Publicité

Publicité

Ex-Vita

Ex-Vita Éditeur : Tonkam
Titre original : Ex-Vita
Dessin : Shin-Ya KOMI
Scénario : Shin-Ya KOMI
Traduction : Fabrice RENAULT
Prix : 9.35 €
Nombre de pages : 224
Date de parution : 20/05/2015

En 2050, le monde a changé avec la découverte de la pierre anti-gravité. Depuis, on a construit des androïdes à l’apparence et à la conscience humaine mais dont la durée de vie est limitée à 4 ans. Minami, policière et tête brulée, va profiter d’Alma sa co-équipière androïde pour se lancer dans des enquêtes excitantes. Mais elle découvre finalement une criminalité inattendue.

ex-vita-01     ex-vita-manga-volume-2-simple-227902

Tonkam continue à nous sortir des titres dans sa mouvance Young seinen. Après plusieurs tentatives infructueuses comme Momo ou encore Buddy Spirits, les voilà de retour avec Ex-Vita, une série qui allie boobs, robots et travail policier.

Ex-Vita de Shin-ya KOMI fait la part belles à deux enquêtrices du futur. Dans un commissariat, où le ratio hommes/femmes semble être l’inverse de ce qui se voit dans la réalité, chaque policier possède un équipier robot qui l’assiste dans les missions quotidiennes.

Quand on voit ça, on se dit « chouette, ils ont un bouclier humain ». Sauf que… pas vraiment. Alors qu’on assiste aux premières missions de Minami, on voit que la jeune policière fait tout pour éviter que sa co-équipière, Alma, soit blessée.

Sachant que c’est un robot qui peut être réparé très facilement, on se demande pourquoi l’humaine décide de ravager des pans de la ville qui seront beaucoup plus coûteux à remettre en état… La vérité derrière tout ça, c’est que KOMI tente de faire passer le sempiternel message des classiques du genre : « Les robots sont des humains comme nous ».

Oui mais non. Les robots d’Ex-Vita n’ont pas vraiment de sentiments. Alma a un semblant d’éveil mais ça reste très limité. De plus, certaines actions sont tellement stupides que si Minami n’était pas intervenue, les dégâts auraient été moindres…

Alma est beaucoup plus pragmatique, calculatrice, réfléchie comme le veut sa condition de robot. Elle sait analyser froidement une situation et fait preuve du bons sens dont manque sa partenaire. L’auteur nous propose donc une paire pour le moins complémentaire qui permettra des réactions différentes, quelles que soient les situations.

EX-VITA-planche-1-tonkam

Au niveau de l’histoire, on a le droit a une succession de petites enquêtes avec un pseudo fil rouge à la fin. Cependant, en seulement deux tomes, il n’y avait pas vraiment matière à développer quoi que ce soit. Après, il semblerait qu’un reboot nommé Ex-Arm ait vu le jour cette année au Japon, avec un vrai scénariste donc on peut imaginer quelque chose d’un peu plus intéressant.

Même si on a l’impression que le fanservice sera l’un des arguments de vente du titre, pour une fois, ce n’est pas tout à fait vrai. On voit effectivement Alma très souvent dans le plus simple appareil mais c’est la seule. En fait, aucune humaine n’apparaît dénudée (en sous-vêtements parfois mais c’est tout), seulement l’androïde.

Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi mais il semblerait que l’auteur ait un fetish sur les robots… Bon après, ça reste souvent en fin de combat et ce n’est pas vraiment ni gênant ni encombrant dans l’histoire. Disons que si ces scènes destinées à montrer du boobs n’étaient pas là, la qualité intrinsèque du manga ne changerait pas.

D’ailleurs, graphiquement, c’est plutôt joli (chose nécessaire en général quand on veut faire un peu de fanservice) et on voit que KOMI n’a pas été l’assistant de Masakazu Katsura (Zetman, I’s, …) pour rien… Du coup, les décors sont plutôt classes et les personnages faciles à reconnaître et avec une bonne bouille.

On ne peut pas en dire autant de l’édition catastrophique de Tonkam avec un festival d’erreurs : des inversions de bulles, du texte cadré n’importe comment dans les bulles, plusieurs fautes d’orthographe… Bref, c’est la totale…

EX-VITA-planche-2-tonkam

Avec seulement deux tomes, Ex-Vita nous promet au moins une chose : une histoire complète, qui ne se prend pas la tête. Quand on se décide à le lire ainsi, ce n’est pas si mauvais que ça. Les héroïnes fonctionnent bien ensembles et il y a un semblant de fin (même si ça reste très ouvert).

Est-ce que l’on peut vraiment attendre plus d’une telle série ? Je ne sais pas trop. Même en y réfléchissant sérieusement, j’ai eu du mal à trouver la réponse. C’est vrai, ça fait une petite heure de lecture sympathique mais au final, on en retire rien. Cette série, je l’aurais probablement oublié d’ici quelques jours, et vous aussi…

      Tonkam continue à nous sortir des titres dans sa mouvance Young seinen. Après plusieurs tentatives infructueuses comme Momo ou encore Buddy Spirits, les voilà de retour avec Ex-Vita, une série qui allie boobs, robots et travail policier. Ex-Vita de Shin-ya KOMI fait la part belles à deux enquêtrices du futur. Dans un commissariat, où le ratio hommes/femmes semble être l’inverse de ce qui se voit dans la réalité, chaque policier possède un équipier robot qui l’assiste dans les missions quotidiennes. Quand on voit ça, on se dit « chouette, ils ont un bouclier humain ». Sauf que… pas vraiment.…

Montre tes circuits imprimés, plus vite que ça !

Graphisme - 73%
Histoire - 45%
Mise en scène - 25%
Originalité - 20%
Edition - 31%
Dans son genre - 44%

40%

Métal

Avec seulement deux tomes, Ex-Vita nous promet au moins une chose : une histoire complète, jolie qui ne se prend pas la tête. Quand on se décide à le lire ainsi, ce n’est pas si mauvais que ça. Les héroïnes fonctionnent bien ensembles et il y a un semblant de fin (même si ça reste très ouvert).

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner