Publicité

Publicité

IllegalRare1

Illegal Rare – Tome 1

Illegal Rare – Tome 1 Éditeur : Éditions Delcourt
Titre original : Illegal Rare
Dessin : Hiroshi SHIIBASHI
Scénario : Hiroshi SHIIBASHI
Prix : 6.99 €
Nombre de pages : 224
Date de parution : 07/10/2015

Fukumen et Black Vampyr King AxL sont à la tête d’une organisation de défense des créatures surnaturelles en voie de disparition, les « Rares ». Leur but ? Les protéger de l’inlassable traque dont elles font l’objet et leur permettre de vivre librement. Première mission : retrouver une sirène qui vient d’être kidnappée. Encore faut-il qu’AxL retrouve la taverne où les Rares se réunissent.

Les Éditions Delcourt continuent leur exploration de l’univers du shônen avec le dernier titre en date d’Hiroshi SHIIBASHI, l’auteur de Nura, le seigneur des yokaï (disponible en France chez Kana). L’idée de base n’est pas trop mauvaise : un marginal qui protège d’autres marginaux… Il y avait de quoi faire quelque chose de plutôt sympa.

Mais… (il y a toujours un « mais ») L’auteur se perd très rapidement dans les classiques du genre : un héros nonchalant, des scènes où tout est bien qui finit bien à ne plus savoir qu’en faire… Les monstres utilisés dans ce premier volume ne sont pas bien originaux non plus : sirène, vampire, loup-garou… Pour le moment, SHIIBASHI ne prend pas énormément de risques.

Le point positif, c’est que l’auteur parvient à reprendre assez intelligemment la spécificité de chacune des espèces qu’il fait intervenir. Son héros est un vampire, un de plus, mais qui semble pouvoir combler sa soif grâce à un thé de couleur rubis. De plus, il possède la faculté de lire dans le sang, ce qui se révèle particulièrement utile lors de kidnappings ou de meurtres. Reprenant le même concept, les sirènes ne peuvent utiliser leur voix que lors qu’elles sont en contact avec de l’eau (et donc qu’elles possèdent leur partie inférieure « poisson »).

On nous annonçait des combats particulièrement violents mais ça reste du shônen dans la plus pure tradition du genre. Pas de tête qui vole ou autre… Il y a pas mal d’action, c’est vrai ; on reste dans un univers assez sombre, c’est vrai ; ce n’est pourtant pas la violence qui saute aux yeux en premier. Tout reste assez convenu avec des angles choisis pour ne pas trop choquer et rester accessible au public cible : les jeunes adolescents avides de Jump.

Au niveau du dessin, on voit que l’auteur commence à avoir de l’expérience. L’utilisation de trames est efficace et chaque personnage à des spécificités graphiques qui permettent de le reconnaître presque instantanément. On est loin des séries avec des personnages que l’on pourrait qualifier de faceless (sans visage, sans identité) tant ils se ressemblent tous. Avec Nura, il avait déjà eu l’occasion de dessiner un bestiaire assez conséquent mais plutôt axé japonais. Pour le coup, il peut se lâcher et dessiner de tout dans Illegal Rare, de la sirène au vampire, en passant par la licorne.

Les Éditions Delcourt proposent un ouvrage qui correspond à leurs standards habituels en ce qui concernent le shônen. Si vous avez déjà eu un volume de Kurozakuro ou de Jinbei Evolution dans les mains, vous savez à quoi vous attendre. Le livre est petit, pas trop souple, un papier peut-être un peu trop transparent, bref… un passe-partout qui a fait ses preuves et qui reste efficace.

Les Éditions Delcourt continuent leur exploration de l’univers du shônen avec le dernier titre en date d’Hiroshi SHIIBASHI, l’auteur de Nura, le seigneur des yokaï (disponible en France chez Kana). L’idée de base n’est pas trop mauvaise : un marginal qui protège d’autres marginaux… Il y avait de quoi faire quelque chose de plutôt sympa. Mais… (il y a toujours un « mais ») L’auteur se perd très rapidement dans les classiques du genre : un héros nonchalant, des scènes où tout est bien qui finit bien à ne plus savoir qu’en faire… Les monstres utilisés dans ce premier volume ne sont…

Majorité en approche

Graphisme - 76%
Histoire - 57%
Mise en scène - 44%
Originalité - 22%
Edition - 66%
Dans son genre - 53%

53%

Sweet 16

Il y a de l’idée dans Illegal Rare, le seul soucis, c’est que SHIIBASHI ne l’exploite pas toujours correctement. Il met ses personnages au service d’une histoire qui reste assez basique pour l’instant même s’il a déjà pris soin de lancer son fil rouge (avec les chasseurs collectionneurs de vampires). On tentera le tome 2 par curiosité mais avec une série finie en quatre tomes, il ne faut pas s’attendre à grand chose.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner