Japan Expo - 18ème Impact

Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Les Gouttes de Dieu – Mariage – Tome 1

[Dossier] Bilan de l’année manga 2016 : les tops, les flops, l’état du marché…

Publicité

Les Gouttes de Dieu – Mariage – Tome 1

Les Gouttes de Dieu – Mariage – Tome 1 Éditeur : Glénat
Titre original : Mariage - Kami no Shizuku Saishûshô
Dessin : Shû OKIMOTO
Scénario : Tadashi AGI
Traduction : Anne-Sophie THEVENON
Prix : 9.15 €
Nombre de pages : 208
Date de parution : 14/09/2016

Les Gouttes de Dieu nous avait tout appris des vins. Mais pour profiter pleinement des potentiels d’un vin, il faut savoir l’apprécier en accord avec les mets qui l’accompagnent ! Nous allons donc approfondir le concept de “mariage”, en compagnie de Shizuku, Issei et Miyabi qui auront à explorer différents domaines culinaires, des fromages aux sushis, en passant par le curry ! Une seconde quête, encore plus gourmande que la première, qui nous mènera au mariage divin !

spoilers

Après un affrontement de plus de 40 tomes à la recherche des douze apôtres qui s’est soldée sur un nul entre Shizuku et Issei, il est maintenant l’heures de passer aux choses sérieuses et de partir à la recherche des fameuses Gouttes de Dieu dans un titre toujours dessiné par Shû OKIMOTO et écrit par Tadashi AGI.

Que les lecteurs de la première série se rassurent, le sous-titre « Mariage » n’annonce pas l’union du personnage principal avec une quelconque jeune femme. C’est un terme utilisé en cuisine pour désigner l’association d’un plat et d’un vin, l’un venant faire ressortir l’autre.

Pour nous mettre en situation, AGI n’hésite pas à mettre de côté ce que tout les lecteurs attendent en trépignant (la lecture de la carte liée aux Gouttes de Dieu) et va nous montrer un Shizuku bien différent que celui que l’on avait pu découvrir au tout début de la série. Il démarre cette nouvelle étape avec un peu plus d’assurance, de l’expérience mais surtout de l’envie.
Le jeune homme apathique qui ne voulait pas entendre parler du vin se trouve bien loin et on retrouve un jeune homme déterminé qui commence à se rapprocher de son père.

Les auteurs n’innovent pas vraiment et continuent à suivre le schéma (plutôt efficace, il ne faut pas se mentir) qu’ils avaient bien rodés dans les 44 volumes précédents. Il y a donc un mélange entre pédagogie, fantasme et grands crus qui sait rester intéressant. Même si le lecteur n’attend qu’une seule chose (le dernier affrontement sur les Gouttes de Dieu), il se laisse un peu porter par un titre assez contemplatif.

En lisant Mariage, il peut se relaxer et en arrivant à la fin… l’annonce tant attendue arrive mais ce n’est que dans le prochain volume qu’il pourrait enfin découvrir les mots qui devraient permettre à Shizuku et Issei de mettre la main sur le vin ultime, joyau de Yutaka Kanzaki.

Que la série change de nom ou pas n’aurait pas changé grand chose à ce point et quand on voit que la structure du récit reste la même, on est en droit de se poser des questions sur l’intérêt de l’avoir fait. On peut comprendre une volonté de marquer l’arc final mais on peut surtout suspecter une volonté d’étirer inutilement un titre qui a déjà bien vécu sans ce changement d’habillage et cette nouvelle dénomination.

Pour l’édition, elle est, une fois n’est pas coutume chez Glénat, beaucoup trop souple. Sans être brusque lors de ma lecture, je me retrouve avec une grosse pliure sur le cartonné de la couverture. C’est vrai qu’il est caché par une jaquette mais quand même… À 9,15 euros l’exemplaire, pas sûr que le lecteur apprécie beaucoup…
Le point fort reste la traduction qui, malgré l’abondance de textes truffés de termes spécifiques, s’en sort vraiment bien. Ça reste fluide à tout moment et surtout, le niveau de langue est bien retranscrit.

Après un affrontement de plus de 40 tomes à la recherche des douze apôtres qui s'est soldée sur un nul entre Shizuku et Issei, il est maintenant l'heures de passer aux choses sérieuses et de partir à la recherche des fameuses Gouttes de Dieu dans un titre toujours dessiné par Shû OKIMOTO et écrit par Tadashi AGI. Que les lecteurs de la première série se rassurent, le sous-titre "Mariage" n'annonce pas l'union du personnage principal avec une quelconque jeune femme. C'est un terme utilisé en cuisine pour désigner l'association d'un plat et d'un vin, l'un venant faire ressortir l'autre. Pour nous mettre…

Un manga qui se bonifie avec le temps ?

Graphisme - 80%
Histoire - 61%
Mise en scène - 52%
Originalité - 57%
Edition - 50%
Dans son genre - 69%

62%

Cloches

Ce premier tome de Mariage, la dernière partie des Gouttes de Dieu, donne le ton : les auteurs n'ont vraiment pas l'air d'avoir envie de lâcher Kanzaki et Tomine et passent un tome complet à faire du hors sujet pour bien nous faire comprendre qu'ils ne sont pas encore prêts à nous dévoiler quel vin se cache derrière les Gouttes de Dieu.




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner