Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / GTO Shonan 14 days – Tomes 1~9

Publicité

GTO Shonan 14 days – Tomes 1~9

GTO Shonan 14 days – Tomes 1~9 Éditeur : Pika Édition
Titre original : GTO Shonan 14 days
Dessin : Tôru FUJISAWA
Scénario : Tôru FUJISAWA
Traduction : Taro OCHIAÏ
Prix : 6.95 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 02/01/2013

Il est de retour et il est très énervé !
Après l’incident avec Teshigawara, Onizuka s’est fait tirer dessus et a fini à l’hôpital. N’étant pas du genre à rester sans rien faire, il décide de participer à une émission de télé ! Mais le voici révélant en direct qu’il a failli enterrer vivante une de ses élèves, Urumi Kanzaki. Afin de se faire oublier, il se met en route pour Shonan, où il va passer 14 jours dépaysants… ou pas !

Après une série devenue culte, Tôru FUJISAWA décide de remettre les crampons et de nous proposer un nouveau pan de l’histoire d’Onizuka. Aussi étrange que cela puisse paraître, dans GTO Shonan 14 days, il choisit de ne pas écrire la suite de la série originale, mais de décrire une période de temps qui avait été passée sous forme d’ellipse.

Après avoir sauvé Azusa des griffes de Teshigawara, non sans avoir souffert (il s’est quand même fait tirer dessus plusieurs fois le bougre !), Onizuka se retrouve à l’hôpital. Cependant, le repos, ce n’est pas vraiment pour lui !
Du moins, notre super prof n’a vraiment pas envie de passer ses journées au lit. Il s’enfuit pour passer dans un jeu télévisé. Comme à son habitude, il va gaffer et révéler en direct qu’il a failli enterrer une élève vivante (Urumi dans le tome 7 de la série originale pour ceux qui ne s’en souviennent pas).

Recherché dans le Japon tout entier, il décide de se faire oublier quelques temps en rentrant à Shonan, sa terre natale. En arrivant là-bas, il tombe sur une amie d’Azusa qui tient un centre d’accueil pour jeunes en difficulté. Cette dernière est jeune, jolie, naïve et semble un peu débordée par les événements.
Qu’à cela ne tienne, le chevalier Onizuka vole à la rescousse ! Il va donc, pendant ces 14 jours qui lui serviront à se faire oublier, aider dans le White Swan, un centre qui va vite se transformer en enfer…

Pour l’histoire, rien de très original mais quand il s’agit d’Onizuka, ce n’est pas vraiment ce qui prime, c’est la façon dont il s’occupe des problèmes. Dans Shonan 14 Days, Onizuka laisse sa casquette de prof et la troque contre celle d’éducateur.
Qu’est-ce que ça change ? Dans l’immédiat, pas grand chose. Il se retrouve toujours en présence d’ados à problème, sauf que là, ils ne sont plus dans le contexte scolaire.

FUJISAWA en profite pour… faire du FUJISAWA mais peut-être un peu trop vite, ce qui fait que les « problèmes » prennent une dimension surréaliste dès les premières pages.
Au contraire de GTO, on ne commence pas par quelque chose de tout simple pour aller vers quelque chose de plus violent. On est directement dans la démesure et pour qui s’attendait à du progressif, le résultat n’est pas particulièrement attrayant.

On remarque aussi beaucoup un aspect « déconne » moins appuyé que dans la série de base. Les affaires semblent toutes très sérieuses et les gags se font moins présents. On a l’impression que le mangaka change un peu l’essence de sa série en tentant de la rendre plus sérieuse qu’elle n’est censée l’être.

Le souci, c’est qu’il s’en sort moins bien dans ce genre de scènes (puisqu’il les fait monter en puissance beaucoup trop vite) que dans les scènes humoristiques. Ne vous attendez donc pas à voir beaucoup de ces têtes dont Onizuka a le secret et qui avaient provoqué tant de rires dans GTO.

On peut imaginer que, poussé par ce qu’il avait déjà fait dans dans la série d’origine, il ne se voyait pas forcément revenir en arrière et proposer quelque chose de moins développé et de plus limité.

Lorsqu’on lit le pitch et qu’on se rend compte qu’Onizuka retourne sur sa terre natale, on s’attend à voir revenir de nombreux personnages datant de l’époque de Young GTO mais, mis à part Shinomi et Katsuyuki qui font des apparitions aussi brèves qu’anecdotiques, il n’y a rien de spécial à se mettre sous la dent.

Pour les guests venus de la série régulière, on a le droit à deux ou trois chapitres où l’on voit Urumi et Kikuchi, puisque les petits génies réussissent à trouver la planque du prof, mais ils n’ont pas un rôle capital dans l’histoire.

LE caméo de la série, c’est Uchiyamada. Ce dernier est à la recherche d’Onizuka pendant plusieurs chapitres et il passera par de nombreuses épreuves avant de le retrouver. Ces chapitres forment une vraie respiration par rapport à l’histoire principale (parfois assez pesante) avec une dose d’humour dont l’auteur a le secret.

Pika, en sa qualité d’éditeur, a gardé les pages en couleurs en début de volume et a aussi abandonné le lexique en début de volume pour des petites notes de traduction en bas de case (plus modernes et plus agréables pour le lecteur) qui sont vraiment pratiques et toujours bienvenues.

Pour le coup, rien à dire, c’est du bon boulot. Concernant la politique de la cigarette retirée sur la couverture, on aime ou n’aime pas mais l’éditeur a fait un choix et il faut le respecter. Ce n’est pas spécialement important et pas sur que ça mérite autant de bruit qu’à l’époque (le débat avait fait rage).

Au final, on se retrouve donc avec neuf tomes qui ne sont pas mauvais, mais qui sont loin d’arriver à la cheville de la série originale. C’est toujours un réel plaisir de retrouver Onizuka et tout l’univers autour de ce personnage, mais cette volonté de l’auteur à rendre ses histoires beaucoup trop sérieuses est difficile à comprendre.

Depuis la fin de GTO, il a fait de nombreux titres dans cette optique, et force est de constater qu’aucun n’a réellement trouvé son public. En tout cas, certains passages de la série comme ceux avec Uchiyamada seront là pour vous faire sourire, heureusement, parce que le White Swan est loin d’être une cour de récré !

Great (Ex-Zoku and Now) Teacher Onizuka

Graphisme - 74%
Histoire - 62%
Mise en scène - 59%
Originalité - 58%
Edition - 80%
Dans son genre - 65%

66%

Prof en vacances

GTO Shonan 14 days s'insère plutôt bien dans la série originale (juste entre les tomes 19 et 20) mais n'avait rien d'indispensable. La série a quand même le mérite de nous montrer Onizuka dans un contexte hors scolaire, histoire de bien insister sur sa capacité d'empathie et son sens du devoir à toute épreuve.




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner