Publicité

Publicité

Fairy Tail 48

Fairy Tail – Tome 48

Fairy Tail – Tome 48 Éditeur : Pika Édition
Titre original : Fairy Tail
Dessin : Hiro MASHIMA
Scénario : Hiro MASHIMA
Traduction : Vincent ZOUZOULKOVSKY
Prix : 6.95 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 02/12/2015

Malgré la douleur et la perte de ses cinq sens, Erza ne lâche rien et continue de se battre contre Kyôka ! Le combat aérien opposant Ignir et Acnologia fait rage ! Rejoint par Sting et Rog, Natsu affronte le Roi de Enfers qui n’hésite pas à faire appel à certains de ses serviteurs avant de se montrer sous sa véritable forme ! Mais les membres de Fairy Tail ont, eux aussi, de nouveaux atouts dans leur manche ! Rien n’est perdu, même si le compte à rebours avant le déclenchement de Face continue…

ATTENTION : Cette chronique contient des révélations sur l’intrigue. Vous êtes prévenus !

Chroniques de tomes précédents de Fairy Tail : Tome 44Tome 45, Tome 47, Blue Mistral 1

Le volume précédent était riche en combat et celui là ne va pas s’arrêter en si bon chemin. On a notamment droit à un magnifique affrontement entre Mald Gheel, le Roi des Enfers, et le duo Natsu/Gray.

Encore une fois, parler d’un tome de Fairy Tail va être assez difficile dans la mesure où la plupart du tome est constitué de combats… Alors oui, ils sont plutôt sympathiques et toujours aussi bien rythmés avec une déferlante de magie, des sentiments et un maximum de scènes « choc » mais c’est tout. Le problème de MASHIMA, c’est qu’il a un peu de mal à donner une âme à ses personnages qui ne sont pas franchement attachants (les ennemis en particulier).

L’histoire avance quand même un petit peu puisque pendant que Natsu et Gray se battent contre Mald Gheel, ce dernier leur révèle la véritable raison d’être de Tartaros ainsi que le voeu de Zelef et la seule personne capable de l’exaucer : E.N.D.

Il y a d’ailleurs un véritable paradoxe avec les démons du livre de Zelef. Ces derniers n’existent que pour trouver un moyen de tuer le magicien, devenu immortel. Vivre pour tuer ou tuer pour vivre ? C’est un peu le problème posé indirectement par MASHIMA (Si si, on peut faire un peu de philo avec Fairy Tail). Les membres de la guilde artificielle qu’est Tartaros n’ont été créés que dans un seul but, détruire Zelef mais pour ça, ils sont prêt à priver le monde de la magie.

Comme dit dans la chronique du tome 47, l’un des gros points forts de Pika par rapport à d’autres maisons d’édition vient de son travail sur le lettrage. On le voit une fois de plus dans ce volume où ça hurle pas mal et où la taille des dialogues varie selon le contexte mais aussi l’effet voulu par l’auteur. Isolé, on peut se dire que ce n’est pas grand chose mais mis à côté d’un autre titre (j’ai fait le test avec un tome d’Ajin à côté) et l’effet est saisissant.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, ce tome 48 de Fairy Tail est meilleur que le précédent. Il est même agréable à lire mais la série semble beaucoup trop se reposer sur un (long) enchaînement de combats sans transitions efficaces comme d’autres shônen peuvent le faire. Malgré des ennemis sans aucun charisme, cet arc aura le mérite d’avoir introduit le retour des dragons et nous permettra de commencer à comprendre ce qui fait l’un des mystères clés de la série.

Feuilletez des milliers de bandes dessinées gratuitement sur Sequencity

You're gonna hear me RoooOOOOOOOAAAAAaaaaAAARRRRRrrrRRR !

Graphisme - 78%
Histoire - 62%
Mise en scène - 64%
Originalité - 32%
Edition - 74%
Dans son genre - 72%

64%

Lance-flammes

Hiro MASHIMA continue à développer un combat dantesque qui fait intervenir deux guildes surpuissantes mais aussi des dragons. Dynamique mais pas aussi bien mis en scène qu'un bon nombre de shônen du marché, le titre n'en reste pas moins une lecture rapide et agréable.




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

4 commentaires

  1. Bonne critique, par contre pour ce qui est de l’anglais c’est « hear » et non « here » qui veut dire ici 😉

  2. Ours256

    Pour ce qui est de l’anglais, ce n’est pas moi qui est à blâmer mais plutôt l’auto-correct de WordPress puisque j’ai fait un copier/coller depuis le site de Mlle Katy Perry 😛

    En tout cas, bien vu d’avoir repéré la coquille 😉

Laisser un commentaire

banner