Publicité


Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Chroniques Artbooks / Traits de Famille – Le bestiaire fantastique d’un père et de ses fils

Traits de famille

Traits de Famille – Le bestiaire fantastique d’un père et de ses fils

Traits de Famille – Le bestiaire fantastique d’un père et de ses fils Éditeur : Kurokawa
Dessin : Thomas, Itsuki & Ryunosuke ROMAIN
Scénario : Thomas, Itsuki & Ryunosuke ROMAIN
Prix : 17.9 €
Nombre de pages : 120
Date de parution : 08/03/2018

Thomas ROMAIN est un directeur artistique et dessinateur français qui travaille au Japon. Thomas et ses deux fils ont une passion commune, le dessin, et ils ont ensemble un projet hors du commun. Les enfants dessinent des créatures fantastiques et des personnages originaux avec pour mot d’ordre de laisser libre cours à leur imagination. Leur père crée ensuite une nouvelle illustration basée sur leurs idées.

Avec La Magie du Rangement – Illustrée –Kurokawa propose un deuxième titre dans sa nouvelle collection KuroPop d’entrée de jeu et met en avant un français dont nous avons déjà parlé sur Manga Mag. Il s’agit de Thomas ROMAIN qui fait travailler ses fils dans Traits de Famille – Le bestiaire fantastique d’un père et de ses fils.

À une époque où les éditeurs se remettent à publier quelques artbooks (timidement mais quand même), l’éditeur du Fleuve Noir s’est laissé tenter par une aventure éditoriale particulièrement intéressante.
Il y a toujours quelque chose d’intrigant dans les dessins d’enfants. Parfois, ils ont des idées qu’il est difficile à concevoir pour un adulte. Cependant, ces derniers n’ont pas encore la technique pour vraiment mettre en oeuvre ce qu’ils veulent montrer mais… et si c’était le cas ?

C’est un peu l’idée qui se cache derrière Traits de Famille. Les idées de bases viennent des esprits d’Itsuki et Ryunosuke et c’est Thomas, leur père, français travaillant dans l’animation japonaise qui va utiliser son savoir-faire pour sublimer la base.
Il est intéressant de voir que, dans la plupart des cas, il ne va pas modifier grand chose à ce qui était imaginé par sa progéniture. Il va vraiment servir de « traducteur visuel », se chargeant de dessiner avec un aspect moderne et une technique qu’il a acquise au fil des années.

S’il fait forcément quelques modifications, elles ne vont jamais contre l’essence même de la créature ou robot imaginé par l’enfant. C’est ainsi que l’on peut voir toute l’étendue du processus créatif chez quelqu’un qui doit adapter une oeuvre. Thomas ROMAIN a du réfléchir pour ne pas dénaturer l’idée tout en trouvant un moyen d’appliquer son expertise d’adulte, ce qui n’a pas dû être facile.

Dans ce sens, l’évolution entre les dessins est vraiment intéressant à suivre, surtout que certains personnages reviennent et des univers se créent et les interactions se font de plus en plus fréquentes. Il y a de la vie dans le monde de la famille ROMAIN et leurs créations s’étendent à tous les registres : créatures, robots, guerriers…

Les commentaires des deux auteurs apportent aussi un petit plus non négligeable pour découvrir le processus de création des deux auteurs. Que ce soit l’enfant pour l’idée de base ou l’adulte pour la recherche, il y a un peu de tout dans ces petits textes qui viennent renforcer tout le travail effectué par le duo de dessinateurs. Qui sait, peut-être qu’un jour sortira un manga mettant en scène les personnages inventés… ?

Pour un artbook, la fabrication se révèle en deçà de ce que l’on pouvait attendre, particulièrement de la part de Kurokawa. En effet, le papier utilisé semble trop fin et laisse apparaître en transparence les autres pages, ce qui n’est pas idéal pour un tel ouvrage.
De même, le parti pris de proposer un papier granuleux interpelle pour ce type de livre, bien souvent mieux mis en valeur avec un papier glacé qui rehausse les couleurs. Selon Grégoire HELLOT, directeur de collection de Kurokawa, ce choix serait dicté par le format originel des illustrations : des aquarelles, mais on se demande vraiment si l’argument n’est pas plutôt économique. Nous n’aurions pas été contre un prix plus élevé de 4-5 euros pour des pages glacées qui auraient permis aux photos, notamment, de ne pas baver sur le papier.




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.