Publicité

Dossier Boichi

Publicité

CounTrouble – Tome 1

CounTrouble – Tome 1 Éditeur : Pika Édition
Titre original : CounTrouble
Dessin : Akinari NAO
Scénario : Akinari NAO
Traduction : Anaïs KOECHLIN
Prix : 6.95 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 02/03/2016

Le compte à rebours est lancé !
Armée de sa magie et dotée d’un caractère de cochon, Sasara, une petite sorcière qui prétend être un ange, débarque dans la vie de Kôta. Elle s’est mise en tête de l’aider à trouver l’amour à tout prix ! Le jeune garçon, qui n’avait rien demandé, voit l’opportunité de se rapprocher d’Akino, la beauté froide de la classe. Mais les sorts de Sasara sont “minutés” et ont tendance à tourner au désastre… Sa mission semble plus difficile que prévue !

Après Psycho Busters il y a quelques années, Pika redonne sa chance à Akinari NAO (auteur qui est aussi publié chez Panini avec Trinity Seven) dans une comédie romantique se déroulant dans un établissement scolaire avec tout ce que ça implique : jupe courtes, jeunes filles, héros maladroit, j’en passe et des meilleures !

Lorsque l’on regarde la couverture de CounTrouble, il faut avouer que l’on est loin de se douter de ce qui se trouve à l’intérieur. On s’attend à une histoire plutôt sérieuse en voyant les deux personnages prendre la pose devant un paysage urbain nocturne ; les deux petits coeurs du logo passant un peu inaperçus dans une telle déferlante de style.

C’est un peu la première chose qui nous saute aux yeux, Akinari NAO sait rendre classe n’importe lequel de ses personnages et son coup de crayon ultra-fin est particulièrement agréable à l’oeil. Alors que les couvertures de ce genre sont parfois mensongères, le mangaka ne trahit pas les espoirs placés par le lecteur.

On notera juste une petite tendance à trop utiliser les trames dans ses arrière-plans qui sont plus vides que ce que l’on pourrait espérer. Cependant, ce n’est pas vraiment ce qui nous intéresse le plus dans les mangas de cette catégorie et comme dit plus haut, les personnages sont vraiment sublimes et chacune de leurs expressions est très bien travaillée.

Une fois que l’on rentre un peu dans le vif du sujet, on se rend compte très vite que notre première impression était complètement à la rue. CounTrouble n’a rien d’un manga sérieux, au contraire, le ton est ultra-léger et même le héros a un nom « plus classique tu meurs » (Kôta) !

Avec sa structures en petites histoires indépendantes (même si certains mini-événements vont quelques fois lancer le chapitre suivant), l’effort de mise en scène reste assez limité. Lors de chaque chapitre, Kôta teste un nouveau compte à rebours imposé d’une manière ou d’une autre par Sasara.

En fait, ce n’est jamais grâce à la magie que le jeune garçon marque des points auprès d’Akino. À chaque fois, il donne de sa personne pour la jeune fille qui semble être de plus en plus sensible aux petites attentions qu’elle reçoit. Petit à petit, elle se force à sourire et parle un peu plus que dans les premiers chapitres, preuve que Kôta lui fait plus d’effet qu’il ne le pense.

Pour dynamiser un peu sa romance, Akinari NAO n’hésite pas à faire intervenir très rapidement la traditionnelle amie enfance qui est en réalité amoureuse du héros de manière tellement évidente qu’on le voit en deux cases. Niveau originalité, ce n’est pas gagné pour l’instant (et ce, à tous les niveaux malheureusement)…

Le petit détail intrigant vient de Sasara qui semble faire une fixation étrange sur son chapeau. Lorsqu’elle le perd (ou que Kôta ne le lui chipe), la jeune fille se met dans un état surprenant où les larmes et une certaine impuissance ont le dessus. On ne sait pas encore trop pourquoi elle réagit de la sorte ; ou du moins, on ne sait pas grand chose tout court sur ce personnage.

Il reste donc quelques points à vérifier dans le deuxième tome qui devrait permettre de voir clairement de quel côté le mangaka veut faire partir sa série. Pour l’instant, on a le droit à une mise en bouche beaucoup trop basique pour pouvoir vraiment accrocher à un concept qui semble sous-exploité plus qu’autre chose.

L’édition de Pika est fidèle à elle-même avec un ouvrage qui ne présente aucune surprise dans sa fabrication, que ce soit au niveau du papier utilisé ou de la couverture. On notera cependant une très bonne adaptation de la part de Black Studio qui propose des textes toujours aussi fluides dans un français moderne et bien écrit.

Pas le dernier compte à rebours...

Graphisme - 69%
Histoire - 55%
Mise en scène - 61%
Originalité - 42%
Edition - 65%
Dans son genre - 60%

59%

3... 2... 1...

Énième comédie romantique en milieu scolaire, le titre d'Akinari NAO n'a, pour le moment, rien qui ne vienne lui donner l'avantage par rapport à des titres comme Nisekoi ou encore Coeurs à Coeurs. Même si la magie est introduite, son utilisation reste encore très anecdotique. À voir si l'auteur parvient à redresser la barre dans le prochain.




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner