Publicité


Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Cobra – Tomes 1 & 2 de Buichi TERASAWA (Isan Manga)

Cobra couleur T1

Cobra – Tomes 1 & 2 de Buichi TERASAWA (Isan Manga)

Cobra – Tomes 1 & 2 de Buichi TERASAWA (Isan Manga) Éditeur : Isan Manga
Titre original : Space Adventure Cobra
Dessin : Buichi TERASAWA
Scénario : Buichi TERASAWA
Traduction : Odilon GREVET
Prix : 29.9 €
Nombre de pages : 208
Date de parution : 13/09/2018

Cobra est de retour ! Avec toujours la guilde des Pirates à ses trousses. Le célèbre pirate, à la recherche d’un fabuleux trésor, s’introduit dans un musée d’art antique mais le bâtiment se retrouve attaqué par la guilde des Pirates. En effet, Gipsy Doc et ses troupes sont à la recherche d’Utopia More, une jeune chercheuse qui étudie un mystérieux fossile… Cobra parvient à contrecarrer les plans de la Guilde et s’échappe avec la jeune femme. C’est le début d’une aventure qui le mènera face à son pire ennemi…

Cobra est de retour chez Isan Manga et une chose est sûre, cette édition ne laissera aucun lecteur de marbre. L’éditeur a fait un travail exceptionnel pour nous fournir une version ultime de l’oeuvre de Buichi TERASAWA. Alors que les trois premiers volumes étaient disponibles lors de Japan ExpoManga Mag revient sur le titre pour célébrer la sortie officielle du premier volume de cette nouvelle édition en librairie.

Lorsque l’on s’intéresse un minimum à la culture manga, il est très difficile de ne jamais avoir entendu parler de Cobra. Le manga de Buichi TERASAWA, s’il n’a pas forcément marqué les Japonais qui le lisaient lors de sa prépublication dans le Shônen Jump, a laissé une empreinte durable dans l’esprit des Français fans de Japon, notamment grâce à sa version animée (avec un opening entré dans la légende, merci Olivier CONSTANTIN).

Dès les premières pages, impossible pour les fans du personnage de ne pas ressentir une énorme nostalgie. Des titres qui permettent de revoir des flashs de son enfance grâce à une simple coupe de cheveux, il n’y en a pas tant que ça sur le marché. En tout cas, Cobra est là, il a toujours son pscyhogun, il court toujours autant les jupons et il est motivé comme jamais pour en finir avec la Guilde des pirates.

Ces deux premiers volumes vont venir montrer aux nouveaux lecteurs (et rappeler à ceux qui connaissent la série) ce qu’est Space Adventure Cobra. C’est une série d’action qui se déroule à un rythme effréné avec un personnage playboy au charisme exceptionnel. Disons le franchement, n’importe qui en justaucorps rouge clair aurait l’air ridicule mais pas Cobra. Lui, ça lui va sans aucun soucis. Il n’y prête même pas attention en fait.

On a donc ici une aventure complète destinée à réintroduire le personnage et son amour de la gent féminine et ça fonctionne à merveille. L’histoire se suffit même à elle-même (au cas où vous décideriez de ne pas aller plus loin – ce qui serait une erreur mais bon…). Avec Utopia More, Cobra va partir à la recherche du secret de la création de l’univers, rien que ça !

Le mangaka structure ses histoires à l’ancienne, à savoir qu’un peu comme dans un manga de TEZUKA (dont il a été le disciple), il y a des rebondissements à ne plus savoir qu’en faire, l’action ne s’arrête jamais… Bref, c’est tellement génial à lire qu’on dévore ça à une vitesse folle et qu’on ne peut qu’en redemander tout de suite après avoir fermé ces deux tomes.

Si Cobra est le personnage le plus développé, TERASAWA ne néglige pas non plus ses personnages féminins. Ils sont certes assez dévêtus mais ils ne manquent pas de panache et de superbe. Utopia est une femme intelligente, au top de sa profession et qui n’a pas froid aux yeux quand il s’agit de partir à l’aventure où d’aller sur le terrain elle-même.
On sent que l’auteur ne voulait pas « mettre un personnage féminin juste pour mettre un personnage féminin » mais cherchait à rendre tous ses personnages légitimes.

Que dire de plus ? Les aventures de l’homme au collant rouge n’ont rien à envier aux meilleurs titres d’action du moment. Le mangaka a su dessiner un titre qui vieillit très bien dans ses messages de courage et de défense des autres mais ce n’est pas tout…
Visuellement, le titre tient encore très bien la route. Le trait de TERASAWA fait un peu old school avec ses rondeurs mais on se rend compte que ce n’est pas tant le cas que ça après quelques planches seulement. Disons que la colorisation vient tout de suite taper dans l’oeil du lecteur qui pourra, à certains moments, avoir l’impression de lire un anime comic.
La différence, c’est qu’il n’y a pas cette impression de « découpe forcée » ou de collage de plans. L’auteur maîtrise totalement sa page et en résulte une fluidité visuelle impressionnante, en particulier lors des combats. Il y a un dynamisme à mi-chemin entre le comic book américain et l’anime que l’on ne retrouve dans aucun autre manga à l’heure actuelle. Combinez ça à un découpage qui ballade littéralement le regard et vous obtenez un cocktail explosif (dans tous les sens du terme).

L’édition d’Isan Manga est ce qui se rapproche le plus d’un ouvrage parfait dans l’industrie du manga en France (peut-être même dans le monde). On a un hardcover magnifique et particulièrement équilibré au niveau du poids. Le papier glacé possède une bonne épaisseur qui rend parfaitement les couleurs (sublimes soit dit en passant). Comme si ça ne suffisait pas, on a même le droit à des histoires courtes dessinées en sens occidental qui sont, elles, colorisées un peu comme les comics américains des années 80-90.

La traduction d’Odilon GREVET fait clairement honneur à ce monument du manga avec des textes plein de subtilités et autres petites répliques pleines de sous-entendus. Lus par des gens à l’esprit un peu (vraiment ?) tordu, certains dialogues ont un double-sens très bien retranscrit et on imagine que le travail de traduction n’a pas du être de tout repos sur certaines parties.

Il est vraiment très difficile d’en demander plus. Karim TALBI (l’homme derrière Isan-Manga) ne cache d’ailleurs pas son amour pour la série et on comprend assez facilement comment on a pu arriver à un tel degré de perfectionnisme. Evidemment, qui dit perfection dit prix élevé. Pour le coup, les presque trente euros  par tome peuvent paraître assez violents mais très franchement, on se rend compte que cette somme est justifiée une fois le tome en main.

Dans la vie, il y a ceux qui ne possèdent pas de psychogun et ceux qui en ont un

Graphisme - 85%
Histoire - 68%
Mise en scène - 75%
Originalité - 72%
Édition - 95%
Dans son genre - 88%

81%

Sans serpent

Quel plaisir de retrouver Cobra dans une édition aussi belle. Le titre plaira aussi bien aux anciens fans qu'aux nouveaux lecteurs grâce à son graphisme qui n'aura aucun mal à attirer l'oeil de nouveaux venus dans l'univers du manga. Isan-Manga a vraiment fait un travail exceptionnel et il fallait au moins ça pour conforter l'homme au psychogun dans sa légende.




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.