Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Dark Sweet Nightmare – Tome 1

Publicité

darkSweetNightmareT1

Dark Sweet Nightmare – Tome 1

Dark Sweet Nightmare – Tome 1 Éditeur : Soleil Manga
Titre original : Kurotsuta Yashiki no Himegoto
Dessin : Tomu OHMI
Scénario : Tomu OHMI
Prix : 6.99 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 13/01/2016

Chizuru, une belle jeune femme, a toujours vécu dans le Manoir du Lierre Noir. Sa mère y était embauchée en tant que domestique et, enfant, elle passait ses journées à jouer avec le jeune maître Yukihiko. Après le décès de sa mère, Chizuru dut quitter le domaine. La jeune femme revient vivre au Manoir pour tenir compagnie à Yukihiko, affaibli par la maladie. Des événements étranges troubleront bientôt leur relation…

Un nouveau titre de Tomu OHMI ! Autant vous dire que, si c’est votre tasse de thé, vous pouvez y aller les yeux fermés. Elle a rarement failli à son style habituel, mélange de fantastique et d’érotisme qui fonctionne vraiment bien. D’ailleurs, rien qu’au résumé, on retrouve tous les ingrédients : un peu de noblesse, une ombre qui plane et deux personnages qui vont se retrouver dans les bras l’un de l’autre avant la fin du premier tome, de quoi passer un bon moment de lecture.

Je suis toujours sincèrement envoutée par les titres de Tomu OHMI, premièrement parce qu’elle sait donner une forme de noblesse dans ses héroïnes ou ses héros. Jôsei oblige, on est loin des midinettes lycéennes, ce sont des femmes assumées, souvent solitaires mais qui ne recherche pas forcément la compagnie d’un homme.

Dans cette histoire, Chizuru a vécu dans une forme d’aristocratie anglaise même si sa mère n’a été que la servante de la maison. Par la suite, elle a reçu une éducation un peu stricte sans sorties ni réelle compagnie, son seul plaisir étant d’écrire au jeune maître de la maison, Yukihito, pendant des années. C’est son sens des responsabilités et un peu d’honneur qui vont la faire retourner au Manoir pour s’occuper de lui.

Arrive le second point fort sympathique de l’auteur : le beau gosse ténébreux. Certes, c’est toujours le même, mais quand on trouve une très bonne recette pourquoi en changer ? Mais dans cette histoire il y a un changement de taille, le héros est riche et beau mais cache un lourd secret (ou plutôt deux mais chut) et ce dernier est vraiment pas très reluisant : c’est un pervers.

Cela arrange bien nos affaires pour toutes les galipettes qui vont suivre mais quand je dis « pervers » il faut penser « petite culotte encadrée » ou « brosse a cheveux volée » donc plutôt le genre à fuir en courant. C’est la première fois que Tomu OHMI nous montre ce genre de trait de caractère et malgré le coté super creepy de la chose c’est assez amusant dans l’histoire.

On continue donc avec le grand domaine de prédilection, le sexe ! Toujours présent, toujours superbement excitant, c’est fou que sur la myriade de titres pseudo-érotique, aucun n’arrive à la cheville de cette auteure pour faire des scènes crédibles, réalistes et surtout pas vulgaires du tout. C’est grandement appréciable et cela donne une image très positive de la femme et des relations sexuelles, ce que l’on peut souvent reprocher aux manga.

Enfin, dans le monde, je peux dire que je ne suis pas très emballée par le scénario autour du secret de Yukihito mais sans doute n’est il pas encore bien défini et devrait prendre de la substance. La révélation du vrai caractère de Yukihiro était déjà un gros morceau pour le premier tome ; ce n’est pas plus mal de n’avoir qu’effleuré le reste de l’histoire. On sent bien que ce titre ne va pas convaincre comme un Midnight Secretary, il ne compte que trois tomes au Japon, et c’est probablement très bien ainsi.

Un nouveau titre de Tomu OHMI ! Autant vous dire que, si c'est votre tasse de thé, vous pouvez y aller les yeux fermés. Elle a rarement failli à son style habituel, mélange de fantastique et d'érotisme qui fonctionne vraiment bien. D'ailleurs, rien qu'au résumé, on retrouve tous les ingrédients : un peu de noblesse, une ombre qui plane et deux personnages qui vont se retrouver dans les bras l'un de l'autre avant la fin du premier tome, de quoi passer un bon moment de lecture. Je suis toujours sincèrement envoutée par les titres de Tomu OHMI, premièrement parce qu'elle sait donner une…

Machine a random titre

Graphisme - 78%
Histoire - 43%
Mise en scène - 52%
Originalité - 47%
Edition - 51%
Dans son genre - 63%

56%

Vam-pire

Tomu OHMI, c'est un style bien précis : on aime ou on aime pas, mais globalement, c'est toujours vraiment sympa à lire. On a peu de jôsei en France mais ceux présents sont de qualité.

A propos de Marcy

Juste un chat qui traine partout, fan de Sailormoon devant l'éternel, spécialiste du glauque et du déviant, chose étrange: ne travaille pas/plus dans le monde de l'animation.

Laisser un commentaire

banner