Publicité

Publicité

Jojolion 1

Jojolion – Tome 1

Jojolion – Tome 1 Éditeur : Delcourt/Tonkam
Titre original : Jojolion
Dessin : Hirohiko ARAKI
Scénario : Hirohiko ARAKI
Traduction : Satoko FUJIMOTO & Anthony PREZMAN
Prix : 6.99 €
Nombre de pages : 256
Date de parution : 09/11/2016

La ville de Morio est dévastée par le séisme de la côte Pacifique du Japon. À la suite de cette catastrophe, d’étranges édifices appelés « murs aux yeux » font leur apparition. Yasuho, une étudiante, va trouver un jeune homme nu, coiffé d’un béret de marin, dans les décombres. Il ne se souvient de rien. Ils vont alors partir dans une quête à la recherche de son véritable nom…

La début d’une nouvelle saison de la saga Jojo’s Bizarre Adventure, c’est un petit événement qu’il est très difficile de rater. On vous a déjà parlé des précédentes dans un dossier en plusieurs parties (on vous reparle de Diamond is Unbreakable et Steel Ball Run d’ici quelques jours) mais on ne pouvait pas résister à l’envie de vous donner nos premières impressions sur Jojolion et sur ce retour à Morio, terre qui a vu naître Crazy Diamond dans la quatrième partie.

On nous met dans l’histoire assez rapidement et l’enjeu principal est très clair : le personnage principal doit retrouver son identité. Il se souvient de presque tout sauf ses détails personnels. Il ne se souvient même plus comment il a atteri là où Yasuho le trouve. Cette « sortie » de terre, certains la comparent à celle du Japon après le tremblement de terre de 2011. Le protagoniste serait une personification du pays qui a sorti la tête de l’eau et a compris les dangers que posaient le nucléaire. Son amnésie viendrait corroborer cette hypothèse avec ce sentiment d’être perdu qui avait pris les japonais suite à la catastrophe de Fukushima.

Autant le dire tout de suite, même si l’auteur mentionne cet événement, ce qui laisse penser que l’idée derrière le scénario en est tiré, il ne va pas chercher à faire de la politique. S’il y a un message qui ressort de ce premier volume, c’est plus un message d’espoir et d’altruisme. Yasuho ne va pas hésiter à aider ce garçon qu’elle ne connaît pas et va se mettre dans une situation très difficile pour le faire. Les valeurs d’ARAKI n’ont pas changé, le courage et l’abnégation font toujours front commun contre l’obscurantisme.

Attention cependant à ceux qui n’ont pas lu la partie 4 (Diamond is Unbreakable) puisque même si l’auteur nous dit lui-même qu’il n’y a aucun lien en ce Morio et le précédent, il n’hésite pas à réutiliser des noms de personnages qui ne seront pas inconnus des fidèles lecteurs. On ne sait pas encore vraiment si ces personnages seront repris à l’identiques mais en tout cas, l’auteur se laisse des possibilités…

Au fil de la lecture, on ressent toujours cette envie furieuse de tourner les pages. Plus la tension monte et plus on va vite. ARAKI pousse son lecteur à vouloir découvrir le « truc », ce qui fait le sel du pouvoir d’un stand mais aussi la façon dont l’utilisateur va mettre en avant les forces et les faiblesses de son stand. Le mangaka sait créer le suspense mais n’a aucun problème pour comprendre quand il faut s’arrêter et quand il est temps pour l’ennemi de faire son apparition.
Il est rare pour un auteur de manga de posséder un tel sens de la mise en scène et plus que montrer une histoire à son lecteur, il lui fait vivre, il le hape et le transporte dans un monde où tout peut arriver. Pourtant, rien n’est vraiment aléatoire ou laissé au hasard et on se rend compte rapidement que tout (chaque action, parfois une petite parole) a une véritable justification scénaristique.

Graphiquement, ARAKI est clairement au sommet de son art. Ce n’est pas du OBATA mais l’auteur possède un talent certain pour la composition qui vient donner un sens particulier à son trait. Presque à la manière d’une oeuvre d’art, chaque planche possède son point de focalisation et ses petits détails qui la rendent vivante. L’auteur est rôdé dans sa façon de faire et son découpage très cinématographique donne au lecteur une lisibilité parfaite; à aucun moment il ne se demandera ce qui se passe.

L’édition de Delcourt/Tonkam reste dans les standards des versions précédentes. C’est très basique mais ça fonctionne plutôt bien. On notera une traduction efficace et bien adaptée puisque le duo Satoko FUJIMOTO et Anthony PREZMAN est maintenant bien rôdé.
Après, au niveau de l’ouvrage, on reste dans de la fabrication Tonkam plus que Delcourt et il y a malheureusement des ratés. On notera (parmi d’autres), des pages tronquées (avec des bulles qui deviennent illisibles), quelques fautes d’orthographe (même si, vu la taille du volume, il y aurait pu en avoir plus)…

Petit bateau

Graphisme - 79%
Histoire - 80%
Mise en scène - 88%
Originalité - 81%
Edition - 50%
Dans son genre - 90%

78%

2 +2 = ...

Ce premier tome de Jojolion nous montre un ARAKI au top de sa forme à tous les niveaux. Il propose une histoire originale, bien menée grâce à des personnages intéressants et intelligemment développés. L’histoire n’en étant qu’à ses balbutiements, on a vraiment hâte de voir ce que l’auteur a en réserve pour la suite. « Retour » à Morio réussi !




Acheter sur Amazon

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Un commentaire

  1. Tiens, je me demandais qui pouvait bien être l’auteur de la chronique de ce dodu tome 1. :p

    Entrant petit à petit dans cet univers je prends de plus en plus de plaisir à voir la diversité des Stands et les situations que H. Araki parvient à créer. J’aime beaucoup son coup de patte dans Stone Ocean, là le trait des personnages est plus fin… en même temps au fil des parties on le voit évoluer, c’est très bien aussi. 🙂

Laisser un commentaire

banner