Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Chroniques Séries / La Nouvelle vie de Niina – Tome 1~4

Publicité

La nouvelle vie de Niina

La Nouvelle vie de Niina – Tome 1~4

La Nouvelle vie de Niina – Tome 1~4 Éditeur : Panini
Titre original : Hajimari no Niina
Dessin : Koyomi MINAMORI
Scénario : Koyomi MINAMORI
Traduction : Akiko INDEI & Pierre FERNANDE
Prix : 27.96 €
Nombre de pages : 770
Date de parution : 06/01/2016

Niina Aoyagi est une petite fille de dix ans, qui possède un pouvoir spécial : elle se souvient que dans sa vie antérieure, elle s’appelait Chitose Amamiya et qu’elle est morte à l’âge de quinze ans en essayant de sauver une femme enceinte. Un jour, sa famille déménage à côté de chez Atsuro Itami, le petit ami de Chitose, désormais âgé de 25 ans. Le jeune homme n’a pu oublier son amour de jeunesse. Niina décide qu’ils ne seront plus jamais séparés…

En quatre tomes, cette série adorable et discrète mérite vraiment qu’on s’y attarde. Elle a tout pour plaire : un scénario romantique à souhait, une tragédie pour vous faire pleurer, des personnages intéressants et bien construits. Non vraiment, son seul petit défaut, c’est de ne pas avoir été prévue pour faire plusieurs tomes. Du coup, l’auteure, victime de son succès, a du se rattraper aux branches et ça se voit un peu (beaucoup). Heureusement, même dans cet exercice périlleux, elle saura maîtriser son scénario avec brio, quitte à trancher radicalement avec l’idée de départ.

Première série dans nos contrées et déjà une très bonne impression que ce soit dans le scénario ou dans le trait qui est adorable. En fait, tout est mignon, même les sentiments. C’est bien là tout l’intérêt du titre qui vous tirera bien quelques larmes à la lecture (ou un torrent dans mon cas). Tout repose sur une tragédie, le décès prématuré de Chitose, jeune lycéenne sous les yeux de son petit ami en voulant sauver une femme enceinte d’une mauvaise chute.

Cependant, si cet évènement est tout à fait triste, en réalité il est arrivé dans un passé lointain et aujourd’hui l’héroïne s’appelle Niina, elle a 10 ans et elle est la réincarnation de Chitose. Tout le poids de l’émotion ne se trouvera donc pas dans la mort, mais plutôt dans les promesses non tenues, dans ce souvenir d’une vie future, adulte, qui n’existera jamais pour cette lycéenne.

Notre jeune héroïne aura vraiment à cœur de ne plus quitter son premier amour (qui a bien grandi lui) et du coup l’histoire s’orientera sur deux aspects. Tout d’abord, comment il a vécu la disparition de Chitose et ensuite comment Niina va faire pour concilier sa vie actuelle avec ses « souvenirs », notamment sur les manquements, sur toutes ces choses auxquelles elle aspirait et qu’elle n’a pas pu faire. Comme ce premier tome est construit comme un oneshot, le fil conducteur est limpide et va se terminer sur un flashforward avec une Niina adolescente, plus âgée que sa vie précédente et déterminée à sortir avec le seul amour de ses deux vies.

Que faire pour faire durer la série alors que ce n’était pas prévu ? Dans le second tome l’auteur va continuer à exploiter le scénario d’origine avec Chitose. Niina va donc faire la connaissance de cette famille qui a du continuer à vivre sans elle. On est vraiment dans la même ambiance que le premier tome, très larmoyant car très ancrée dans la nostalgie. Pourtant, cette fois, on s’aventurera plus dans le thème du deuil. Pendant ce processus, on dit peu à peu au revoir à Chitose et cela va se confirmer pour la suite. Koyomi MINAMORI n’avait clairement pas prévu de continuer sur cette lancée et cela aurait été poussif de le faire.

La seconde partie de la série quittera donc l’effet dramatique pour faire du pur shôjo romantique. On y retrouve les codes habituels des questionnements amoureux, surtout que nos tourtereaux sont désormais à distance. Il faudra attendre la fin de la série pour conclure avec un rappel sur sa vie passée histoire de se souvenir des origines de leur rencontre, un joli tour de passe-passe bien qu’il reste un petit effet « je n’ai pas signé pour ça ». « Deux histoires en une », ce qui n’est pas désagréable compte tenu du talent de l’auteure mais qui rend un peu triste car on n’a pas envie de quitter Chitose après avoir passé deux volumes très intenses dans ses souvenirs.

Tout l’intérêt du titre réside pourtant dans cette transition : ce qui devait être un petit oneshot mignon sur des retrouvailles d’amoureux après la mort devient un titre plus profond sur l’acceptation du deuil et sur le fait d’aller de l’avant. C’était vraiment une jolie façon de transformer ce scénario et une grande réussite car finalement on découvre que Koyomi MINAMORI a vraiment le chic pour écrire des histoires adorables qui font chavirer le cœur et donner le sourire. J’espère grandement qu’après ce titre, on aura droit à ses autres œuvres, son trait est très beau et ses planches agréables à lire tant elles contiennent d’émotions.

Pour finir, voilà un titre en quatre tomes qui vaut le déplacement sans être le titre de l’année. Il touche forcément car la mort reste un sujet qui parle à peu près à tout le monde, il faut néanmoins apprécier le coté tragique du scénario pour s’y plonger. En tant que shôjo, il est clairement dans le haut du panier, ces titres romantiques un peu « purs » restent rares de nos jours où la majorité tirent sur l’érotisme graveleux. Dommage que les bons titres du genre arrivent chez Panini qui ne les garde pas longtemps au catalogue…

En quatre tomes, cette série adorable et discrète mérite vraiment qu'on s'y attarde. Elle a tout pour plaire : un scénario romantique à souhait, une tragédie pour vous faire pleurer, des personnages intéressants et bien construits. Non vraiment, son seul petit défaut, c'est de ne pas avoir été prévue pour faire plusieurs tomes. Du coup, l'auteure, victime de son succès, a du se rattraper aux branches et ça se voit un peu (beaucoup). Heureusement, même dans cet exercice périlleux, elle saura maîtriser son scénario avec brio, quitte à trancher radicalement avec l'idée de départ. Première série dans nos contrées et déjà…

Réincarnation

Graphisme - 71%
Histoire - 74%
Mise en scène - 76%
Originalité - 68%
Edition - 46%
Dans son genre - 86%

70%

Woosh !

Beau, touchant et émouvant, si toutes nos lectures pouvaient nous transporter autant, ce serait parfait. En attendant il y a des auteures comme Koyomi MINAMORI pour maîtriser avec brio ce difficile exercice.

A propos de Marcy

Juste un chat qui traine partout, fan de Sailormoon devant l'éternel, spécialiste du glauque et du déviant, chose étrange: ne travaille pas/plus dans le monde de l'animation.

Laisser un commentaire

banner