Publicité


Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Kingdom – Tomes 1 et 2 de Yasuhisa HARA (Meian)

Kingdom

Kingdom – Tomes 1 et 2 de Yasuhisa HARA (Meian)

Kingdom – Tomes 1 et 2 de Yasuhisa HARA (Meian) Éditeur : Ankama
Titre original : Kingdom
Dessin : Yasuhisa HARA
Scénario : Yasuhisa HARA
Traduction : Rémi BUQUET
Prix : 6.95 €
Nombre de pages : 224
Date de parution : 15/09/2018

Cette histoire se déroule avant notre ère… La Chine, qui n’est pas encore unifiée, traverse une grande guerre de cinq siècles. Shin, un jeune garçon contemporain de ces temps violents et houleux, cherche, par la seule force de son épée, à se faire un nom sous les cieux !!

L’une des séries les plus attendues (si l’on en croit l’impact sur les réseaux sociaux et sa communauté, particulièrement active) est arrivée en France. C’est Meian, nouveau venu (mais qui connaît déjà le métier puisqu’il découle d’IDP), qui s’est chargé de nous amener Kingdom, série de Yasuhisa HARA qui vient nous plonger dans une Chine en guerre où la force fait loi.

Kingdom, c’est avant tout l’histoire de Shin, un jeune garçon qui n’est pas né avec une cuiller en argent dans la bouche et qui cherche à devenir quelqu’un dans un monde où les faits d’armes peuvent être déterminants pour la position sociale. On suit son cheminement dans une Chine où la guerre fait loi et où la loi du plus fort est toujours la meilleure.

Si les choses ne sont pas faciles, le jeune guerrier ne perd jamais de vue son objectif : devenir le roi des p– se faire un nom sous les cieux. Plus que l’argent, c’est la gloire et le prestige qui intéressent Shin et pour cela, il ne reculera devant rien. S’il noue une alliance clé en ce début de série, ce n’est pas pour rien. On devrait en voir les bénéfices alors qu’il avance dans sa quête initiatique.

La série n’apparaît pas comme spécialement originale dans sa construction (malgré le petit twist bien senti qui vient lancer le titre). L’histoire d’un orphelin livré à lui-même qui cherche à devenir quelqu’un, il y a des tonnes de mangas qui la racontent. Cependant, Kingdom reste efficace dans sa façon de faire avec des risques non négligeables pris dans les premiers chapitres pour mettre en place une histoire ambitieuse dès le départ.

Alors que certains titres sont bridés par la peur d’une annulation prématurée, HARA ne semble même pas l’avoir pris en compte et à développé sa série directement comme une fable épique de longue haleine. Il n’y a pas de petites histoires pour présenter différents personnages et laisser le temps au lecteur de connaître l’univers. L’auteur commence directement à mettre en avant les éléments qui vont servir pour la suite de l’histoire. C’est d’une fraicheur assez inattendue et il faut avouer que ça fait plaisir à voir.

Evidemment, la narration bénéficie énormément de cette mise en place assez directe et on voit tout de suite où le mangaka veut en venir. Il ne fait pas de détours et présente un chemin tout tracé où les ennemis et les complots pullulent. L’objectif de base n’est pas facile à atteindre et il n’est pas fait pour l’être, chose qui est bien montrée dès les premiers tomes avec des ennemis abordables et d’autres qui ne le sont pas.

Visuellement, le style de Yasuhisa HARA est assez particulier. Ce n’est pas laid mais c’est assez spécial pour rebuter pas mal de lecteurs amateurs de traits fins et stylisés. Ici, on a le droit à des cases assez remplies avec un niveau de détail assez impressionnant pour un titre du genre. Avec les batailles épiques que promet le titre, on peut s’imaginer des scènes d’anthologie dans les volumes à venir.
Le découpage est d’ailleurs particulièrement dynamique avec un sens du déplacement maîtrisé par le dessinateur. Même s’il se passe beaucoup de choses, ce n’est jamais fouillis et on ne perd jamais le fil de l’action. Pour le coup, ça se lit vraiment très bien.

S’il y a une chose particulièrement intéressante dans la sortie de Kingdom chez nous, c’est bien son mode de distribution et son rythme de sortie. L’éditeur a mis en place un système d’abonnements qui permet d’obtenir quatre mangas tous les deux mois pour la modique some de 13,50 euros par mois. Bien sûr, le titre est toujours disponible via les plate-formes traditionnelles mais on ne peut que saluer l’initiative. L’éditeur compte ainsi répondre à cette demande des fans qui veulent retrouver les derniers volumes le plus vite possible dans leurs bibliothèques !

En ce qui concerne la fabrication, il s’avère que Meian a fait les choses bien. On a en main deux tomes assez épais (puisqu’ils font plus de 200 pages) dans un format qui ressemble beaucoup à ce que l’on voit sur les seinen de Pika. Le papier crème passe plutôt bien pour le trait du mangaka et la souplesse de l’ouvrage permet une assez bonne prise en main (un peu plus rigide aurait peut-être été un peu mieux).
On notera la très belle dorure à chaud sur les couvertures à effet peau de pêche. Le logo est plutôt classe et la maquette en règle générale est de très bonne qualité. À ce niveau là, il n’y a pas grand chose à dire. Petit bémol cependant au niveau du lettrage qui fait assez amateur. Il y a quelques textes décalés et l’utilisation de multiples polices d’écriture n’est pas sans rappeler le travail de certaines équipes de scantrad.

La traduction de Rémi BUQUET mériterait un peu plus d’adaptation à certains endroits. Certaines bulles font un peu poussives et le lien entre les différentes phrases ne se fait pas forcément naturellement (notamment à cause de pronoms utilisés un peu trop tard). Les coupures ne sont, elles aussi, pas toujours nettes et auraient pu bénéficier d’un peu plus de travail.
Néanmoins, il ne faut pas non plus dénigrer le bon travail effectué au niveau du phrasé de chacun des personnages qui ont chacun leur façon de parler bien distinctive (regardez les bulles de Muta si vous avez besoin d’être convaincus).
Certains se plaindront de l’utilisation des noms japonais et non pas chinois mais… après tout, le dessinateur est japonais donc l’éditeur a fait un choix. Disons que cela ne choque pas plus que ça dans le flux du texte.

Le messie est arrivé

Graphisme - 71%
Histoire - 72%
Mise en scène - 68%
Originalité - 65%
Édition - 75%
Dans son genre - 82%

72%

Chin-oiserie

Si la série est enfin là, pas sûr qu'elle réussisse à convaincre dès ses premiers tomes. La mise en place de Kingdom est assez lente et les choses prennent un peu de temps avant de vraiment démarrer. Cependant, l'univers de Yasuhisa HARA est bien ficelé et semble assez complexe pour développer des intrigues avec des enjeux grandioses. À suivre...




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.