Publicité

Publicité

Food Wars – Tome 6

Food Wars – Tome 6 Éditeur : Tonkam
Titre original : Shokugeki no Sôma
Dessin : Shun SAEKI
Scénario : Yûto TSUKUDA
Traduction : Emi HATAKEYAMA
Prix : 6.99 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 26/08/2015

À chaque automne, un duel de chefs a lieu à Totsuki. Cet événement a marqué l’histoire de la prestigieuse institution. Les participants ont été choisis par le conseil des dix maîtres! Pour être prêts, les combattants sont sur le point de subir un entraînement de guerrier. C’est alors qu’un nouveau venu fait son apparition au dortoir de l’étoile polaire…

A Totsuki, l’heure est aux sélections du championnat d’automne mais… les auteurs décident de ne pas vraiment en parler dans ce tome ! En effet, ils passent le plus clair de leur temps à développer la relation entre Sôma et son père. Ce dernier a profité d’une pause dans son voyage pour faire un saut dans l’établissement qui lui a inculqué les bases de ses connaissances.

Bien évidemment, on aura le droit à un petit duel père/fils des familles ; l’occasion de juger des progrès fait par le jeune garçon depuis son arrivée à Totsuki. Force est de constater que, malgré tout ce qu’il a appris, l’expérience reste un facteur difficile à surmonter.

Sôma va profiter de cette visite pour en apprendre un peu plus sur le passé scolaire de son père y compris sa relation avec Dôjima, le chef le plus en vue qui soit sorti de Totsuki mais aussi avec l’un des professeurs de deuxième année qui accueillera Sôma et ses amis venus chercher conseil… comme il se doit !

Les auteurs nous font donc un petit instant « passage de flambeau » avec le coup du fils qui tombe dans la même chambre que le père mais aussi le « fist bump » qui l’envoie plus ou moins tout écraser sur son passage.

Père mis à part, Akira Hayama apparaît et suit le chemin de celui qui devrait être le rival le plus dangereux du héros lors des éliminatoires et peut-être même pendant toute la série. Son talent présenté, la maîtrise des épices, n’est que la partie émergée de l’iceberg et sa technique ne demande qu’à être révélée au grand jour.

Evidemment, avec son utilisation fine des épices, Akira possède un avantage certain sur la première épreuve dont le thème est le curry. C’est la règle du shônen, le rival qui apparaît possède toujours une longueur d’avance de sorte à ce que le héros puisse se dépasser pour le battre.

Pour finir, parlons un peu de l’édition de Tonkam qui reste toujours très en dessous des standards du marché, même dans un manga aussi bon que Food Wars. L’adaptation est bancale (avec une utilisation abusive d’un vocabulaire très argotiques), le lettrage parfois raté (inversions de bulles) et la correction surfaite avec quelques fautes d’orthographes toujours aussi bien placées…

A Totsuki, l’heure est aux sélections du championnat d’automne mais… les auteurs décident de ne pas vraiment en parler dans ce tome ! En effet, ils passent le plus clair de leur temps à développer la relation entre Sôma et son père. Ce dernier a profité d’une pause dans son voyage pour faire un saut dans l’établissement qui lui a inculqué les bases de ses connaissances. Bien évidemment, on aura le droit à un petit duel père/fils des familles ; l’occasion de juger des progrès fait par le jeune garçon depuis son arrivée à Totsuki. Force est de constater que,…

Mangez-moi, mangez-moi, mangez-moi

Graphisme - 88%
Histoire - 66%
Mise en scène - 74%
Originalité - 50%
Edition - 33%
Dans son genre - 79%

65%

Miam

Le sixième volume de Food Wars est bien évidemment un volume de transition qui explore une relation père/fils qui s’inscrit comme la base de l’ambition de Sôma. L’héritage de Jôichiro Yukihira est bien intégré dans l’école et quelque chose me dit qu’on devrait continuer à entendre parler de lui un moment.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner