Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Colère Nucléaire – Tome 1

Publicité

_CN01_JAQUETTE.indd

Colère Nucléaire – Tome 1

Colère Nucléaire – Tome 1 Éditeur : Éditions Akata
Titre original : Genpatsu Genma Taisen
Dessin : Takashi IMASHIRO
Scénario : Takashi IMASHIRO
Traduction : Yuta NABATAME
Prix : 7.95 €
Nombre de pages : 208
Date de parution : 12/11/2015

Satô, protagoniste de ce manga, assiste avec horreur à la catastrophe qui frappe le Nord-Est du Japon, le 11 mars 2011. Il assiste avec encore plus d’effroi aux évènements qui suivent : tandis que la plupart des Tokyoïtes semblent vouloir reprendre leur vie comme si de rien n’était, Satô, lui, est en colère ! En colère contre ce gouvernement et ses non-dits, en colère contre cette société qui ferme les yeux sur les conséquences réelles de la catastrophe. Au fil des jours, il observe, commente et enrage, face à l’évolution de la situation de son propre pays… Un manga-documentaire passionnant !

Colère Nucléaire est un manga très intéressant dans la mesure où il sort complètement des cadres habituels du genre. Ici, pas question de mettre en scène des choses particulières ou d’inventer une mini-fiction pour parler de la catastrophe. L’auteur décrit les faits, les décortique même et pose un regard particulièrement dur des événements qui l’ont mis hors de lui.

C’est très rare de nos jours mais, avant d’attaquer le manga, il vous faudra passer par trois types d’écrits différents : une chronologie sur les événements qui ont suivis le 11 mars 2011, une note du traducteur et une préface de David BOILLEY (président de l’ACRO). Autant dire que certains lecteurs seront (trop) facilement rebuté par un titre qui vaut pourtant la peine d’être lu.

Même chose du côté du graphisme qui est plus que simple et pas franchement très joli. Les personnages sont assez bourrus et sommaires et les décors (en l’occurrence les différents restaurants) se ressemblent plus ou moins tous. Ce n’est clairement pas pour son trait que vous achèterez le titre d’IMASHIRO mais le but de l’auteur n’est probablement pas de flatter votre oeil non plus.

Loin des canons actuels du manga, Colère Nucléaire est un titre qui cherche à aller un peu plus loin. Ce n’est pas un manga qui va chercher à vous divertir plus qu’à vous informer. L’auteur va donner sa vision des choses, sans concessions et le moins que l’on puisse dire, c’est que la réaction du gouvernement japonais l’a bien énervé. Le mangaka qui auparavant ne dessinait que des histoires de chasse et de pêche a ainsi pris la plume pour montrer à quel point il était agacé.

Ne vous attendez donc pas à un manga avec une histoire puisqu’il n’y en a pas. IMASHIRO se contente de faire bouger son héros de manière assez sommaire : il va de restaurant en restaurant, passe par chez lui, se rend à quelques manifestations et finit à Fukushima. Ce qui va ponctuer les déplacements de Satô, ce sont les nouvelles informations qu’il apprend via son téléphone portable ou la télévision.

Chaque avancée ou du moins, chaque chose que le gouvernement japonais voudra bien laisser filtrer donnera lieu à un nouveau commentaire du personnage principal qui donnera sa vision des choses dans des dialogues parfois tantôt très colorés, tantôt très inspirés. Le traducteur en parle d’ailleurs dans sa préface : même si certaines répliques sont assez violentes, elles ne sont que le reflet d’un homme à un moment précis de sa vie.

Tous les japonais n’ont pas vécu le 11 mars 2011 de la même manière. Pour IMASHIRO, c’est la colère qui est le plus ressortie : un courroux face à un gouvernement incapable de réagir rapidement, une haine envers une entreprise qui n’a pas respecté les règles de sécurité mais aussi une fureur face à des politiciens qui, plutôt que de se placer du côté des gens, ont choisi de se ranger du côté de TEPCO (entreprise responsable des centrales qui ont été touchées) et donc du côté des gros sous.

Au niveau de l’édition, c’est du standard de chez Akata avec une couverture à vernis sélectif, deux photos en couleurs en début de titre et un format toujours aussi efficace. IMASHIRO est un mangaka très précis qui n’hésite pas à faire références à des politiciens, à des entreprises ou encore à des lieux que le lecteur français ne connaîtra pas forcément. Les éditions Akata ont, bien évidemment, pensé à ce petit détail en incluant en lexique (d’une vingtaine de pages, c’est dire) qui vous aiguillera sur les références données par l’auteur mais aussi qui vous fera comprendre ses choix.

Colère Nucléaire est un manga qui vous mettra dans la peau d’un homme qui n’en peux plus des mensonges de son gouvernement et qui ne supporte plus que des histoires d’argent mettent en danger des vies humaines. Même si le titre n’a pas d’histoire ou de mise en scène particulière, il a le mérite d’être informatif, particulièrement virulent à l’encontre du gouvernement japonais (à tel point qu’on se demande comment il a pu être publié) mais surtout très humain.

Le titre de Takashi IMASHIRO pose la question qui est sur toutes les lèvres depuis la catastrophe de Fukushima : le nucléaire est-il vraiment nécessaire ? Les dangers ne sont-ils pas plus importants que les bénéfices ? Même si l’auteur est clairement contre, il cherche plus à sensibiliser les gens qu’à les convaincre de quoi que ce soit, une démarche admirable et bien documentée.

Colère Nucléaire est un manga très intéressant dans la mesure où il sort complètement des cadres habituels du genre. Ici, pas question de mettre en scène des choses particulières ou d'inventer une mini-fiction pour parler de la catastrophe. L'auteur décrit les faits, les décortique même et pose un regard particulièrement dur des événements qui l'ont mis hors de lui. C'est très rare de nos jours mais, avant d'attaquer le manga, il vous faudra passer par trois types d'écrits différents : une chronologie sur les événements qui ont suivis le 11 mars 2011, une note du traducteur et une préface de David…

Raz de marée

Graphisme - 38%
Originalité - 77%
Edition - 80%
Dans son genre - 88%

71%

E=mc2

Colère Nucléaire est un manga qu'il faudra conseiller à ceux qui aiment lire mais surtout à ceux qui aiment apprendre. Le titre, plus qu'un divertissement, possède une véritable vocation pédagogique comme en témoignent les nombreux écrits que l'on trouve avant et après le manga en lui-même. Véritable boule de nerf, on découvre une facette du Japon qui ne fait pas de courbette, au contraire et ça, c'est sacrément rafraîchissant.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner