Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Chroniques Simulpub / Platinum End – Chapitre 4 : « Celle que j’aime »

Publicité

Platinum End – Chapitre 4

Platinum End – Chapitre 4 : « Celle que j’aime »

Platinum End – Chapitre 4 : « Celle que j’aime » Éditeur : Kazé Manga
Titre original : Platinum End
Dessin : Takeshi OBATA
Scénario : Tsugumi OHBA
Traduction : Thibaud DESBIEF
Prix : 0.99 €
Nombre de pages : 72
Date de parution : 04/02/2016

Mirai, un jeune homme qui a perdu tout espoir en la vie, est sauvé par un ange alors qu’il tente de se suicider. Mais cette rencontre fatidique pourrait bien le plonger dans un désespoir plus profond encore…

ATTENTION : cette chronique contient des révélations sur l’intrigue.
Si vous ne souhaitez connaître aucun élément de l’histoire précédemment détaillé ne continuez pas plus loin ! 😉

Chronique des chapitres 1, 2 et 3

On avait quitté Mirai découvrant qu’un autre aspirant Dieu se trouvait dans son lycée, et qu’il s’avérait que c’était la fille de ses rêves qui lui plantait sans sommation la flèche rouge, synonyme d’amour inconditionnel pendant 33 jours…

Ce quatrième chapitre installe la hiérarchie qui existe chez les anges, et les pouvoirs que leurs différents rangs leurs permettent de donner aux humains qu’ils protègent.
En l’occurrence, celui de Saki est d’un rang très inférieur à Nasse, l’ange de Mirai, et ne lui permet de ne posséder que la flèche rouge (qui rend amoureux) quand le héros possède aussi la blanche (qui tue) et les ailes (seules à permettre d’éviter les flèches). D’ailleurs l’acte de Saki doit lui permettre d’utiliser Mirai pour se protéger des autres participants…

Ces soixante-dix pages prennent un peu la place d’une respiration. La tension est retombée, Mirai se retrouve avec celle qu’il aime, et les auteurs prennent le temps de détailler des éléments de contexte. Tout cela pour mieux cerner les forces en présence et les aspirations de chacun.

Moins soutenu que les précédents chapitres, permettant de poser le décorum, ce chapitre quatre reste tout aussi passionnant que les précédents.
Il laisse entrevoir un background riche est foisonnant et moult personnages secondaires. Car, à ce stade, nous n’avons rencontré que quatre des treize “aspirants Dieu”, et sans doute pas encore les plus dangereux ni les plus déterminés…

Graphiquement, si Takeshi OBATA est toujours aussi doué, on déplore que ses planches ne soient pas aussi riches que celles d’un All You Need is Kill. Malgré tout il ne faut pas oublier que ce sont des planches de pré-publication qui seront, a priori, revues et améliorées pour la version reliée.

Tout amateur de Death Note, gros succès du duo Tsugumi OHBA / Takeshi OBATA, devrait se plonger dans Platinum End tant celui-ci y puise son inspiration sans forcément le copier. Avec son héros naïf et honnête plongé dans une lutte de pouvoir qui le dépasse, tiraillé entre sa droiture, les options qui s’ouvrent à lui, et le danger représenté par ses adversaires, Platinum End est un titre bien beau et bien construit qui sait capitaliser sur le talent de Tsugumi OHBA.

On n’a qu’une hâte : lire la suite !

A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la « génération Club Dorothée », c'est un gros lecteur de mangas shônen, particulièrement ceux issus du Weekly Shônen Jump et des publications Shueisha en général, mais l’âge aidant ses lectures s’orientent de plus en plus vers les seinen.

Laisser un commentaire

banner