Publicité

Publicité

Innocent2

Innocent – Tome 2

Innocent – Tome 2 Éditeur : Éditions Delcourt
Titre original : Innocent
Dessin : Shin'ichi SAKAMOTO
Scénario : Shin'ichi SAKAMOTO
Traduction : Sylvain Chollet
Prix : 7.99 €
Nombre de pages : 224
Date de parution : 06/05/2015

À 14 ans, Charles-Henri Sanson est déjà bien loin de l’innocence qui caractérise les enfants de cet âge. C’est une main encore frêle qui doit administrer la justice sur l’échafaud… Dans le Paris de 1753, à la veille de la Révolution, Charles-Henri Sanson n’est âgé que de 14 ans lorsqu’il doit, pour la première fois, monter sur l’échafaud dressé en place de Grève pour procéder, au lieu de son père, exécuteur des hautes oeuvres de Paris, à un supplice. Résolu à lutter contre le terrible héritage familial, il décide de progresser vers ses propres idéaux, mais le chemin sera long…

Alors que nous suivions plus les déboires d’un jeune garçon dans le premier tome, le deuxième vient enfin nous présenter le bourreau. La première expérience de Charles-Henri Sanson sur l’échafaud est un véritable carnage : il ne vise pas bien, s’y reprend plusieurs fois, continue à entailler le corps une fois l’exécution terminée, se fait huer par le public qui en profite pour lui envoyer des tomates… Un véritable fiasco ! Alors oui, compte tenu de ce que l’on a vu de lui, on pouvait facilement s’y attendre. Shin’ichi Sakamoto nous le fait d’ailleurs très bien comprendre : Charles-Henri n’est pas prêt, que ce soit physiquement ou psychologiquement, le personnage principal est faible.

Avec sa façon de penser qui diffère totalement de celle de sa famille, il ne sait pas vraiment comment appréhender cette action qui consiste à prendre la vie que sa famille exécute depuis plusieurs décennies. Après tout, il n’a que 14 ans, c’est encore un ado qui se cherche, qui ne sait pas vraiment ce qu’il veut faire, qui n’est pas prêt à prendre en main l’héritage familial, le symbole qui fait de la famille Sanson ce qu’elle est.

Cependant, ce raté aura des effets positifs. Le déclin de son père aura le mérite de lui faire comprendre que s’il ne veut pas se faire évincer par sa grand-mère, il va devoir prendre une décision et c’est ce qu’il fait. Il est très rare de voir un personnage de Sakamoto changer aussi vite mais en quelques pages, Charles-Henri se retrouve métamorphosé. Il est décidé, constant dans son travail et se trouve maintenant considéré par tous comme le « Monsieur de Paris », le bourreau officiel de la monarchie.

Pourtant, il est loin d’avoir perdu cette humanité qui le caractérisait dans sa jeunesse. Il parvient à exécuter les condamnés de manière rapide et, quand c’est possible, de la manière la plus indolore qui soit. Il fait preuve d’une miséricorde dans ses exécutions que les plus observateurs ont remarqué (on pourrait presque dire qu’il s’est constitué un petit fan-club grâce à ça…) et qui nous montre que sa part d’humain n’a pas encore totalement disparu et ce, malgré les fourberies de son père (qui n’est plus qu’un légume mais soit) et de sa grand-mère.

Alors que nous suivions plus les déboires d’un jeune garçon dans le premier tome, le deuxième vient enfin nous présenter le bourreau. La première expérience de Charles-Henri Sanson sur l’échafaud est un véritable carnage : il ne vise pas bien, s’y reprend plusieurs fois, continue à entailler le corps une fois l’exécution terminée, se fait huer par le public qui en profite pour lui envoyer des tomates… Un véritable fiasco ! Alors oui, compte tenu de ce que l’on a vu de lui, on pouvait facilement s’y attendre. Shin’ichi Sakamoto nous le fait d’ailleurs très bien comprendre : Charles-Henri n’est…

"Off with his head !"

Graphisme - 92%
Histoire - 61%
Mise en scène - 74%
Originalité - 76%
Edition - 60%
Dans son genre - 72%

73%

Couic

Un deuxième tome qui vient pleinement lancer l'histoire et préparer le jeune Charles-Henri à faire face à son destin.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Un commentaire

  1. Je trouve ce manga tellement bien dessiné… Sur un plan technique, je crois que je n’ai jamais vu de graphismes aussi beaux… chaque page est une oeuvre d’art!! quel boulot…

Laisser un commentaire

banner