumi SAKURAI
Scénario : Toshifumi SAKURAI
Traduction : Yuta NABATAME
Prix : 7.95 €
Nombre de pages : 208
Date de parution : 02/07/2015

Kôzô, accompagné de Lion, son fidèle compagnon de deux cent kilos et grand de plus de deux mètres, décide d’imposer sa loi sur l’île du désespoir. Alors que son père est retenu en otage de l’autre côté de l’île par des pervers psychopathes qui prévoient de le violer, Kôzô va devoir prendre la décision la plus importante de sa vie.

Parmi tous les jeux de survie et autres folies morbides, Akata a fait le pari d’un titre complètement à l’ouest pour notre plus grand plaisir. Pour Kôzô, survivre, ce n’est pas vraiment échapper à la mort mais plutôt garder ses parties génitales… pour lui. Les prisonniers de l’île cherchent évidemment à l’attraper par tous les moyens, et ce, même s’ils doivent utiliser mais en réalité, Kôzô se fiche un peu d’être blessé. Ce qu’il veut éviter par dessus tout, c’est de se faire violer.

Le deuxième opus donnait à la série un ton un peu plus sérieux (passé l’effet de base, l’auteur a quand même une histoire à mener mine de rien), le troisième va réussir à lui donner une petite touche solennelle ! L’histoire de Lion, aussi triste soit-elle, reste l’histoire d’un tueur désaxé. Cependant, dans toute cette folie, elle va réussir à émouvoir Kôzô qui s’est véritablement pris d’amitié pour celui qui l’a défendu bec et ongle pendant un bon moment dans la forêt.

Le yakuza transformé en jeune femme commence donc à être à court d’idées pour se défendre et les autres détenus de l’île ont accès à de plus en plus d’informations sur son passé. Ils vont découvrir l’identité de son père et l’utiliser comme moyen de pression et ça ne serait pas étonnant qu’ils découvrent sa véritable nature et se retournent contre leur « employeur ».

La fin du volume se veut un peu plus mystérieuse avec un Kozô épuisé qui s’écroule en pleine forêt sous l’oeil intrigué d’un de ses poursuivants. Le personnage semble las, épuisé par tant de fuite, la déception et la tristesse. Il semblerait presque qu’il ait abandonné l’espoir de quitter l’île, au grand dam de ses deux maitresses qui continuent à suivre ses souffrances sur grand écrans (et que l’auteur utilise souvent comme ressort comique). En tout cas, Sakurai n’a pas encore l’air décidé du sort du Kôzô et devrait faire souffrir son protagoniste encore un petit peu histoire de faire « rêver » ses lecteurs.

Parmi tous les jeux de survie et autres folies morbides, Akata a fait le pari d’un titre complètement à l’ouest pour notre plus grand plaisir. Pour Kôzô, survivre, ce n’est pas vraiment échapper à la mort mais plutôt garder ses parties génitales… pour lui. Les prisonniers de l’île cherchent évidemment à l’attraper par tous les moyens, et ce, même s’ils doivent utiliser mais en réalité, Kôzô se fiche un peu d’être blessé. Ce qu’il veut éviter par dessus tout, c’est de se faire violer. Le deuxième opus donnait à la série un ton un peu plus sérieux (passé l’effet de…

Belle île en mer...

Graphisme - 50%
Histoire - 64%
Mise en scène - 67%
Originalité - 76%
Edition - 70%
Dans son genre - 69%

66%

"Fap"

Ce troisième volume de Ladyboy VS Yakuzas continuent l’entreprise démarrée dans le second, à savoir qu’on a un peu moins de grand n’importe quoi mais un récit un peu plus dense et des personnages plus intéressants et plus développés.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner