Publicité

Publicité

Fossiles de rêves

Fossiles de rêves Éditeur : Pika Édition
Titre original : Yume no kaseki
Dessin : Satoshi KON
Scénario : Satoshi KON
Traduction : Aurélien ESTAGER
Prix : 22 €
Nombre de pages : 424
Date de parution : 08/02/2017

Fossiles de rêves contient l’intégralité des histoires courtes de Satoshi Kon, mangaka et réalisateur de films d’animation célébré dans le monde entier et décédé prématurément en 2010. S’il est surtout connu pour ses histoires brouillant les frontières du réel, il s’attaque ici à tous les genres : comédie, action, récit historique, fantastique, science-fiction… Fortement marqué par celui de son maître Katsuhiro Ôtomo, le trait de Satoshi Kon sait croquer avec une tendresse moqueuse les travers de ses contemporains ou dresser un portrait glaçant des villes de demain.

Artiste ingénieux et touche-à-tout, Satoshi KON a pu s’essayer à d’autres genres que la fiction, c’est ce que nous pourrons découvrir dans le recueil d’histoires courtes Fossiles de rêves.

Composé de quinze récits dessinés entre 1984 et 1989, cette anthologie regroupe l’intégralité des histoires qui sont parues dans divers magazines de prépublication. Les récits sont classés du plus ancien au plus récent (sauf pour la dernière histoire), passant d’un thème à l’autre sans logique de regroupement, oscillant ainsi entre un ton sérieux, léger ou insouciant.

D’ailleurs, dans ces deux derniers registres, Satoshi KON prend plaisir à dépeindre des histoires plus « frivoles » aux antipodes des récits qui ont fait sa renommée. Pour exemple, entre un lycée entier qui pourchasse son équipe de baseball à travers la ville , une amourette d’été qui oblige un étudiant à fuir des caïds en vélo, ou une mamie qui dévale la ville sur un brancard !
C’est du grand n’importe quoi et l’imagination du mangaka est efficace. Tout est prétexte à surenchérir le désordre que les protagonistes laissent derrière eux. C’est assez amusant de voir jusqu’où la situation va gentiment empirer.

Via des histoires touchantes, burlesques ou sans queue ni tête, l’auteur s’amuse et se teste. Les situations prêtent à sourire par leur désinvolture et leur simplicité. Elles sont très sympathiques à suivre et divertissantes mais parfois brouillonnes dans leur déroulement.

Le recueil réserve d’autres surprises, comme la scénarisation comique d’un haïku en seulement deux pages, plutôt bien trouvée, ou cette histoire d’action avec un samurai en fuite se déroulant de nuit avec des effets de lumière sublimes, qui retranscrivent l’angoisse nocturne grâce à un travail graphique visuellement impressionnant.

Naturellement nous retrouverons des histoires mêlant futur post-apocalyptique, moto, drogue, cybernétique et anticipation. Tous les ingrédients que son mentor Katsuhiro ÔTOMO a utilisé dans Akira. D’ailleurs, une histoire très courte en couleur se déroule dans le même Neo-Tokyo.
Comme à son habitude, le mangaka semble toujours à l’aise dans ces mondes futuristes qui, ici, auraient nécessité plus de pages pour approfondir l’ambiance. Toutefois, la dernière histoire ponctue superbement ce recueil avec une conclusion inattendue.

Difficile de décrire rapidement toutes les histoires, mais l’auteur dépeint des personnages humains, touchants et réalistes dans divers thèmes comme des matchs de baseball, la guerre en Afrique, une enquête privée, des fantômes ou en pleine magie de Noël.

À la fin la lecture, nous pouvons constater que l’auteur se cherche encore, expérimentant plusieurs domaines et s’essayant à de nombreux exercices qui lui serviront plus tard. Malgré sa relative expérience, Satoshi KON s’en sort plutôt bien et arrive à nous surprendre par sa bonne maitrise de la narration, qu’il facilite en nous immergeant dans une histoire courte. Il installe aisément l’ambiance et les personnages pour se concentrer sur le déroulement du récit.

Au final, l’ensemble est bon et plutôt sympathique, mais il reste dispensable. En effet, il y a bien quelques surprises mais les différences qualitatives entre les récits sont trop importantes et ils manquent parfois de panache. Rappelons que les histoires ont été dessinées à ses débuts dans les années 80, hormis un titre (encore inédit en France) sorti en 1985, ce n’est qu’à partir de 1990 que l’auteur publie des histoires plus complexes en version reliée.
Sa première réalisation filmique ne date que 1997 avec Perfect Blue. De ce fait, il conviendra surtout aux fans de l’auteur qui pourront le découvrir dans des registres inhabituels.

Dans les premières histoires, son identité graphique est une copie de son mentor Katsuhiro ÔTOMO. Ayant été fan et assistant du créateur d’Akira, le découpage, les bâtiments ou la perspective des cases ont tout du copié-collé ; un point fort tout en étant point faible. Très rapidement, l’auteur s’en détache, peaufinant son trait et créant ainsi sa patte facilement identifiable. En effet selon les différents récits, l’auteur peut faire des merveilles.

C’est Pika qui a édité ce recueil grâce à sa jeune collection « Pika Graphic ». C’est un énorme pavé (env.17x24cm) de presque 420 pages que nous avons entre les mains. Le livre a un dos carré-collé qui semble assujetti aux pliures. Ce choix est rattrapé par son papier et l’impression qui sont d’excellente qualité avec en bonus de 8 pages en couleurs. La jaquette n’est pas amovible mais inclut des rabats. Par contre le lettrage manque de rigueur avec du texte qui sort par trois fois des cases.

Un texte d’introduction ouvre la lecture, puis une interview de Susumu HIRASAWA (son compositeur musical favori), et un mot d’hommage du Young Magazine font la clôture. À noter que certaines histoires ont un mauvais rendu visuel car les planches originales ont disparu, difficile de blâmer l’éditeur, une « remastérisation » intégrale aurait peut-être pu être envisagée.

Aux frontières de tous les genres

Graphisme - 74%
Histoire - 60%
Mise en scène - 52%
Originalité - 65%
Edition - 80%
Dans son genre - 60%

65%

Multi-facettes

Sans être révolutionnaire, c'est avec plaisir que l'on découvre les premières histoires de l'auteur dans un style léger et insouciant, mais pas que. Le mangaka sait nous montrer son talent dans ce recueil dispensable mais sympathique, de quoi intéresser les fans qui découvriront ses expérimentations de jeunesse.

Acheter sur BDfugue



Acheter sur Amazon

A propos de darkjuju

Tout au long de mes 20 ans de passion, j’ai pu me bâfrer de Shonen explosif, savourer du Shojo épique, déguster du Seinen puissant, me gargariser de Tezuka et autres merveilles vintages et maintenant je me délecte de titres d’auteurs et underground. La diversité du manga est intarissable.

Laisser un commentaire

banner