Publicité

Publicité

Honey tome 1

Honey – Tome 1

Honey – Tome 1 Éditeur : Soleil Manga
Titre original : Honey
Dessin : Amu MEGURO
Scénario : Amu MEGURO
Traduction : Sophie PIAUGER
Prix : 6.99 €
Date de parution : 09/09/2015

On ne mesure pas toujours les conséquences de ses actes. Pour elle, un simple geste de charité, va changer sa vie amoureuse à jamais ! Un jour de pluie, à l’époque du collège, Nao découvre un voyou évanoui dans une ruelle. Malgré la peur, elle lui laisse son parapluie et une boîte de pansements avant de s’enfuir. Elle ne se doute pas, que des années plus tard, ce geste aura des conséquences importantes sur sa vie. Car une fois au lycée, elle retrouve ce garçon qui lui déclare : « Avant de nous marier, pourrions-nous sortir ensemble ? »

Il est amusant de voir Soleil osciller entre les titres shôjo-coucherie et shôjo-mièvre pour finalement nous sortir quelques perles qui sortent du lot. C’est le cas de Honey qui offre pleins de promesses dès le premier tome, à commencer par un héros loin d’être original mais qui présentera des facettes jusqu’alors moins présentées. Bien que l’histoire tourne autour de Nao, c’est bien Taiga qui va mener la danse et donner tout le rythme de cette douce romance.

D’un point de vue des personnages, il est curieux de voir à quel point l’auteur part sur des clichés, pour finalement mettre sa patte et renverser totalement la tendance. Nao est une jeune fille normale, ni timide, ni super star qui vit une existence tout aussi normale alors qu’elle est orpheline et vit avec son oncle dont elle est amoureuse. Cependant on n’utilise pas ce fait comme tire larme, cela enrichit l’histoire personnelle du personnage, lui confère un petit truc particulier, mais on ne centre pas l’histoire dessus. Ensuite vient Taiga, d’apparence voyou, tout le monde le craint, à peur de lui alors qu’en fait il est adorable. Mais là encore, Amu MEGURO n’en fait pas tout un plat, elle présente la chose tout à fait légèrement et non comme un drame.

Cette légèreté dans la façon de raconter ses héros est super agréable, cela change des shôjos où on a l’impression que chacun porte le poids du monde sur ses épaules. Nul doute qu’on reviendra sur ces points dans des termes plus tragiques, mais je pense que, de base, l’auteur sait bien doser les personnalités. Alors si au début on est un peu surprise que Taiga demande Nao en mariage, par la suite on trouvera ça limite limpide, considérant son caractère. Et la pauvre Nao qui se sent obligé d’accepter de peur de se faire taper, peur dont le jeune homme est parfaitement conscient, mais il se dit « on verra bien ».

Finalement le titre est plutôt centré sur le jugement d’apparence, dans ce premier tome va se former un groupe d’ami avec des élèves qui sembleraient isolés. Le voyou de pâquerette va donc très nonchalamment regrouper des personnes dont ils sentaient une forme de solitude. Et c’est ce genre de petites attentions qui va charmer Nao. Bien qu’elle soit amoureuse de son tuteur, elle sait aussi qu’elle n’a aucune chance, là encore pas de larme, juste une réalité sans état d’âme particulier. Vraiment c’est une personnalité qui donne envie de suivre, on ne peut que souhaiter un titre qui rend heureux et qui fait sourire quand on le lit.

Coté graphique c’est également très bien réalisé, le trait est maîtrisé, c’est léger et du coup cela contribue à rendre cette lecture vraiment agréable. Amu MEGURO semble vouloir donner beaucoup de vie aux visages des personnages qu’elle dessine, on a toute une palette d’expression et on remarque pas mal de version différente des visages, du plus simple au plus détaillé. On a là un titre complet, vraiment réussi et, pour l’instant, assez équilibré entre le sujet romance et le reste, sinon j’aurais peur que cela tourne gnangnan.

Vous pouvez vous faire une idée en allant lire le début du tome sur le site de Soleil.

Coté édition l’éditeur dernier utilise toujours ces couvertures hyper agréable au toucher, toute douce, de loin mes préférées, tout éditeur confondu. Par contre les retouches d’onomatopées sont toujours aussi inégales, une fois les japonaises sont retirées, une fois non, pas gênant mais un peu curieux.

Il est amusant de voir Soleil osciller entre les titres shôjo-coucherie et shôjo-mièvre pour finalement nous sortir quelques perles qui sortent du lot. C'est le cas de Honey qui offre pleins de promesses dès le premier tome, à commencer par un héros loin d'être original mais qui présentera des facettes jusqu'alors moins présentées. Bien que l'histoire tourne autour de Nao, c'est bien Taiga qui va mener la danse et donner tout le rythme de cette douce romance. D'un point de vue des personnages, il est curieux de voir à quel point l'auteur part sur des clichés, pour finalement mettre sa…

Voyou de paquerette

Graphisme - 67%
Histoire - 64%
Mise en scène - 63%
Originalité - 54%
Edition - 58%
Dans son genre - 66%

62%

Cute

Honey est un adorable titre qui devrait plaire par sa fraicheur et sa légèreté. La personnalité des héros n'est pas prise de tête, il n'y a pas de quiproquo, cela change des derniers titres sur le marché. Espérons que l'auteur ne rentrera pas dans des intrigues trop complexes par la suite, ce style lui va bien.

A propos de Marcy

Juste un chat qui traine partout, fan de Sailormoon devant l'éternel, spécialiste du glauque et du déviant, chose étrange: ne travaille pas/plus dans le monde de l'animation.

Un commentaire

  1. Finalement entre ta chronique et ta critique je me suis laisse tenter et je ne regrette pas, c’est bien sympathique sans pour autant etre le titre de l’annee. Le genre de titre que j’aime bien lire les jours sans 🙂

Laisser un commentaire

banner