Publicité


Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Kiss Me at Midnight – Tomes 1 & 2 de Rin MIKIMOTO (Pika Édition)

[Dossier] Kazuo KAMIMURA, l’estampiste de l’ère Shôwa

Kiss Me at Midnight – Tomes 1 & 2 de Rin MIKIMOTO (Pika Édition)

Kiss Me at Midnight – Tomes 1 & 2 de Rin MIKIMOTO (Pika Édition) Éditeur : Pika Édition
Titre original : Gozen O-ji Kiss ni Shi ni Kite yo
Dessin : Rin MIKIMOTO
Scénario : Rin MIKIMOTO
Traduction : Léa LE DIMNA
Prix : 6.95 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 20/06/2018

Elle, c’est Hinana : une lycéenne sérieuse qui rêve secrètement de vivre une histoire d’amour digne d’un conte de fées. Lui, c’est Kaede : un irrésistible acteur, un peu frivole et aux yeux baladeurs quand il croise de jolies filles. Lors d’un tournage dans le lycée de Hinana, tous deux vont se croiser, se déconcerter puis se chercher… C’est le début d’une romance loin des attentes de cette Cendrillon des temps modernes !

C’est sous son nouveau label « Shôjo Addict » que Pika a annoncé Kiss Me at Midnight, série de Rin MIKIMOTO, une auteur avec plus de 10 ans de shôjo derrière elle. Cette maturité se sent énormément dans le dessin, précis et complet avec une palette d’émotions très large et un scénario qui tient la route. Ce mélange très bien maîtrisé annonce une excellente série à suivre de près.

Quand on fait du shôjo (comme du shônen d’ailleurs), les clichés ont la belle vie. On retrouve très régulièrement les même poncifs, les même caractéristiques chez les même personnages. Ainsi, la délégué de classe est toujours très belle, de bonne famille, bosseuse forcément et possède toujours ce coté inaccessible.
Hinana n’est pas ce genre de déléguée. Elle est belle aux yeux du lecteur mais l’autrice n’en fait pas mention. Elle travaille bien mais en réalité, elle est juste assez organisée et fait croire qu’elle lit des livres compliqués alors qu’elle lit des romans d’amour. Elle adore le romantisme jusqu’à aller au cinéma seule pour ça mais n’est pas timide ou ingénue.

Parallèlement Kaede répond aux mêmes critères. C’est une star, très beau garçon mais c’est un obsédé des fesses et des culottes et il ne s’en cache pas (trop) devant Hinana. Il entend la critique de ses fans et de ses détracteurs et agit humainement. Ensemble, ils forment un duo de franchise qui les rend tout à fait réalistes et crédibles. D’ailleurs, s’ils se sont sentis attirés l’un par l’autre, c’est justement grâce à cette honnêteté dans leurs réactions.

L’histoire est donc un peu occupée par cette découverte de quelqu’un qui ne nous juge pas, n’émet pas de préjugés vis a vis d’un statut, que ce soit celui de délégué ou de star. Passé cette partie, on entre dans la partie « faire comprendre qu’il/elle m’intéresse », ce sont les premiers émois et si c’est un moment crucial dans l’adoption des héros, Rin MIKIMOTO a su user de son talent graphique pour créer cette attente insoutenable et faire battre notre cœur.

Les shôjo ont pas mal de codes graphiques et on les retrouve bien dans ce titre à une petite exception près, ils sont totalement sublimés. Que ce soient les expressions, les postures, la mise en pages, impossible de ne pas trouver Kiss Me at Midnight très bien dessiné. Le trait est fin, les trames sont utilisées à bon escient, on sent tout à fait le poids des années de travail et il est indéniable que cela contribue grandement au succès du titre au Japon.

Pour l’instant, le sujet semblerait être le développement de la relation des héros, c’est à dire comment concilier le fait de sortir avec une star. De son coté, Hinana vit son rêve d’être traitée comme une princesse devant tout le monde. Elle a le beau prince célèbre, reste à voir si cela peut faire oublier son coté assez « nature », surtout quand on parle de fesses.
Quant à lui, on sait finalement assez peu de choses, c’est probablement là que se trouvera le sel du scénario car il maintient beaucoup de zones d’ombre.

Ce titre s’inscrit tout a fait dans la récente ligne éditoriale « Shôjo Addict » de Pika qui désire rebooster ses parutions shôjo en proposant beaucoup de nouveaux titres très différents les uns des autres. Kiss Me at Midnight peut sembler pauvre par sa couverture assez basique mais un simple feuilletage devrait réussir à vous convaincre de votre achat, d’autant que cette édition propose une papier de qualité, les textes superposant du dessin sont vraiment bien travaillés.

Au final, si la fin du tome 1 ne laisse pas spécialement d’attentes sur la suite, on se plait à lire des mangas d’une telle qualité et c’est donc avec un plaisir non dissimulé que l’on patientera pour acheter la suite. Comme quoi, même une histoire romantique plutôt basique peut se révéler étonnante avec une bonne maîtrise des autres aspects, qu’ils soient graphiques ou narratifs. Rin MIKIMOTO signe ici son deuxième titre en France et on devrait pouvoir compter sur elle dans les années à venir.

Magie kabou la bibidibabidiboum

Graphisme - 76%
Histoire - 68%
Mise en scène - 72%
Originalité - 64%
Édition - 68%
Dans son genre - 75%

71%

Conte de fées

Le shôjo moderne a fêté ses 25 ans, on a donc parfois des mangaka qui ont persévéré dans le métier qui offrent désormais des prestations d'une qualité vraiment agréable. Kiss me at Midnight en fait partie et le travail de Rin MIKIMOTO a clairement été récompensé. Ne passez pas à côté !




A propos de Marcy

Juste un chat qui traine partout, fan de Sailormoon devant l'éternel, spécialiste du glauque et du déviant, chose étrange: ne travaille pas/plus dans le monde de l'animation.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.