Publicité

Publicité

601 JABBERWOCKY T04[MAN].indd

Jabberwocky – Tome 4

Jabberwocky – Tome 4 Éditeur : Glénat
Titre original : Jabberwocky
Dessin : Masato HISA
Scénario : Masato HISA
Traduction : Akiko INDEI & Pierre FERNANDE
Prix : 9.15 €
Nombre de pages : 224
Date de parution : 05/08/2015

À l’occasion d’une mission pour le Château d’If, Lily doit retourner dans un lieu chargé de souvenirs amers : son chez-soi d’une vie révolue, Londres. Accompagnée de son partenaire Sabata, elle est chargée d’y retrouver un certain Jack l’Éventreur. Un tueur en série qui n’est autre… qu’un dinosaure.

Comme si les dinosaures n’étaient pas responsables d’assez de choses, Masato HISA leur donne aussi la construction des canalisations de la ville de Londres mais aussi… de son métro ! Tout le réseau sous-terrain abrite donc les fameux lézards terribles qui ne voient pas d’un bon oeil l’arrivée de deux étrangers et ce, même si c’est pour une enquête policière…

Les deux envoyés du Château d’If vont donc devoir faire face à une menace bien connue, celle de Jack l’Éventreur. Le célèbre tueur de prostituées n’était donc pas humain selon l’auteur qui va lui donner des motifs totalement différents de l’original. Eh oui, plutôt que de choisir la facilité, HISA va recréer le tueur en série en en faisant un personnage moins « normal » que prévu.

Il avait déjà commencé à mettre en avant le problème de la mise en marge des dinosaures dans les tomes précédents mais là, on se rend compte que c’est quelque chose de beaucoup plus important qu’il n’y parait. C’est toute une société de l’ombre qui s’est mise en place et qui fonctionne en parallèle de la société contemporaine aux personnages.

On le voit encore plus dans ce volume via la mini-ville souterraine londonienne mais il y a de vrais enjeux de ce côté là et la population des dinosaures pourrait avoir beaucoup plus d’impact sur la société qu’ils n’en ont eu jusque là mais aussi que les humains ne sont pas les seuls à leur vouloir du mal. Même à l’intérieur de cette société, il y a quelques luttes intestines qui tendent à diminuer la population dangereusement…

Dans le prochain volume, HISA continue à balader son duo. Après la Russie et l’Angleterre, ils vont visiter la France. La menace promet d’exterminer tous les dinosaures d’un coup… Rien que ça ! Avec un climat assez particulier (Exposition universelle), on fait confiance à l’auteur pour nous proposer un background fouillé et qui sait, peut-être une version dinosaure de certains français célèbres de l’époque.

Petit bémol pour l’édition de Glénat qui est juste indigne de l’éditeur. Le tome est… pliable. Un peu comme les derniers ouvrages de l’éditeur (KokkokuLa Tour Fantôme…), le papier est beaucoup trop souple et transparent (pour une série qui fonctionne sur des aplats de noirs… c’est pas top) et la couverture est faite d’un carton qui s’apparente presque plus à du papier. On espère vraiment qu’ils vont faire quelque chose rapidement histoire qu’on retrouve une édition à la auteur de la série.

Comme si les dinosaures n’étaient pas responsables d’assez de choses, Masato HISA leur donne aussi la construction des canalisations de la ville de Londres mais aussi… de son métro ! Tout le réseau sous-terrain abrite donc les fameux lézards terribles qui ne voient pas d’un bon oeil l’arrivée de deux étrangers et ce, même si c’est pour une enquête policière… Les deux envoyés du Château d’If vont donc devoir faire face à une menace bien connue, celle de Jack l’Éventreur. Le célèbre tueur de prostituées n’était donc pas humain selon l’auteur qui va lui donner des motifs totalement différents de…

Gooooood Mooooorning LONDON !

Graphisme - 72%
Histoire - 78%
Mise en scène - 83%
Originalité - 81%
Edition - 30%
Dans son genre - 85%

72%

OGM

Avec son trait atypique qui s’améliore de tome en tome, Jabberwocky est un titre qui sait se renouveler à chaque tome. L’auteur détourne presque trop facilement un bon nombre de légendes urbaines ou même de mythes bien connus des occidentaux. Il y a une véritable alchimie entre les deux protagonistes qui permet au récit d’être d’une fluidité assez rare. Encore un must buy signé HISA.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner