Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Chroniques Simulpub / To Your Eternity – Chapitres 1 à 9

Publicité

To Your Eternity chapitre 1

To Your Eternity – Chapitres 1 à 9

To Your Eternity – Chapitres 1 à 9 Éditeur : Pika Édition
Titre original : Fumetsu No Anata E
Dessin : Yoshitoki OIMA
Scénario : Yoshitoki OIMA
Traduction : Thibaud DESBIEF
Prix : 0.49 €
Date de parution : 13/01/2017

“C’est à l’épreuve de la réalité que je saurai ce que je suis… Voilà pourquoi mon voyage commence.” Un être immortel a été envoyé sur Terre. Il rencontre d’abord un loup puis un jeune garçon vivant seul au milieu d’un paysage enneigé. Ainsi commence le voyage de l’Immortel, un voyage fait d’expériences et de rencontres dans un monde implacable…

To Your Eternity, dernier titre en date de Yoshitoki OIMA, auteure de A Silent Voice, arrive en France mais pas chez l’éditeur chez qui on aurait pu l’attendre et pas non plus dans le format dans lequel on aurait pu l’attendre.
Ki-oon, éditeur qui a lancé la mangaka chez nous, s’est fait raflé le titre par Pika qui met en avant son savoir-faire du manga numérique pour proposer le titre en simultrad au prix de 49 centimes le chapitre avant une sortie en volume relié au mois d’avril. 

Impossible de ne pas succomber au charme de cette nouvelle série après un premier chapitre de 82 pages (que vous pouvez lire gratuitement sur toutes les plate-formes sur lesquelles la série est disponible) tout simplement bluffant.

Petite merveille de mise en scène, on y découvre un personnage principal immortel mais dont l’intelligence et la conscience est encore limitée. Cet être n’a pas de forme réelle et évolue au fil des rencontres. Sa première évolution notable vient de son imitation de ce loup, ami d’un jeune garçon qui vit au milieu de rien. Ce dernier a été abandonné par le reste de son clan parti chercher des contrées plus prospères.

OIMA dépeint une relation magnifique, pure, entre ce jeune garçon et cet animal. Même si le loup n’est plus vraiment celui d’avant, il semblerait que « l’être immortel », en copiant le code génétique du cadavre sur son chemin, copie aussi ses souvenirs puisque ses pas l’ont directement guidés vers la demeure de celui qui « était » son maître.

On sent aussi cette spécificité lorsqu’il « devient » le jeune garçon. Il semble toujours guidé par des instincts animaux mais semble peu à peu se laisser porter par des envies humaines. Il est tiraillé par la faim, il cherche à quitter le froid… Cet être immortel assimile les capacités et les sensations de ses nouvelles formes de manière très intrigante.

La narration est portée par une voix off dans le premier chapitre, ce qui lui donne un petit côté « légende » qui pousse le lecteur à en lire plus, toujours plus. En effet, il est très difficile de s’arrêter en plein milieu des 82 pages qui le composent. L’ensemble des éléments est tellement bien combiné que le tout coule avec une fluidité tout simplement exceptionnelle.

Un peu comme dans A Silent Voice, OIMA met en scène un duo qui contient une personne « muette » (l’être immortel est encore loin d’avoir acquis le langage) et une personne qui parle beaucoup (March). La petite fille est confrontée à une situation opposée à celle de l’immortel puisqu’elle doit faire face à la mort très rapidement dans sa vie.
Dans son village, elle est désignée comme « sacrifice » censée apaiser l’esprit d’un dieu vengeur. Pourtant, elle se demande pourquoi elle et personne d’autre. Pourquoi serait-elle la seule à ne pas avoir le droit de devenir adulte ? Pourquoi les autres peuvent vivre et pas elle ?

OIMA cherche donc à mettre en rapport la vie et la mort en faisant se rencontrer deux personnages qui ont un rapport différent avec ces deux éléments philosophiques essentiels.
L’être divin est immortel et pour lui, chaque mort est suivi d’une résurrection inconsciente (plus ou moins rapide) et lui permettra d’apprendre de ses erreurs et d’évoluer de manière positive.
Au contraire, March ne veut pas mourir puisque cela signifierait la fin de son évolution. Elle veut continuer à explorer la vie, dans sa fragilité, dans son insignifiance.

Au contact l’un de l’autre, il y a quelque chose qui se crée. L’immortel commence à acquérir plus de vocabulaire et va découvrir les joies d’une nourriture plus sucrée qu’auparavant. Les choses ont été un peu bloquées par la mise en prison des deux personnages mais une fois libre, les choses devraient reprendre leur cours et la leçon de vie souhaitée par l’auteure continuée.

Au niveau du dessin, on remarque que le trait de Yoshitoki OIMA n’a pas beaucoup changé comparé à la fin de sa précédente série. C’est légèrement plus fin mais on retrouve toujours cet encrage si particulier qui rend la patte de l’auteure si facilement reconnaissable.
Pas de folie au niveau du découpage non plus avec des cases assez régulières mais l’auteure parvient à bien exploiter leur nombre et leur forme pour contrôler le rythme de son histoire. C’est plutôt intelligent et la mangaka sait varier les artifices pour tenir son lecteur en alerte.

Impossible de parler de papier ou de fabrication pour l’édition mais on peut tout de même noter le lettrage efficace de Pika mais surtout la traduction fluide et joliment adaptée de Thibaud DESBIEF. Ça coule, on note un changement de vocabulaire très malin entre le narrateur et les personnages qui sont loin d’avoir le même niveau de langue.

Quand l'inconnu divin rencontre le mortel humain

Graphisme - 75%
Histoire - 71%
Mise en scène - 88%
Originalité - 77%
Edition - 75%
Dans son genre - 80%

78%

Infini

To Your Eternity est une nouvelle réussite de Yoshitoki OIMA. Avec son premier chapitre envoûtant, la mangaka change de genre sans vraiment changer de registre. Il y a une véritable réflexion sur l'humanité et la condition de "mortel" qui est loin d'être pompeuse. Avec ce titre, Pika tient encore un excellent manga à ajouter à son catalogue. Ça commence à faire beaucoup... !




Acheter sur Amazon

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner