Publicité

Publicité

Golden Kamui - Tome 2

Golden Kamui – Tome 2

Golden Kamui – Tome 2 Éditeur : Ki-oon
Titre original : Golden Kamui
Dessin : Satoru NODA
Scénario : Satoru NODA
Traduction : Sébastien LUDMANN
Prix : 7.9 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 13/10/2016

Afin de retrouver les criminels tatoués qui les mèneront au trésor, Saichi et Ashirpa se rendent à Otaru, où leur petite enquête ne passe pas inaperçue… En quittant la ville, les deux compères se rendent vite compte qu’ils sont suivis par l’un des prisonniers évadés.

Lorsqu’ils parviennent à le capturer, un nouvel adversaire fait son apparition, et pas des moindres : un soldat de la 7° division d’Hôkkaïdô, la plus redoutable de toute l’armée de terre ! Saichi réussit à repousser l’assaillant, mais le répit risque d’être de courte durée… A présent en possession de trois tatouages, c’est à ces combattants d’élite que notre duo va devoir échapper !

Deux mois après la sortie du premier tome (dont vous pouvez retrouver la chronique ici) qui nous avait laissé une très bonne, que dis-je, une excellente première impression, nous attendions la suite de cette série d’aventure au parfum d’anthropologie sur la culture aïnoue. 

Même si la chronique de ce second volet du périple de Saichi et d’Ashirpa sera assez courte, cela n’est pas pour signifier que le tome est vide. Bien au contraire, il est extrêmement riche en événements, et se lit d’une traite. D’ailleurs, on regrette presque que le tome ne fasse que 192 pages, c’est dire…
Si la chronique est aussi courte, c’est tout simplement parce qu’en dire plus serait gâcher votre plaisir de lecture, faire presque un copier-coller de la chronique précédente, et même paraphraser le récit juste pour faire du remplissage.

Dans ce cas, que dire de ce second volet, sans trop en dévoiler ? Tout d’abord, on va répéter un peu ce qui faisait déjà le charme et la qualité du titre : la volonté de NODA d’être au plus proche de la réalité, en s’appuyant sur des données anthropologiques et surtout culinaires concernant les aïnous, qui sont posés comme un véritable peuple shamanique. Ce peuple recèle de mystères et de traditions passionnantes, qu’on prend plaisir à connaître à travers les yeux du soldat et les explications de la jeune fille.
Le dessin accentue cet aspect, en proposant des scènes assez violentes visuellement, comme celle où un soldat se fait arracher la peau du visage par un ours, sans que cela soit censuré.
L’humour est toujours présent, et permet de ne pas sombrer dans un sérieux trop pesant qui gâcherait du même coup le récit. Il est assez bien dosé pour ne pas prendre le dessus, mais aussi assez présent pour marquer les esprits.

Concernant le récit, celui-ci se développe plutôt bien à son rythme. On sent que l’auteur ne cherche pas à tout dire trop rapidement, il cherche à garder du suspens, non sans laisser passer quelques informations qui développent l’intrigue.

D’ailleurs, un nouveau personnage va faire son apparition, lui aussi à la recherche d’un trésor aïnou, mais cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un métal. En effet, il cherche à capturer le loup d’Ashirpa, dernier représentant des « Horkew-Kamui ».
Cela n’est pas un détail anodin : c’est l’intrigue secondaire, qui complète et donne à la série son titre. On a deux chasses au trésor aïnou, l’une concernant l’or (= « Golden »), l’autre le loup (= « Kamui »), et c’est l’entremêlement de ces deux intrigues qui forment le tout qu’est la série.
De plus, on peut remarquer qu’on a d’abord eu connaissance de la chasse à l’or (dans le tome 1), puis de celle au loup (dans le présent tome), donc dans le même ordre que dans le titre.

Je n’irai pas plus loin dans ma chronique, afin de vous laisser profiter de ce second volet, tout aussi bon que le premier.
L’édition offerte par Ki-oon reste, dans l’ensemble, de bonne facture hormis le bémol concernant les cases des pages paires des chapitres 8 et 9. Peut-être n’est-ce que dans mon édition, mais j’ai pu constater que beaucoup des bulles de ces pages étaient parfois difficiles à lire, car les cases sont coupées trop près des mots, ce qui rend leur lecture difficile.
Mis à part ces deux chapitres, le reste est très bon, aussi bien dans l’impression que dans la qualité du papier.

Deux mois après la sortie du premier tome (dont vous pouvez retrouver la chronique ici) qui nous avait laissé une très bonne, que dis-je, une excellente première impression, nous attendions la suite de cette série d'aventure au parfum d'anthropologie sur la culture aïnoue.  Même si la chronique de ce second volet du périple de Saichi et d'Ashirpa sera assez courte, cela n'est pas pour signifier que le tome est vide. Bien au contraire, il est extrêmement riche en événements, et se lit d'une traite. D'ailleurs, on regrette presque que le tome ne fasse que 192 pages, c'est dire... Si la chronique est aussi…

A fleur de peau

Graphisme - 87%
Histoire - 73%
Mise en scène - 82%
Originalité - 78%
Edition - 76%
Dans son genre - 78%

79%

Tradition

Petit à petit, l'intrigue se dévoile, tout comme les ambitions de chacun. L'originalité de la série est le savant mélange entre l'anthropologie et l'aventure, qui permet de ne pas lasser le public et qui lui donne le sentiment d'apprendre de nouvelles choses sur une civilisation assez méconnue. Un régal pour les yeux et l'esprit.

Acheter sur Amazon

A propos de L'Otak' des Lettres

L'Otak' des Lettres
Professeur otak' qui adore fouiller en profondeur l'essence des mangas, afin d'en dégager le bon et le moins bon.

Laisser un commentaire

banner