Publicité


Dossier Boichi

Publicité

Frau Faust 1

Frau Faust – Tome 1

Frau Faust – Tome 1 Éditeur : Pika Édition
Titre original : Frau Faust
Dessin : Kore YAMAZAKI
Scénario : Kore YAMAZAKI
Traduction : Anaïs KOECHLIN
Prix : 7.9 €
Nombre de pages : 172
Date de parution : 02/11/2017

Érudite, mystérieuse et dotée d’étranges pouvoirs, la jeune femme que Marion rencontre par hasard en ville semble traverser les âges et renfermer bien des secrets. Mais lorsqu’elle demande à notre héros de l’aider à pénétrer dans une église en pleine nuit pour retrouver son « chien », il ne fait plus aucun doute que Johanna s’est affranchie des règles sacrées de l’Inquisition et que l’étrange aura qui l’enveloppe revêt des allures profanes. Quel est son lien avec le docteur Faust dont parlent les légendes ? Où se trouve la frontière morale entre le bien et le mal ? Toutes les certitudes du jeune Marion s’apprêtent à être bouleversées.

Si vous ne connaissez pas Kore YAMAZAKI, vous êtes probablement passé à côté de la petite perle qu’est The Ancient Magus Bride (une série publiée chez nous par komikku) et c’est bien dommage ! La mangaka revient chez Pika Édition dans un registre un peu différent puisqu’elle s’inspire d’un monument de la littérature pour nous dessiner Frau Faust.

Donnez un humain et un personnage surnaturelle à cette auteure et elle pourra probablement vous dessiner une histoire excellente dans laquelle ces deux personnages pourront interagir. Pour le coup, elle choisit ici de les faire patienter un peu puisque Johanna est à la recherche de celui avec qui elle a fait un pacte. Ce dernier a été coupé en morceaux et ne peut se reconstituer tout seul.

Cette « Madame Faust » va donc devoir jouer un rôle un peu particulier. Elle se retrouve entre l’être humain et l’être aux pouvoirs diaboliques. Avec l’immortalité conférée par Méphisto, elle va prendre des risques parfois inconsidérés mais aussi utiliser les connaissances obtenues lors de ses longues années passées en vie pour aider les humains des endroits qu’elle visite.

Le plus intéressant vient bien sûr de sa façon de traiter Marion, le jeune garçon qui a décidé de devenir son apprenti. Fasciné par cette femme qui lui a permis de goûter à la connaissance une fois de plus (le manque d’argent l’a forcé à ne plus aller à l’école), il va se mettre en tête de devenir comme elle et de tenter d’apprendre un maximum de choses en la suivant dans son voyage.

Pour l’instant, il n’y a pas grand chose à dire de plus puisque l’histoire principale n’occupe qu’un peu moins des deux tiers du tome (assez court soit dit en passant) et ne laisse pas énormément de temps à l’histoire pour se développer. On sent naître cette atmosphère un peu mystique et délicieuse que l’auteure sait si bien installer mais on a à peine le temps d’y goûter qu’un terrible « à suivre » nous coupe dans notre élan…

Visuellement, le titre n’a absolument rien à envier à The Ancient Magus Bride, ce qui est normal vu qu’ils ont commencé en même temps. On retrouve donc ce trait fin et assez CLAMPesque que YAMAZAKI peaufine depuis quelques années maintenant.
Pour la mise en page, la mangaka se fait assez plaisir et se laisse un peu porter par son histoire, proposant quelques double-pages contemplatives juste sublimes pour ralentir un peu le rythme et laisser souffler le lecteur après un petit combat ou une révélation.

Pour l’édition, Pika fait un travail plutôt correct avec un ouvrage dans la même veine que DistopiaryOn aurait peut-être un peu plus apprécié le travail de l’auteure dans un grand format qui aurait pu donner un petit cachet supplémentaire à l’oeuvre (et elle le mérite).
Il faut aussi souligner le beau boulot d’Anaïs KOECHLIN à la traduction. Le naturel avec lequel s’enchaînent les répliques permet au lecteur de vraiment apprécier le travail de l’auteure à sa juste valeur grace à une adaptation juste et efficace.

"Je me donnerais volontiers au diable, si je ne l'étais moi-même."

Graphisme - 81%
Histoire - 69%
Mise en scène - 80%
Originalité - 67%
Édition - 75%
Dans son genre - 72%

74%

Evil ?

Dans Frau Faust, on retrouve tout ce qui fait le talent de Kore YAMAZAKI : son trait fin et détaillé, ses personnages mystérieux et bien travaillés mais aussi sa capacité à sublimer une histoire assez simple par une mise en scène envoutante. Le seul reproche qu'on pourra faire à ce premier, c'est d'être vraiment trop court (environ 120 pages pour l'histoire principale)... Bref, vivement la suite !




A propos de Ours256

Ours256

J’aime bien regarder des trucs chelous… et les langues aussi.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]