Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Dragon Ball SD – Tome 1

Publicité

DRAGON BALL SD T01

Dragon Ball SD – Tome 1

Dragon Ball SD – Tome 1 Éditeur : Glénat
Titre original : Dragon Ball SD
Dessin : Naho OHISHI
Scénario : Naho OHISHI
Traduction : Fédoua LAMODIERE
Prix : 7.6 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 25/11/2015

Non, il ne s’agit pas d’une version de plus de Dragon Ball. Le titre qui vous est présenté est une relecture et recréation du mythique manga de Toriyama.
Le scénario a ainsi été revu, les quelques éléments humoristique adultes (fameuse histoire de la petite culotte de Bulma) ont été modifiés, l’aventure connaît par ailleurs des rebondissements inédits et inattendus. À ce titre, de nouveaux personnages font leur apparition, tel Beerus que l’on a découvert cette année dans le film Battle of Gods. Une redécouverte complète pour un nouvel accès au “Monde” de Toriyama.

Dragon Ball, le manga culte d’Akira TORIYAMA, revient en France avec une version destinée aux plus jeunes réalisée par la mangaka Naho OHISHI pour le magazine Saikyô Jump : Dragon Ball SD.
Tout en couleur, c’est une sorte de résumé burlesque des aventures de Son Goku.

Il apparaît clair que ce manga est avant tout une oeuvre destinée aux gens ayants déjà lu le titre de TORIYAMA qu’aux autres. C’est un résumé qui passe très vite sur les événements principaux, mais qui, en plus, fait régulièrement référence à des événements futurs via des clins d’œils fun pour les connaisseurs, mais qui n’auront aucun sens pour les autres.

Dans ce premier tome sont regroupées les aventures de Goku correspondant à un peu plus de trois tomes, l’auteur va, donc, vraiment très vite et l’histoire finit par être quelque peu déconstruite.
Pour le lecteur de DB qui raccrochera les wagons, c’est une sorte de résumé plutôt drôle, pour le néophyte ça ne sera qu’une suite de chapitres dont les liens ne sont pas des plus évidents et faisant des références incompréhensibles.

Comme le laisse à penser l’auteur dans ses notes de fin de volume, elle aurait sans doute aimé se détacher un peu de l’œuvre originale, pour mieux la parodier, mais il semble que les responsables du magazine (et de Shueisha ?) ne l’aient pas vu d’un très bon œil.

Question dessin, Melle OHISHI se défend plutôt bien, la mangaka respecte bien les codes et l’univers de TORIYAMA avec la patte super deformed propre à aux spin-off humoristiques du Saikyô (Chopperman, Rock Lee).
Finalement ce qui apporte vraiment une valeur ajoutée à ce manga c’est la couleur. Le titre est tout couleur (en dehors des quelques bonus noir et blanc de fin de volume), et c’est plutôt sympa.

Je n’aurai pas été contre, une fois n’est pas coutume, une édition grand format, car la couleur apporte une densité aux cases des plus agréable, et on se sent un peu à l’étroit dans ce format (qui respecte l’édition originale).

Point de vue édition, Glénat à conservé le format des éditions normale des ses shônen, le sens de lecture japonais, et une jaquette amovible avec vernis brillant.
Etant donné que le volume est en couleur, l’éditeur à opté pour des feuilles spécifiques (du même type que pour les anime comics), ce qui donne des pages pas désagréables au toucher mais un volume très fin alors qu’il comporte 190 pages.

Le confort de lecture est particulièrement dégradé par un brochage très serré, et des planches s’étendant jusqu’à la pliure, coupant des bulles et des parties d’images. Un brochage différent aurait peut-être permis une ouverture plus large, et un confort accru.

Si Dragon Ball SD n’est pas un mauvais manga, il reste difficile à conseiller à tout autre lecteur que celui qui a déjà lu les volumes de l’œuvre mythique d’Akira TORIYAMA. Car ce manga n’est finalement qu’un résumé, en couleur certes, mais qui n’apporte rien, ne sort jamais réellement des clous en dehors de quelques clins d’œils drôles, mais qui ne raviront que les fans.

Un titre dispensable qui surfe sur la popularité intacte de ce titre majeur du shônen nekketsu, mais reste un divertissement agréable pour tout fan de Dragon Ball.

Dragon Ball, le manga culte d'Akira TORIYAMA, revient en France avec une version destinée aux plus jeunes réalisée par la mangaka Naho OHISHI pour le magazine Saikyô Jump : Dragon Ball SD. Tout en couleur, c'est une sorte de résumé burlesque des aventures de Son Goku. Il apparaît clair que ce manga est avant tout une oeuvre destinée aux gens ayants déjà lu le titre de TORIYAMA qu'aux autres. C'est un résumé qui passe très vite sur les événements principaux, mais qui, en plus, fait régulièrement référence à des événements futurs via des clins d’œils fun pour les connaisseurs, mais qui n'auront aucun sens…

Boules du dragon

Graphisme - 71%
Histoire - 52%
Mise en scène - 58%
Originalité - 37%
Edition - 59%
Dans son genre - 50%

55%

Goku low cost

Si Dragon Ball SD n'est pas un mauvais manga, il sera surtout intéressant pour les amateurs de la saga. Les néophytes risquant de n'y rien comprendre, de survoler une histoire pourtant passionnante avec ce qui n'est qu'un (joli) résumé du manga d'Akira TORIYAMA.

A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la « génération Club Dorothée », c'est un gros lecteur de mangas shônen, particulièrement ceux issus du Weekly Shônen Jump et des publications Shueisha en général, mais l’âge aidant ses lectures s’orientent de plus en plus vers les seinen.

Laisser un commentaire

banner