Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / DevilsLine – Tomes 1 et 2

[Dossier] Kazuo KAMIMURA, l’estampiste de l’ère Shôwa

Publicité

DevilsLine T1

DevilsLine – Tomes 1 et 2

DevilsLine – Tomes 1 et 2 Éditeur : Kana
Titre original : DevilsLine
Dessin : Ryô HANADA
Scénario : Ryô HANADA
Traduction : Julien DELESPAUL
Prix : 7.45 €
Nombre de pages : 224
Date de parution : 16/10/2015

La société des hommes n’est pas celle que l’on croit. Sans le savoir, elle abrite une population de vampires qui côtoient les humains tout en dissimulant leur vraie nature. C’est ainsi que Tsukasa, étudiante à la vie tranquille, va en faire l’âpre découverte. Sauvée de justesse par un homme nommé Anzai, elle comprend que ce dernier n’est autre qu’un membre d’une brigade spéciale, chargée de neutraliser les vampires ayant franchi l’interdit : boire du sang humain.
Au contact de la moindre goutte, ces créatures deviennent des monstres incontrôlables, animées par une rage folle… que le jeune Anzai, être hybride, a de plus en plus de mal à maîtriser.
Une irrésistible attirance naît entre Tsukasa et Anzai, dont la soif de sang ne cesse de s’accroître en sa présence… Vampire et humain, prédateur et proie…

Nouveau seinen horrifique des éditions KanaDevilsLine de Ryô HANADA arrive en France avec ses deux premiers volumes pour nous embarquer dans une histoire mettant des humains au prise avec de dangereux vampires.

Les vampires sont à la mode depuis un certain temps, depuis la parution d’une certaine saga littéraire, et le manga ne fait pas l’impasse sur ce genre longtemps délaissé.

Dans le monde de DevilsLine l’existence des vampires est plus ou moins connue, des couples mixtes existent et des lois spécifiques, destinées à protéger la population humaine, aussi.
Dans ce contexte, Anzai, demi-vampire, fait parti d’une brigade chargée de traquer les vampires qui s’adonneraient au suçage de sang interdit. Car si les vampires de ce monde vivent au soleil, mangent de la nourriture, peuvent enfanter et avoir une vie relativement normale, ils restent des buveurs de sang et peuvent même devenir fous à la vue d’une simple goutte.

Le monde conçu par HANADA et sa vision du vampire sont très intéressants. Cette acceptation dans la société, avec une vie relativement normale contrebalancée par le côté perpétuellement borderline des créatures qui peuvent perdre tout contrôle après des années sans souci, est vraiment fascinant.
Les suceurs de sang sont, généralement, des êtres gentils et attentionnés avec leur entourage, mais peuvent basculer à tout moment. On ne sait jamais si on doit leur faire confiance, ou être dans la perpétuelle méfiance.
Mais tout le monde ne supporte pas la présence des vampires, et certains sont prêt à tout pour exterminer cette espèce dont certains membres sont terriblement dangereux.

Dans ce contexte, Anzai, le héros, ne pense pas que l’existence des couples humain-vampire soit une bonne chose, car il voit ses congénères comme des monstres capables de passer à l’acte à tout moment. Malgré la prise de substances censées les calmer, les vampires sont quasiment incapables de contrôler leurs pulsions à la vue du sang.

Et pourtant, comme de bien entendu, le protagoniste va tomber amoureux d’une humaine : la jeune étudiante Tsubasa, qui va, elle aussi, succomber au charme du ténébreux héros.
Tout cela va ébranler ses convictions, et le mettre à mal vis à vis de son job et de ses convictions.

Les couvertures sont trompeuses, particulièrement celle du premier tome, car si elles sont plutôt jolies, les planches intérieures sont tout autres. Le trait de Ryô HANADA est très malhabile, avec des personnages tantôt pas trop mal, tantôt moches à souhait. C’est assez peu maîtrisé, et ça nuit à la lecture.
Son style est à cheval entre un dessin très « shôjô », et un trait plus classique, rendant le tout assez déconcertant.

L’édition de Kana est très classique pour sa collection Big Kana : un semi-grand format, de jolie couvertures pelliculées, et une impression plutôt bonne avec des noirs profonds tout à fait en adéquation avec le contenu.

Au Japon, ce titre publié par Kôdansha compte, pour l’heure, cinq volumes.

En finalité, le sentiment que l’on a en ressortant de la lecture de ces volumes de DevilsLine est ambivalent. D’un côté il y a le graphisme clairement pas terrible, de l’autre une histoire, un développement et des personnages plutôt intéressants.
Le gros intérêt de ce manga tient dans son univers très maîtrisé, avec la sensation que tout peut basculer à tout moment. Une découverte intéressante qui donne une furieuse envie de lire la suite !

DevilsLine T1 DevilsLine T2

Feuilletez des milliers de bandes dessinées gratuitement sur Sequencity

Nouveau seinen horrifique des éditions Kana, DevilsLine de Ryô HANADA arrive en France avec ses deux premiers volumes pour nous embarquer dans une histoire mettant des humains au prise avec de dangereux vampires. Les vampires sont à la mode depuis un certain temps, depuis la parution d'une certaine saga littéraire, et le manga ne fait pas l'impasse sur ce genre longtemps délaissé. Dans le monde de DevilsLine l'existence des vampires est plus ou moins connue, des couples mixtes existent et des lois spécifiques, destinées à protéger la population humaine, aussi. Dans ce contexte, Anzai, demi-vampire, fait parti d'une brigade chargée de traquer les vampires…

Vis ma vie de vampire

Graphisme - 37%
Histoire - 55%
Mise en scène - 56%
Originalité - 50%
Edition - 78%
Dans son genre - 75%

59%

Twilight

Si DevilsLine ne remportera pas un prix pour son graphisme, le manga tire son épingle du jeu avec un univers vampire passionnant et maîtrisé. Si l'amourette classique du titre vampirique est là, elle est perpétuellement mise à mal par la violence de ce monde et le danger permanent qui entoure les suceurs de sang. Un seinen intéressant, dont il nous tarde de lire la suite.




A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la « génération Club Dorothée », c'est un gros lecteur de mangas shônen, particulièrement ceux issus du Weekly Shônen Jump et des publications Shueisha en général, mais l’âge aidant ses lectures s’orientent de plus en plus vers les seinen.

Un commentaire

  1. ce manga c’est juste une pure bombe !!! Je le recommande à tout le monde,l’histoire ainsi que les dessins et les personnages sont vraiment passionnant. Sur 10,je lui donne un 9. A tous les amateurs d’horreur et d’amour ainsi que d’un mélange un peu dans le style d’un survival game lancez vous dedans !

Laisser un commentaire

banner