Publicité

Publicité

Kokokku – Tome 4

Kokokku – Tome 4 Éditeur : Glénat
Titre original : Kokkoku
Dessin : Seita HORIO
Scénario : Seita HORIO
Traduction : Satoko FUJIMOTO & Anthony PREZMAN
Prix : 7.6 €
Nombre de pages : 224
Date de parution : 23/09/2015

Quiconque cède au désespoir du monde statique se transforme en une divinité appelée “régent”. Pour sauver leurs familles respectives de ce destin, Juri et Majima décident d’unir leurs forces, malgré la rancœur qu’elles éprouvent l’une pour l’autre. Leur plan est dangereux : il s’agit de provoquer les régents pour libérer leur âme. Mais elles n’ont qu’une fraction de seconde pour agir. Au sens propre.

« Administrateurs », « régents », peu importe le nom qu’on leur donne, ce sont ces êtres qui sont au centre d’un quatrième tome de Kokkoku, série qui commence enfin à montrer ses vraies couleurs. Seita HORIO a utilisé ses trois premiers volumes pour poser son histoire de manière très peu conventionnelle. Même si l’effet escompté n’était probablement pas là (ou alors, il espérait quelque chose de vraiment pas top), tous les éléments sont maintenant réunis et force est de constater qu’il les exploite bien.

Majima, l’un des personnages les plus intéressants du tome 3 revient donc avec un un rôle plus à la mesure de son charisme. On sait maintenant que ce qu’elle cherchait dans le monde figé n’était autre que sa famille qui avait été entraînée tant bien qu’elle dans le monde statique. Evidemment, n’étant pas préparés, ses membres avaient cédés à la panique et avaient fini par devenir des régents.

Du côté de Sagawa, c’est encore plus intéressant. Ce dernier possède un temps d’avance sur tout le monde grâce aux écrits du fondateur de la secte Amour véritable. Il a découvert que la vie dans le monde statique possède plusieurs niveaux de spiritualité dont un qui lui permettra de faire quelque chose de plus grand, de plus important que son rôle dans la secte (à vous de découvrir quoi).

Du côté des Yukawa, c’est toujours la même chose : il n’y a que Juri qui semble servir à quelque chose. Takafumi est mis de côté sous prétexte de protéger le gamin, le vieux laisse l’initiative à Juri et rate la plupart de ses sauts… Bref, heureusement que la jeune fille est là pour rattraper un peu les choses et ne pas laisser les personnages principaux sombrer dans la médiocrité la plus totale.

Au niveau de l’édition, il y a de l’amélioration puisqu’on ne peut plier le titre qu’en deux (contre 4 pour le volume 3) ! Même s’il est moins souple, l’ouvrage reste désagréable à manipuler pendant la lecture et fait encore pas mal d’ombre à la série. Les petits soucis d’imprimeur ne semblent donc toujours pas avoir été résolus chez Glénat qui peine à retrouver ses belles éditions d’antan (comprenez « de l’année dernière »)…

« Administrateurs », « régents », peu importe le nom qu’on leur donne, ce sont ces êtres qui sont au centre d’un quatrième tome de Kokkoku, série qui commence enfin à montrer ses vraies couleurs. Seita HORIO a utilisé ses trois premiers volumes pour poser son histoire de manière très peu conventionnelle. Même si l’effet escompté n’était probablement pas là (ou alors, il espérait quelque chose de vraiment pas top), tous les éléments sont maintenant réunis et force est de constater qu’il les exploite bien. Majima, l’un des personnages les plus intéressants du tome 3 revient donc avec un un rôle plus à la…

Montre moi ta méduse, je te dirai qui tu es...

Graphisme - 40%
Histoire - 66%
Mise en scène - 62%
Originalité - 60%
Edition - 38%
Dans son genre - 61%

55%

Sérénade

Même si Kokkoku souffre toujours des problèmes d’édition de Glénat, la série devient véritablement intéressante grâce à deux personnages qui volent un peu la vedette à la famille Yukawa, j’ai nommé Majima et Sagawa. La première brille par son intelligence tandis que le second fonctionne à l’ambition. Chacun a sa façon de faire avancer l’histoire et le lecteur peut enfin se détendre et comprendre ce qui se passe.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner