Publicité

[Dossier] Bilan de l’année manga 2016 : les tops, les flops, l’état du marché…

Publicité

DÉDALE T1

Dédale – Tomes 1 & 2

Dédale – Tomes 1 & 2 Éditeur : Doki-Doki
Titre original : Hyakumanjô Labyrinth
Dessin : Takamichi
Scénario : Takamichi
Traduction : Sébastien LUDMANN
Prix : 8.5 €
Nombre de pages : 244
Date de parution : 06/07/2016

Reika et Yôko, deux étudiantes, errent dans un gigantesque bâtiment, véritable dédale sans fin défiant l’imagination. Seul indice : un mystérieux message posé sur une table basse signé Tagami, un célèbre créateur de jeux vidéo, qui semble en savoir long sur cet endroit. Quelle est la nature de l’étrange lieu dans lequel elles errent ? Pourquoi Reika et Yôko sont-elles le seul espoir de l’humanité ?

Dans la vague de “survival game” dont le marché du manga se nourrit depuis quelques temps, l’éditeur Doki-Doki apporte sa pierre à l’édifice en proposant le diptyque Dédale (Hyakumanjô Labyrinth) de Takamichi.

Particularité de ce titre : contrairement à bon nombre de survival, celui-ci n’est pas gore. Le but du jeu n’est pas d’abattre tous ses congénères enfermés dans le même bâtiment, mais tient à deux jeunes filles qui vont devoir tenter de s’échapper d’un endroit qu’elles ne connaissent pas (bien que familier) et qui recèle de dangers tout en laissant une très grande part à l’exploration.

On serait même plutôt face à un titre plus “psychologique” (avec les guillemets de circonstance), tant le propos de Dédale se situe plus dans la capacité des deux héroïnes (ou plutôt celle de Reika) à comprendre le fonctionnement de cette déformation de la réalité et à user des bugs qui peuvent y être présents.
En effet, les lois de ce monde ressemblent étrangement à celles d’un jeu vidéo très populaire, édité par la boite qui emploie Reika et Yoko… La première étant une dingue de jeux vidéo, férue de la recherche de bugs, elle va tout de suite se sentir très à l’aise et chercher la(les) faille(s) à exploiter.

Extrêmement bien conçu, Dédale repose entièrement sur le duo Reika/Yôko, ne s’embarrassant pas vraiment de personnages secondaires, leur laissant toute la latitude nécessaire pour explorer en même temps que le lecteur, comprendre, assimiler et solutionner leurs problèmes.
On sent un auteur inspiré, ayant bâti son récit sur des bases solides et cohérentes.

Si l’on devait apporter un léger bémol, ce serait le traitement du personnage de Yôko, qui a le rôle plutôt ingrat de la fille terre-à-terre, un peu rabat-joie, pas jolie, et au charisme ma foi assez faible.
Reika, quant à elle, a droit à tous les égards de son auteur : vive, intelligente, débrouillarde, jolie, toujours positive… Elle est celle qui permet au duo de subsister dans ce monde un peu loufoque, tentant des expériences diverses et cherchant les meilleurs moyens d’avancer dans ce qu’elle voit comme un jeu grandeur nature.

Malgré ses deux tomes, le titre ne semble pas expédié, il est posé et clair, mais ne s’embarrasse pas de fioritures, nous emmenant sans préambule dans le cœur de l’histoire.

Le trait de Takamachi est plutôt très joli, propre, sans être exceptionnel. S’il n’y a pas grand chose à lui reprocher dessus, certaines planches peuvent paraître un peu trop vides en comparaison d’autres aux décors fouillés et fourmillants de détails divers.

L’édition proposée par Doki-Doki est très classique, au format habituel de ce que nous propose la marque de Bamboo pour ses titres.
Une impression de très bonne facture, sans fioritures, mais aux noirs profonds et aux trames bien reproduites. Le lecteur y trouvera aussi les pages couleurs de l’édition japonaise, apportant un plus non négligeable.

En seulement deux tomes, Takamichi nous transporte littéralement dans son dédale, dans son labyrinthe au million de tatamis, nous proposant une œuvre assez atypique, intelligente et bourrée de trouvailles en tout genre.
Les adeptes de jeux vidéo seront aux anges tant le monde dans lequel les héroïnes tombent sont inspirés des univers vidéoludiques, sans compter les différentes réactions de Reika qui restent caractéristiques du genre.

Dédale est une excellente surprise. Il fait partie de ces titres que l’on n’attend pas mais qui se révèlent passionnants… Doki-Doki nous propose un titre inventif, dynamique, mais aussi terriblement intelligent, bien construit et positif qui pourrait changer votre vision du genre survival game ; une petite pépite pour le catalogue Doki-Doki !

Le labyrinthe au million de tatamis

Graphisme - 76%
Histoire - 74%
Mise en scène - 84%
Originalité - 88%
Edition - 80%
Dans son genre - 94%

83%

Escape !

Dédale est une excellente surprise. Il fait partie de ces titres que l'on n'attend pas mais qui se révèlent passionnants... Doki-Doki nous propose un titre inventif, dynamique, mais aussi terriblement intelligent, bien construit et positif qui pourrait changer votre vision du genre survival game ; une petite pépite pour le catalogue Doki-Doki !




A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la « génération Club Dorothée », c'est un gros lecteur de mangas shônen, particulièrement ceux issus du Weekly Shônen Jump et des publications Shueisha en général, mais l’âge aidant ses lectures s’orientent de plus en plus vers les seinen.

Un commentaire

  1. J’ajouterai tout de même, que malgré le fait qu’elle soit moins mise en avant que Reika, Yoko a pour elle un gros point positif sur l’histoire, dans la mesure où c’est elle qui donne a reika une certaine paix de l’esprit à l’heure de faire son choix. Elle lui donne en quelque sorte une chose dont elle a eu besoin et qui la fait évoluer mentalement.
    L ‘auteur ne l’a pas « délaissée » complètement même si elle est moins mise en avant je trouve

Laisser un commentaire

banner