Publicité


Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Chroniques Artbooks / Quand le manga réinvente les grands classiques de la peinture (Mana Books)

Quand le manga réinvente les grands classiques de la peinture

Quand le manga réinvente les grands classiques de la peinture (Mana Books)

Quand le manga réinvente les grands classiques de la peinture (Mana Books) Éditeur : Mana Books
Titre original : Eshi de Irodoru Sekai no Meiga
Dessin : Collectif
Scénario : Club Enpitsu
Traduction : Tony SANCHEZ
Prix : 17 €
Nombre de pages : 112
Date de parution : 08/03/2018

De Botticelli à Picasso en passant par Van Gogh, découvrez les toiles de maître comme vous ne les aviez encore jamais vues ! Au fil des 112 pages de ce magnifique livre illustré, apprenez-en davantage sur ces classiques et laissez-vous surprendre par l’alliance étonnante du manga et des peintures iconiques au travers du regard de plus d’une quarantaine de mangaka et d’illustrateurs japonais.

Edition française d’un livre paru en mai 2016 chez l’éditeur Sideranch, Quand le manga réinvente les grands classiques de la peinture (Eshi de Irodoru Sekai no Meiga) du Club Enpitsu arrive chez nous via l’éditeur Mana Books.

Le concept de l’artbook est simple et audacieux : 43 artistes japonais réinterprètent autant de classiques de la peinture mondiale, selon leur sensibilité, leur vision ou leur volonté de moderniser l’œuvre en question.
L’ouvrage s’ouvre sur les origines de l’art, depuis les premiers Hommes jusqu’à nos jours, définissant les grands mouvements artistiques puis proposant un pamphlet sur la copie dans la peinture et son apport aux artistes.

Par la suite, ce livre d’illustrations se découpe en deux « parties », la première pour les tableaux au format paysage, et la seconde à ceux au format portrait.
Une page entière est consacrée à la version revue par un artiste nippon quand la seconde reproduit une miniature du tableau original et lui donne des éléments de contexte. On aurait apprécié d’y trouver, aussi, les explications de l’artiste ayant effectué la relecture de l’oeuvre, mais celles-ci se trouvent en pages 106 à 109, alors qu’un placement plus judicieux aurait évité les aller-retours entre visuel et texte.

La copie, et la réinterprétation, ayant toujours fait partie de l’art dans le monde, Quand le manga réinvente les grands classiques de la peinture est un projet hautement séduisant et original pour un amateur de culture visuelle moderne japonaise tant le livre regorge de révisions originales avec cette sensibilité typiquement nippone qui parlera aux adeptes.
Bien évidemment, toutes ces illustrations ne se valent pas, tant du point de vue technique que de l’originalité, particulièrement quand les artistes revisitent des œuvres japonaises d’antan, mais l’ensemble jouit d’une cohérence et d’une vitalité tout à fait appréciables.

On y retrouve des versions « modernes » de toiles telles que La Jeune Fille à la Perle et La Laitière de Johannes VERMEER, La Bohémienne endormie et La Charmeuse de serpents de Henri ROUSSEAU, Les Tournesols de Vincent VAN GOGH, le Bal du moulin de la Galette de Pierre-Auguste RENOIR, La Naissance de Vénus de Sandro BOTTICELLI, La Liberté guidant le peuple d’Eugène DELACROIX, la Jeune fille au piano de Paul CEZANNE, Le Déjeuner sur l’herbe et Un bar aux Folies Bergère d’Edouard MANET, La Femme à l’ombrelle de Claude MONET, Le Radeau de La Méduse de Théodore GERICAULT, Le Baiser de Gustav KLIMT, le Divan Japonais de Henri de TOULOUSE-LAUTREC, ou bien encore Le Cri d’Edvard MUNCH.

L’ouvrage au format paysage est d’excellente facture, avec une jolie couverture hardcover dont le logo est surmonté d’une dorure à chaud et des pages intérieures glacées du plus bel effet, magnifiant les travaux des artistes.

Quand le manga réinvente les grands classiques de la peinture est un « livre d’art » très réussi et original qui plaira aux amateurs de visuels modernes japonais, et même sans doute aux amateurs d’art en général qui ne seraient pas trop sectaires.
Une belle sortie pour Mana Books, qui nous avait plus habitué à des publications autour du jeu vidéo, dont on espère de nouvelles publications du même acabit.




A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la "génération Club Dorothée", c'est un gros lecteur de mangas depuis plus de 20 ans et fan invétéré de Dragon Ball. Fondateur du podcast Mangacast, il est aussi l'un des créateurs de Manga Mag.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.