Publicité


Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Emerald et autres récits

Dossier Boichi

Publicité

Emerald

Emerald et autres récits

Emerald et autres récits Éditeur : Casterman
Titre original : Sister Generator
Dessin : Hiroaki SAMURA
Scénario : Hiroaki SAMURA
Traduction : Aurelien ESTAGER
Prix : 12.95 €
Nombre de pages : 224
Date de parution : 12/10/2016

Découvrez le western revisité par Hiroaki SAMURA.
Règlement de comptes, chasseurs de primes et fines gâchettes sont au programme de ce récit d’une vengeance à la noirceur savamment orchestrée. L’aventure ne s’arrête pas là. Drame familial, comédie lycéenne ou encore fantaisie historique: Emerald est un florilège qui fait la démonstration éclatante de l’inspiration inépuisable, la virtuosité graphique et la science du rythme d’un auteur incontournable. 

Il est toujours difficile pour un auteur de se renouveler après une série fleuve. Hiroaki SAMURA reste associé aux histoires de l’époque Edo à cause de son œuvre phare, L’Habitant de l’infini. Emerald, ce recueil d’histoires courtes, est-il un renouveau de l’auteur ?

Hiroaki SAMURA est un auteur polyvalent. Même s’il a pu démontrer son talent pour les histoires de sabres, aujourd’hui, nous pouvons le découvrir sous plusieurs facettes : le thriller historique (Snegurochka), la science-fiction (Halcyon Lunch), ou encore la tranche de vie comique (Born to be on air) et maintenant le western.
À l’origine Emerald est un recueil d’histoires choisies par l’auteur se nommant Sister Generator. Il avait pour but de rassembler des récits avec des héroïnes.

Les histoires ont été réalisées entre 2004 et 2009, en pleine publication de l’Habitant de l’infini. 7 histoires composent ce oneshot dont une divisée en 8 parties de 3/4 pages. Il est difficile de parler de l’œuvre dans sa globalité tant les histoires sont différentes mais 4 thèmes ressortent : le western, les tranches de vie, le fantastique et le sadomasochisme.

Comme il est indiqué avec des termes très élogieux en 4ème de couverture, ce recueil montre la diversité et la palette de situations que l’auteur peut aborder. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’Habitant de l’infini ne range pas son auteur dans un registre particulier. À travers ces 4 thèmes distincts SAMURA se teste, innove, s’amuse ou se change les idées entre deux chapitres de son oeuvre fleuve qui était en cours de parution.

Cette diversité est une preuve qu’il n’a pas fini de faire parler de lui dans le futur, et qu’il cherchera à se renouveler dans une nouvelle série longue. Cette variété est, malheureusement, aussi le point faible du recueil. Les histoires n’ont aucun lien entre elles, il n’y a aucun fil conducteur ou d’homogénéité dans leurs longueurs, créant ainsi de grosses inégalités qualitatives.

À la première lecture, les histoires laissent un goût d’inachevé et paraissent peut-être trop ambitieuses pour leur format. Il est difficile, même pour un excellent auteur, d’instaurer un background riche avec de nombreux personnages tout en offrant une conclusion satisfaisante en seulement quelques dizaines de pages.

Certaines histoires sont même beaucoup trop courtes et manquent tout simplement d’intérêt. De l’aveu de l’auteur, il s’est souvent confronté à des difficultés qu’il ne soupçonnait pas ou il a été limité dans le nombre de pages. Pour mieux restituer les histoires, il sera même conseillé de lire d’abord les intentions de l’auteur en fin de volume avant de vous attaquer au corps du volume.

Si nous prenons ce recueil au premier degré, il reste une déception. C’est un manga regroupant des histoires expérimentales pour l’auteur, souvent avec une conclusion rapide et au déroulement perfectible. Pourtant, il n’en reste pas non plus un échec, loin de là. Chaque thème reste bien traité et l’auteur apporte ses idées, reste original, et réussit parfois même à nous surprendre.

Par exemple, l’ambiance Far-West est indéniablement bien rendue : la tension, les armes, les règlements de comptes… Tout y est ! C’est le manque de background des personnages qui ne rend pas honneur à l’histoire.
Les tranches de vie avec les histoires de lycéennes sont une parfaite représentation du Japon vue par des jeunes de la même tranche d’âge, des combinaisons de conversations décousues avec des idées préconçues, passant d’un sujet futile à de vrais maux de sociétés sans aucune transition.
Le fantastique n’est pas en reste avec cette fin bien trouvée et surprenante. D’ailleurs, c’est certainement l’une des meilleures histoires du recueil.
Pour finir, le sadomasochisme (sujet fétiche de l’auteur qui aime scénariser son penchant pour cette déviance) est traité avec plus de soin mais la fin précipitée des histoires ne rend pas honneur à leurs scénarios.

Au final, ce recueil est mi-figue, mi-raisin. Ce ne sont pas les idées qui posent problème mais la longueur des histoires que l’auteur a eu du mal à maîtriser.
Les lecteurs occasionnels risquent malheureusement de vite passer leur chemin et de  ne pas découvrir le talent de SAMURA.
Les fans prendront plus de temps et l’apprécieront comme un objet de collection montrant l’évolution de l’auteur pour ses oeuvres futures ou peut-être les prémices de sa future série à succès.

L’auteur a toujours était adulé pour la qualité visuelle de L’Habitant de l’infini et il en est de même ici. Dans un registre contemporain, le rendu est sans équivoque : c’est toujours aussi beau. Ce mélange de crayonnés hyper détaillés mêlés à des personnages au charisme incomparable fonctionne. L’auteur maîtrise les cadrages, que ce soit dans les moment de tension ou d’action.

Ce sont les éditions Casterman qui ont édité ce recueil. Publié dans un grand format (env. 15x21cm) avec une jaquette amovible, l’ouvrage n’a pas de page en couleur. Une postface de l’auteur sur chaque histoire et des notes de traduction sont cependant présentes en fin de volume. L’ensemble est de bonne facture mais reste classique.
Ce qui est regrettable, c’est de ne pas avoir gardé la couverture et le nom original plutôt que de mettre en avant une histoire de 60 pages…

Girl Power !

Graphisme - 92%
Histoire - 70%
Mise en scène - 50%
Originalité - 65%
Edition - 64%
Dans son genre - 59%

67%

Bang ! Bang !

La diversité des histoires de ce recueil en fait un oneshot mitigé et il sera difficile de démarrer par cet ouvrage pour apprécier tout le talent de l’auteur. Il sera conseillé aux fans souhaitant découvrir d’autres travaux de SAMURA tout en sachant les défauts inhérents à ce format. Pour les autres, mieux vaut se tourner directement vers son oeuvre majeure qu'est L'Habitant de l'Infini




A propos de darkjuju

Tout au long de mes 20 ans de passion, j’ai pu me bâfrer de Shonen explosif, savourer du Shojo épique, déguster du Seinen puissant, me gargariser de Tezuka et autres merveilles vintages et maintenant je me délecte de titres d’auteurs et underground. La diversité du manga est intarissable.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]