Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Dragon Quest Emblem of Roto – Tome 11

Publicité

dragon-quest-emblem-of-roto-manga-volume-11-simple-226520

Dragon Quest Emblem of Roto – Tome 11

Dragon Quest Emblem of Roto – Tome 11 Éditeur : Ki-oon
Titre original : DRAGON QUEST - Roto no Monshô
Dessin : Kamui FUJIWARA
Scénario : Kamui FUJIWARA
Traduction : Fédoua LAMODIERE
Prix : 6.6 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 07/05/2015

Alors que tout Aliahan est plongé dans le sommeil, Arus s’avance à la rencontre de Jagan pour un combat sans merci. Mais il finit par ployer face à l’incroyable puissance maléfique de son adversaire… Juste au moment où ses compagnons parviennent enfin à le rejoindre, le Roi du Mal lui porte un coup fatal ! Poron s’empresse de l’envoyer en lieu sûr, hélas le pire se produit… L’âme du prince de Carmen quitte son corps, prête pour le grand voyage. Sans le héros à leurs côtés, les guerriers sacrés ont-ils encore un espoir d’accomplir leur quête ?

Le onzième opus est un véritable tome de transition. On y retrouve les protagonistes un peu désemparés face au destin d’Arus et vont devoir recevoir l’aide du sage Kadal pour retrouver une feuille nécessaire à sa survie. Cependant, ce n’est pas ce qui va nous occuper le plus pendant ce volume mais plutôt l’entraînement des personnages principaux. Malheureusement, la façon dont on nous le dépeint est plus que sommaire avec un peu trop d’ellipse et surtout aucune focalisation sur un point précis.

Fujiwara fait un passage rapide sur plusieurs séquences mais ne s’arrête jamais afin d’aller au plus vite à la phase suivante : la recherche d’un meilleur équipement. Exactement comme dans La Quête de Dai, lorsque la lame du jeune héros est incapable d’égratigner son père (car trop faible pour contenir la force du dragon), il se met en quête d’un métal assez robuste pour fabriquer une lame assez solide pour pouvoir porter sa force. Arus et ses amis suivent plus ou moins le même chemin puisqu’ils vont devoir trouver de l’orichalque, le métal le plus résistant du monde afin de faire forger une épée qui puisse rivaliser avec l’équipement légendaire de Roto que possède Jagan.

La dernière partie du volume est une petite histoire consacrée à la jeunesse de Kadal et à la formation de la troupe de Roto (le seul et l’unique). Alors oui, il y a une raison (assez facile à comprendre) à la présence de ce chapitre dans ce tome ais force est de constater qu’il n’apporte pas grand chose à l’histoire principale. Il vient peut-être même renforcer la composante  « Le passé se répète » alors qu’il n’y en avait pas forcément besoin. Bon après, il faut prendre en compte la date de sortie du titre où tous ces codes n’étaient pas encore forcément installés mais pour nous, ça fait sacrément redondant.

Au final, on avance doucement mais sûrement dans Emblem of Roto, assurément une valeur sûre du shônen qui se lit bien même si les volumes sont un peu inégaux.

Le onzième opus est un véritable tome de transition. On y retrouve les protagonistes un peu désemparés face au destin d’Arus et vont devoir recevoir l’aide du sage Kadal pour retrouver une feuille nécessaire à sa survie. Cependant, ce n’est pas ce qui va nous occuper le plus pendant ce volume mais plutôt l’entraînement des personnages principaux. Malheureusement, la façon dont on nous le dépeint est plus que sommaire avec un peu trop d’ellipse et surtout aucune focalisation sur un point précis. Fujiwara fait un passage rapide sur plusieurs séquences mais ne s’arrête jamais afin d’aller au plus vite à…

It's training, men ! (Air connu)

Graphisme - 61%
Histoire - 50%
Mise en scène - 36%
Originalité - 42%
Edition - 75%
Dans son genre - 66%

55%

I'm back !

Petit volume de transition qui se lit bien mais on attend un peu plus d'un titre comme Roto, notamment au niveau des enjeux.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner